Hostname: page-component-77c89778f8-rkxrd Total loading time: 0 Render date: 2024-07-18T17:36:06.910Z Has data issue: false hasContentIssue false

La culture de I'imago

Published online by Cambridge University Press:  26 July 2017

Jean-Claude Schmitt*
Affiliation:
EHESS

Extract

Les images envahissent aujourd'hui tous les aspects de notre culture. Par le cinéma, la télévision, l'ordinateur, les mêmes images inondent la planète. La plupart sont nouvelles, très différentes des tableaux, des photographies ou des gravures qui, il y a peu de temps encore, étaient seuls à exprimer et à fixer l'imaginaire individuel et collectif. Les plus récentes sont dites virtuelles : ces images semblent n'avoir pas d'autre origine qu'elles-mêmes ; à la manière des images de rêve, elles s'engendrent de leur propre mouvement et de manière aléatoire. Pour l'historien, cependant, il n'y a de nouveauté qu'inscrite dans une histoire longue qui invite à rétablir les continuités temporelles que l'observation immédiate du présent risque de masquer.

Summary

Summary

Contrary to a restrictive conception of the image, the latin term imago is understood here in all its medieval connotations: in the theological and anthropological sense of man created “ad imaginem Dei” and of the son of God incarnate presenting himself as “imago Patris”; in the sense of a material image whose forms and functions are of the most diverse variety, and finally in the sense of a visionary and oniric mental image. The historian relates these meanings and usages on the one hand to the evolution of society over a long period from the IVth to the XVIth century, and on the other hand, with the simultaneous development of Christian conceptions about subjectivity. If devotion and liturgy during the Middle Ages are more attached to the sign of the cross than to images, a veritable revolution in Christian imagery occurs between the IXth and Xth century. Starting with the millenium, the Christian culture of the imago in which the mutual relationship between cultual and devotional images and dreams and visions experienced before or under the influence of images affirms itself in all senses of the word, in one of its most striking expressions. The holy images of Veronica or Volto Santo in the XIIIth century acquire a universal political value. In the following centuries the contemplation of images underlies the mystical and visionary experience of monks and nuns, as well as of pious lay persons. All the threads followed in this study seem to converge in the work of Albrecht Dürer, the first to paint a personal dream and to resolve by the Christic experience ofhis self-portrait the fundamental question concerning the Imago Dei.

Type
Images Médiévales
Copyright
Copyright © Copyright © Les Éditions de l’EHESS 1996

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

1. On suivra avec intérêt les réflexions proposées ces dernières années par Régis Debray, notamment dans Vie et mort de l'image. Une histoire du regard en Occident, Paris, Gallimard, 1992, qui prend soin d'inscrire les conquêtes « médiologiques » de notre temps dans la longue durée de l'histoire des images chrétiennes.

3. Voir en dernier lieu, H. Wenzel, Hören und Sehen, Schrift und Bild. Kultur und Gedächtnis im Mittelalter, Munich, C. H. Beck, 1995, l'une des rares études dépassant l'histoire littéraire — en l'occurrence, la littérature courtoise germanique — en l'ancrant dans une véritable anthropologie historique du langage, de l'imaginaire et du corps.

4. Plusieurs ouvrages récents, remarquables à des titres divers, ont dans des perspectives à chaque fois différentes proposé d'embrasser l'ensemble de l'histoire médiévale des images matérielles, notamment, Wirth, J., L'image médiévale. Naissance et développements (VIe- XVe siècle), Paris, Méridiens/Klincksieck, 1989 Google Scholar. Freedberg, D., The Power of Images. Studies in the History and Theory of Response, Chicago, The University of Chicago Press, 1989 Google Scholar (concerne en fait tout l'art occidental). Belting, H., Bild und Kult. Eine Geschichte des Bildes vor dem Zeitalter der Kunst, Munich, C. H. Beck, 1990 Google Scholar. Je présente ici pour ma part, en attendant d'en faire un livre, la synthèse d'une réflexion menée pendant plusieurs années dans mon séminaire de l'EHESS et poursuivie en 1994-1995 à la Humboldt-Universität de Berlin. Pour la 50e Werner Heisenberg Vorlesung, le 27 juin 1995, j'en ai présenté une version allemande à Munich, devant la Cari-Friedrich von Siemens Stiftung à laquelle je tiens à exprimer toute ma gratitude ainsi qu'à la Deutsche FoTschungsgemeinschaft et à mes collègues des universités de Berlin, Bochum et Bielefeld qui m'ont fait bénéficier de nombreuses suggestions.

