Skip to main content Accessibility help
×
Home
  • Print publication year: 2017
  • Online publication date: May 2017

La dynamique du commerce maritime dans le développement économique japonais aux XVIIe et XVIIIe siècles

from LA RÉUSSITE PAR LA MER:La reussite par la mer des territoires et des communautés littorales

Summary

RÉSUMÉ. La chute de la dynastie Ming en Chine permet au Japon de se libérer de la tutelle deson système du tribut. Le Shogunat met en oeuvre une politique volontariste, protectionnisteet unificatrice qui vise à intégrer les Îles du nord (Sakhaline et Hokkaido) et du sud (Ryûkû). Ilpratique une ouverture sélective aux échanges avec l'étranger dans les ports de Nagasaki, Satsuma,Tsushima, Matsumaë. « Les quatre bouches », où les Japonais exercent des échanges soutenus avecla Chine, la Corée et les comptoirs des Hollandais, seuls Européens admis au Japon après l'expulsiondes Portugais.

ABSTRACT. The fall of the Ming dynasty in China made it possible for Japan to free itself from thetrusteeship of the tribute system. The Shogunate implemented a bold, protectionist, unifying policythat aimed to integrate the northern (Sakhaline and Hokkaido) and southern (Ryûkû) islands. Itselectively granted entry to foreign contacts in the Nagasaki, Satsuma, Tsushima, and Matsumaëports (the ‘Four Mouths’) where the Japanese carried on substantial exchanges with China, Korea,and the Dutch trading outposts who were the only Europeans allowed in Japan after the expulsionof the Portuguese.

D'après le Lunheng, une oeuvre historique chinoise éditée au premier siècle après J.-C., la relation entre le Japon et la Chine est très ancienne puisqu 'elle remonte à la dynastie de Zhou (1046 av. J.-C.-256 av. J.-C.). Deux routes maritimes assurent cette relation. L'une passe par la péninsule coréenne et la mer du Japon. L'autre lie le sud du Yangzi Jiang au sud de Kyûsyû via la mer de la Chine. Ainsi, se situant à l' est du continent eurasien, il y a longtemps que ces deux mers représentent un vaste espace maritime pour les relations d'échanges de l'Asie orientale. Entre ces deux mers, l'Île de Ky ûsyû constitue le centre d'échange commercial entre les Japonais et les é trangers. Il accueille les navires et les marchands chinois et expédie les flottes japonaises vers la Chine, la Corée et le royaume Ryûkyû (actuellement Okinawa). Depuis le XVIe si ècle, de nouveaux acteurs du commerce commencent à participer aux circuits maritimes de l' Asie du Sud-Est. Les Portugais arrivent avec l'arquebuse et développent des activités missionnaires. En implantant leur colonie à Macao, ils assurent le transport maritime entre les ports chinois et japonais.