Hostname: page-component-5d59c44645-lfgmx Total loading time: 0 Render date: 2024-02-22T01:02:47.210Z Has data issue: false hasContentIssue false

Venise et te marché du sel dans fa seconde moitié du XVIe siècle.

Published online by Cambridge University Press:  25 May 2018

Abstract

Image of the first page of this content. For PDF version, please use the ‘Save PDF’ preceeding this image.'
Type
Le monde méditerranéen (Comptes rendus)
Copyright
Copyright © Les Éditions de l'EHESS 1979

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

1. Archivio di Stato di Venezia (ASV), Magistrato al sal, reg. 47.

2. Brazzale, M., II mercato del sale nella Repubblica Veneta nella seconda meta del XVI secolo, Venise, Istituto di storia economica « G. Luzzatto », série monografica, II, 1971, 61 p.Google Scholar

3. Luzzatto, G., « Per la storia délie costruzioni navali a Venezia nei secoli XV e XVI », dans Miscellanea di studi storici in onore di C. Manfroni, Padoue, 1931 Google Scholar, reimpr. dans Studidi storia economica veneziana, Padoue, 1954. L'auteur avait montré le lien qui unissait à Venise la construction navale et le transport maritime du sel. Cf. aussi, Romano, R., « La marine marchande vénitienne au xvic siècle », dans Mollat, M., Les sources de l'histoire maritime en Europe du Moyen Age au XVIIIe siècle, Paris, 1962.Google Scholar Enfin, Hocquet, J.-C., Le sel et la fortune de Venise, t. II, Voiliers et commerce en Méditerranée, Lille, 1979. Les chapitres 12 et 13 ont été achevés en 1971.Google Scholar

4. ASV, Magistrato al sal, reg. 47, ce. 128r°-129r°.

5. Dans cette statistique, Brescia constitue un cas aberrant, non le seul. Le fermier achetait le sel à la Seigneurie 26 ducats, prix aux départ des greniers, et le vendait aux consommateurs de Brescia d. 33 g. 5 p. 8. La différence atteignait donc 7 ducats 5 gros 8 piccoli ; comme les.frais généraux du fermier s'élevaient à 4 ducats 2 gros, son bénéfice net était réduit à d. 3 g. 3 p. 8. Mais ce chiffre n'est pas repris par la source qui lui attribue un gain net de 4 ducats par moggio. Cette curieuse arithmétique continue par la suite : à Brescia, il se vendait 1 556 moggia de sel qui, à raison de 4 ducats par moggio, rapportaient au fermier un bénéfice annuel de 4 624 ducats (il peut s'agir dans ce dernier cas, non plus du ducat de compte de 1.6 s. 4, mais du ducat d'oro in oro effectivement frappé). Toutefois, l'auteur du registre avait luimême indiqué pour Brescia, de 1541 à 1585, une consommation bisannuelle de 1 000 à 1 240 moggia (Brazzale, tab. 1).

6. Hocquet, J.-C., op. cit. ; pendant 25 années, de 1547 à 1571, avant la perte de Chypre, les importations de sel d'Ibiza furent très irrégulières. Des bateaux vinrent d'Ibiza en 1548, 1551-1552, 1559-1560, 1562-1563 et à partir de 1567 quand se fit plus menaçante la pression des Turcs sur Chypre. Même durant ces années, le sel provenant d'Ibiza ne représentait que 10 % environ des importations de sel cypriote.Google Scholar

7. Braudel, F., « Achats et ventes de sel à Venise (1587-1593)», Annales ESC, n° 5, 1961, pp. 961965.Google Scholar

8. Hocquet, J.-C., Commerce et prix du sel à Venise, contribution à l'histoire politique et financière de la République (1508-1571), Lille, mémoire dactylographié déposé à l'Archivio di Stato de Venise.Google Scholar

9. Hocquet, J.-C., « Il libro ‘creditorum conducentium sale Cypro’ dell'Archivio di Stato di Venezia », Archivio Veneto, n° 143, 1977, pp. 4385. Sur la nave ragusaine, la Santa Maria deBisson, ASV, Magistrato al sal, reg. 1.4a, c. 86v°.Google Scholar

10. ASV, Magistrato al sal, reg. 47, c. 65r° (25 août 1577).

11. Ibid., reg. 14a, c. U8v°.

12. Ibid., reg. 80, c. 106v°.

13. Ibid., reg. 47a, c. nn. à la fin du registre (en fait c. 230).

14. Bellini, L., Le saline dell'antico delta padano, Ferrare, 1962, p. 360.Google Scholar