Skip to main content Accessibility help
×
Home
  • Print publication year: 2017
  • Online publication date: May 2017

Les royaumes barbares et la mer (Ve–début VIeIIe siècle)

Summary

RÉSUMÉ. En comparaison des flottes annonaires ravitaillant Constantinople, les royaumes barbares n'ont guère d'activités maritimes. Seuls les Vandales disposent d'une flotte importante qui, pendant cinquante ans, domine la Méditerranée occidentale, mais doit s'incliner devant la reconquête byzantine du VIe siècle. En mer du Nord, les échanges s'intensifient entre les royaumes anglais et la Neustrie, qui lutte contre les Austrasiens pour le contrôle des régions riveraines de la mer du Nord, où la création des emporia et des fondations monastiques proches des fiscs royaux montre l'intérêt des Francs pour la mer.

ABSTRACT. Compared to the fleets of the cura annonae that supplied Constantinople, the barbaric kingdoms had few maritime activities. Only the Vandals possessed an important fleet that dominated the western Mediterranean for fifty years until the situation was reversed by the Byzantine conquest in the 6th century. In the North Sea, the exchanges intensified between the English and Neustrian kingdoms. The Neustrians fought the Austrasians for control of the North Sea coastal regions where the creation of emporia and the foundation of monasteries close to the royal treasury underlined the Francs' interest in the sea.

La Méditerranée était le coeur battant de l'immense empire que la cité de Rome, fondée à proximité des côtes de la mer Tyrrhénienne, avait édifié au fil des siècles. La flotte de guerre croisait au large des côtes, assurant la protection des ports et des bateaux qui transportaient hommes et biens matériels … Les Romains avaient mis au point un gigantesque système de taxation des provinces en produits alimentaires, l'annone, qui transitait par voie maritime et qui avait contribué à spécialiser et stimuler les productions. Accessoirement, les bateaux annonaires transportaient aussi, comme les bateaux privés, la céramique fine d'Afrique ou d'autres produits précieux venus d'Orient. Au VIe siècle, l'empereur, qui résidait désormais à Constantinople, édifiée au IIIe siècle sur les rives du Bosphore, présidait encore une cérémonie portant sur le ravitaillement en blé de la capitale. Monté sur un char, accompagné du Préfet du prétoire, il descendait la colline depuis le palais impérial jusqu'aux greniers publics situés à proximité de l'établissement portuaire de la Corne d'or où étaient amarrés les bateaux chargés du blé annonaire.