5. L'idée d'un usage heuristique de cette métaphore, adaptée à ma propre réflexion, m'est venue de la lecture de Legendre, P., Dieu au miroir. Étude sur l'institution des images. Leçons III, Paris, Fayard, 1994 Google Scholar.

6. Saint Augustin, De Genesi ad litteram libri duodecim, XII, VII, 16, P. Agaesse et A. Solignac éds, œuvres de saint Augustin, t. 49, Paris, Desclée de Brouwer, Bibliothèque augustinienne, 1972, p. 351 ss

7. Sur les « grandes » visions et les voyages dans l'au-delà, voir, P. Dinzelbacher, Vision und Visionsliteratur im Mittelalter, Stuttgart, A. Hiersemann, 1981. C. Carozzi, Le voyage dans l'au-delà d'après la littérature latine (Ve-XIIIe siècles), Rome, École française de Rome, « Collection de l'EFR, 189 », 1994. Sur les fonctions politiques des visions et des rêves, Dutton, P. E., The Politics of Dreaming in the Carolingian Empire, Lincoln-Londres, University of Nebraska Press, 1994 Google Scholar.

8. Sur les rêves : Gregory, T. éd., / Sogni nel Medioevo.Seminario Internazionale, Roma, 2-4 ottobre 1983, Rome, Ateneo, 1985 Google Scholar (Lessico Internazionale Europeo XXXV). Plus classique : Kruger, S. F., Dreaming in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 1992 Google Scholar.

9. La mémoire des proches défunts est l'un des enjeux de cette construction de la subjectivité : je me permets de renvoyer à cet égard à Schmitt, J.-C., Les revenants. Lessivants et les morts dans l'Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990 Google Scholar. Sous l'angle littéraire, voir surtout, Zink, M., La subjectivité littéraire. Autour du siècle de saint Louis, Paris, PUF, 1985 Google Scholar.

10. Paravicini-Bagliani, A., Stabile, G. éds, Träume im Mittelalter. Ikonologische Studien, Stuttgart-Zürich, Belser Verlag, 1989 Google Scholar.

11. Ibid., p. 26, planche en couleur 2 (Paris, BN, ms. lat 10 525, f. 13v.).

12. Ibid., p. 21, fig. 10 (Oxford, AU Soûls Collège, ms. 6, f. 96r.).

13. Bynum, C. W., « Did the 12th Century discover the Individual ? », repris dans Jésus as Mother : Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1992 Google Scholar, insiste sur la distinction nécessaire entre « individu » et « soi » (self), celui-ci étant inséparable à l'époque d'une reformulation de la notion de « communauté » (community: autre concept particulièrement important dans la tradition anglo-saxonne), par exemple dans les confréries. Je me permets de renvoyer aussi à mon article, qui privilégie l'aspect comparatiste : « La “découverte de l'individu” : une fiction historiographique ? », dans Mengal, P., Parot, F. éds, La fabrique, la fiction et la feinte. Fictions et statut des fictions en psychologie, Paris, Vrin, 1989, pp. 213–236 Google Scholar.

14. Voir l'étude pionnière d'E. Kintzinger, « The Cuit of Images in the Age before Iconoclasm », repris dans The Art of Byzantium and the Medieval West. Selected Studies, W. E. Kleinbauer éd., Bloomington-Londres, Indiana University Press, 1976, pp. 91-156. Depuis, voir G. Dagron, « Rêver de Dieu et parler de soi. Le rêve et son interprétation d'après les sources byzantines », dans T. Gregory éd., / Sogni…, op. cit., pp. 37-55.

15. MGH, Epistolae, II, X, 10, Berlin, 1957, pp. 269-272.

16. Ibid., pp. 147-149. Cf. Schmitt, J.-C., « L'Occident, Nicée II et les images du VIIIe au XIIIe siècle », dans Boespflug, F., Lossky, N., Nicée II 787-1987, Douze siècles d'images religieuses, Paris, Cerf, 1987, pp. 275277 Google Scholar (pp. 271-301).

17. Eusèbe, Vita Constantini, I, 27-31, Migne, PG, t. 20, col. 941-948. L'ordre des événements est le suivant : l'empereur, en réponse à sa prière, a une vision éveillée à midi, de la croix (crucis tropaeumjqui se superpose au soleil et porte l'inscription « hac vince» ; la nuit suivante, il rêve du Christ portant la même croix et lui ordonnant de fabriquer un « signum militare »à la ressemblance de la croix vue dans le ciel. Sur la représentation du « signum crucis» dans l'art paléochrétien : S. Casartelli Novelli, « Segno salutise segno iconico : dalla ‘invenzione constantiana ai codici astratti del primo altomedioevo », dans Segni e riti nella chiesa altomedievale occidentale, Spolète, 1987, pp. 105-172.

18. p. thoby, le crucifix des origines au concile de trente. étude iconographique, nantes, bellanger, 1959, restitue bien les étapes de cette évolution. un exemple, magistralement étudié, p. skubiszewski, « une croix de bronze mérovingienne à l'abbaye sainte-croix de poitiers », bulletin de la société des antiquaires de l'ouest et des musées de poitiers, 1991, 5e série, t. v, pp. 83-96. sur les innombrables reliques de la croix : a. frolow, la relique de la vraie croix. recherches sur le développement d'un culte, paris, institut français d'études byzantines, 1961.

19. M. Schapiro, « The Religious Meaning of the Ruthwell Cross », The Art Bulletin, 26, 1944, pp. 232-245, et depuis : Br. CASSIDY éd., The Ruthwell Cross.Papers from the Colloquium sponsored by the Index of Christian Art, Princeton University (8 déc. 1989), Princeton, Princeton University. Index of Christian Art. Department of Art and Archaeology, 1992. Sur l'aspect onirique de ce dossier : J.-C. Schmitt, « Rituels de l'image et récits de vision », dans Testo e Immagine nell’ Alto Medioevo(15-21 aprile 1993), Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’ Alto Medioevo, Spolète, 1994, pp. 419-462.

20. F. Boespflug, N. Lossky éds, Nicée II, 787-1987, op. cit.

21. K. Hauck, DOS Einhardkreuz. Vorträge und Studien der Münsteraner Diskussion zum arcus Einhardi, Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen. Philologisch- Historische Klasse. Dritte Folge, 87, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1974. 22. Ernst, U., « Carmen Figuratum ». Geschichte des Figurengedichts von der antiken Ur sprüngen bis zum Ausgang des Mittelalters, Cologne-Weimar-Vienne, Böhlau Verlag, 1991 Google Scholar. Voir la fine étude de Bonne, J.-C., « L'image de soi au Moyen Age (IXe-XIIe siècles) : Raban Maur et Godefroi de Saint-Victor », dans Gentili, A., Morel, P., Cieri Via, C. éds, // Ritratto e la Memoria. Materiali 2, Rome, Bulzoni, 1993, pp. 3760 Google Scholar.

23. J. Aufenrieth, , « Purchards Gesta Witigowonis im Codex Auginensis CCV », Studien zur mittelalterlichen Kunst, 800-1250, Festschrift für Florentin Mütherich zum 70. Geburtstag, Bierbrauer, K., Klein, P. K., Sauerländer, W. éds, Munich, Pestel-Verlag, 1985, pp. 101106 Google Scholar. H. Meyer-Harting, Ottonische Buchmalerei. Liturgische Kunst im Reich der Kaiser, Bischöfe undÀbte, Stuttgart-Zurich, Belser Verlag, 1991, p. 100. Voir MIGNE, PL, 139, col. 360, vers 344- 347 : « Picta manet muro, necnon Genitricis imago, / In gremio Christum gestantis, pignus amorum, / Quam graduum fratres proni super alta jacentes / Orando tangunt, ac sancta per oscula lambunt ».

24. Pommersfelden, Gràfhch Schönborsche Schlossbibliothek, Cod. 347 (2940), Gebetbuch fiir einen König (Mayence, ca.983-991), reproduit dans Vor dem Jahr 1000. Abendliche Buchkunst zur Zeit der Kaiserin Theophanu. Eine Austellung des Schnütgen Museums (12 April bis 16 Juni 1991), Cologne, Stadt Köln, 1991, pp. 92-96.

25. Sur le contexte de cette deuxième période, voir A. BOUREAU, « Les théologiens carolingiens devant les images religieuses. La conjoncture de 825 », dans Nicée II, 787-1987, op. cit., pp. 247-262.

26. Voir la recherche suggestive d'H. Kessler, notamment : « “Pictures Fertile with Truth” : How Christians Managed to Make Images of God without violating the Second Commandaient », The Journal ofthe Walters Art Gallery, 49/50,1991-1992, pp. 53-65. Id., « An Apostle in Armor and the Mission of Caroline Art », Arte Médiévale, Série 2, vol. 4, 1989, pp. 17-41. « “Faciès Bibliothecae revelata”. Carolingian Art as Spiritual Seeing », dans Testo e Immagine nell’ Alto Medioevo, op. cit., pp. 533-593.

27. A. Castes, « La dévotion privée et l'art à l'époque carolingienne : le cas de sainte Maure de Troyes », Cahiers de Civilisation médiévale, XXXIII, 1990, pp. 4-18. J.-C. Schmitt, « Rituels de l'image… », op. cit., pp. 435-441.

28. Hausherr, R., Der Tote Christus am Kreuz. Zur Ikonographie des Gerokreuzes, Diss. Universität Bonn, Bonn, 1963 Google Scholar. E. Hürkey, Das Bild des Gekreuzigten im Mittelalter. Untersuchungen zur Gruppierung, Entwicklung und Verbreitung anhand der Gewandmotive, Worms, Werner'sche Verlag, 1983. Sepiere, M.-T., L'image d'un Dieu souffrant. Aux origines du crucifix, Paris, Cerf, 1994 Google Scholar.

29. Nombreux exemples de ces crucifix dans A. Legner éd., « Ornamenta Ecclesiae ». Kunst und Künstler der Romanik. Katalog zur Ausstellung des Schniltgen Muséums in der Josef-Haubrich Kunsthalle, Cologne, 1985, t. I, fig. Bl, p. 149 « Altères Mathildenkreuz » ; B2, p. 157 « Herimannkreuz », et passim.

30. Little, C. T., Parker, E., // Re dei Confessori. Dalla croce dei Cloisters aile croci italiane, Milan, Olivetti, 1984, p. 28 Google Scholar et fig. 22 et 23. L'intérêt de cette étude est de comparer entre eux les rares crucifix d'ivoire conservés de cette époque. 31. D. Iognat-Prat « “La Vierge en Majesté” du manuscrit 145 de la Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand », dans L'Europe et la Bible, Clermont-Ferrand, Bibliothèque municipale et interuniversitaire, 1992, pp. 87-108. Plus généralement, I. H. FORSYTH, The Throne of Wisdom. Wood Sculptures ofthe Madonna in Romanesque France, Princeton, Princeton University Press, 1972.

32. Bouillet, A., Liber miraculorum Sanctae Fidis Paris, 1897 Google Scholar, que ne remplacent pas l'édition fac-similé fort précieuse du manuscrit de Sélestat et sa traduction française : Livre des Miracles de sainte Foy, 1094-1994, Sélestat, Les Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, 1994, 2 vols.

33. J. WIRTH, L'image médiévale, op. cit., pp. 171-194. Point de vue différent chez A. Riemensnyder, « Un problème de cultures ou de culture ? La statue-reliquaire et les joca de sainte Foy de Conques dans le Liber miraculorumde Bernard d'Angers », Cahiers de Civilisation médiévale, XXXIII, 1990, pp. 361-379.

34. Hugues De Poitiers, Histoire du monastère de Vézelay, MIGNE, PL, 194, col. 1659-61, cité par I. H. Forsyth, The Throne of Wisdom, op. cit., pp. 32-34.

35. J'emprunte volontairement la notion de société segmentaire à l'anthropologie sociale d' Evans-Pritchard, E. E., Les Nuer. Description des modes de vie et des institutions politiques d'un peuple nilote(1re édition anglaise, 1937), trad. frse Paris, Gallimard, 1968 Google Scholar, sans prétendre naturellement assimiler deux sociétés par ailleurs si différentes.

36. A. Bouillet, op. cit., pp. 71-73 (Lib. I, cap. 28).

37. E. Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, précédé de L'abbé Suger de Saint-Denis, trad. et postface de Pierre Bourdieu, Paris, Minuit, 1967, p. 37 ss, pour la question de Denys l'Aréopagite (la première édition anglaise date de 1946). Pour une réévaluation, H. Kessler, « The Function of Vitrum Vestitumand the Use of Materia Saphirorumin Suger's St. Denis », dans Baschet, J., Schmitt, J.-C. éds, L'image. Fonctions et usages des images dans l'Occident médiéval, Paris, Le Léopard d'Or, pp. 7787 Google Scholar (sous presse).

38. Le rôle de la polémique comme facteur du développement de la pensée et en particulier des conceptions de l'image à l'époque carolingienne, a été également souligné par K. Flasch, Einfiihrung in die Philosophie des Mittelalters, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1987, pp. 18-23. Je sais gré à M. Matthias Gràsslin de m'avoir indiqué cette référence.

39. Schmitt, J.-C., « La question des images dans les débats entre juifs et chrétiens au XIIe siècle », dans Spannungen und Widersprüche. Gedenkenschrift filr Frantisek Graus, Sigmaringen, Thorbecke, J., 1992, pp. 245254 Google Scholar. Pour l'expression iconographique de ces tensions, M. CAMILLE, The Gothic Idol. Ideology and Image Making in Medieval Art, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

40. De Clairvaux, Bernard, Apologia ad Guillelmum abbatemXII, dans Opera, vol. III, Leclercq, J., Rochais, H. M. éds, Rome, 1963, pp. 104107 Google Scholar : « alia causa est episcoporum, alia monachorum… ».

41. Duby, G., Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978, p. 35 Google Scholar ss.

42. Gesta episcoporum cameracensium, XIII et XIV, MIGNE, PL, 142, col. 1306-1307 et C. L. C. Bethmann éd., MGH, SS, VII, Hanovre, 1846 (rééd. 1968), p. 393 ss.

43. M. L. Arduini, Ruperto di Deutz e la controversia tra Cristiani ed Ebrei nel secolo XII, con testo critico dell’ Anulus seu Dialogus inter Christianum et ludeum, sous la direction de R. Haacke, o.s.b., Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Studi Storici 119/121,1979. D. E. Timmer, « Biblical Exegesis and the Jewish-Christian Controversy in the Early Twelfth Century », Church History, 58, 1989, 3, pp. 309-321. Sapir Abulafia, A., « The Ideology of Reform and Changing Ideas Concerning the Jews in the Works of Rupert of Deutz and Hermannus Quondam ludeus », Jewish History, 7, 1, 1993, pp. 4363 Google Scholar. Van Engen, J., « Theophilus Presbyter and Rupert of Deutz : The Manual of Arts and Bénédictine Theology in the Early Twelfth Century», Viator, 11, 1980, pp. 147163 Google Scholar. Id., Rupert of Deutz, Berkeley-Los Angeles- Londres, University of California Press, 1983. Je me propose de publier prochainement un livre sur Hermann le Juif, son rêve et sa conversion à l'image.

44. Guillaume Durand, Rationale divinorum officiorum, I, 3, Naples, 1859, pp. 22-27.

45. Schmitt, J.-C., « Cendrillon crucifiée. A propos du Volto Santo de Lucques », dans Miracles, prodiges et merveilles au Moyen AgeXXVe Congrès de la Société des Historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public (Orléans, juin 1994), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, pp. 241270 Google Scholar.

46. H.Belting, , DOS Bild und sein Publikum im Mittelalter. Form und Funktion früher Bildtafeln der Passion, Berlin, Gebr. Mann Verlag, 1981 Google Scholar. Wolf, G., Salus Populi Romani. Die Geschichte römischer Kultbilder im Mittelalter, Weinheim, VCH, 1990 Google Scholar.

47. Escorial, cod. T. I. 6, f. 65r. Sur ce manuscrit et son contexte social et politique, voir : Klein, P. K., « Kunst und Feudalismus zur Zeit Alfons des Weisen von Kastilien und León (1252-1284) : die Illustration der “Cantigas” », dans Clausberg, K., Kimpel, D., Kunst, H.-J., Suckale, R. éds, Bauwerk und Bildwerk im Hochmittelalter. Anschauliche Beiträge zur Kulturund Sozialgeschichte, Giessen, Anabas-Verlag, 1981, pp. 169212 Google Scholar.

48. Escorial, cod. T.I.6., f. 61v : « XLII. Esta e como o crerizon meten o anel eno dedo da omagen de Santa Maria et a omagen en colleu o dedo coel ».

49. Escorial, cod. T.I.6., f. 44r : « XXIX. Esta e como Santa Maria fez parecer nas pedras omagees a ssa semellança. na santa Gethsemani foron achadas figuras da Madré de Deus, assi que non foron de pinturas ne talladas ».

50. Haacke, R., « Die mystischen Visionen Ruperts von Deutz », dans Sapientiae Doctrina. Mélanges Hildebrand Bascour, o.s.b., Recherches de Théologie ancienne et médiévale, numéro spécial 1, Louvain, 1980, pp. 6890 Google Scholar.

51. Elisabeth De Schönau, Vita partim ab ipsamet dictata, MIGNE, PL, 195, col. 119 ss.

52. Sur cet aspect d'Hildegarde, voir notamment Newman, B., Sister of Wisdom. St. Hildegard's Theology of the Feminine, Aldershot, Scolar Press, 1987 Google Scholar.

53. De Bingen, Hildegarde, Scivias, FührkÔtter, A., Carlevaris, A. éds, Turnholt, Brepols, 1978 Google Scholar (Corpus Christ., Contin. Medievalis, XLIII), p. 7. Les reproductions proviennent de la copie réalisée avant la dernière guerre mondiale du manuscrit de Wiesbaden, Hessische Landesbibliothek, ms. 2, « Riesencodex » (ca.1180-1190), écrit et peint après la mort d'Hildegarde en 1179. Ce manuscrit a disparu durant la guerre.

54. Conrad D'Eberbach, Exordium Magnum Cisterciense, cap. VI, « De monacho spiritali, qui vidit imaginem crucis sanctum patrem in oratione constitutum amplexantem », B. Griesser éd., Rome, 1961, pp. 102-103.

55. Die Zisterzienser. Ordensleben zwischen Idéal und Wirklichkeit. Katalog der Austellung, Bonn, 1980, pp. 569-571. 56. C. Frugoni, « La giovinezza di Francesco nelle fonti (testi e immagini) », Studi medievali, 3a, Série XXV, I, 1984, pp. 115-143. Id., Francesco e l'invenzione délie stimmate. Una storia per parole e immagini fino a Bonaventura e Giotto, Turin, Einaudi, 1993. Krüger, K., Der frühe Bildkult des Franziskus in Italien. Gestalt- und Funktionswandel des Tafelbildes im 13. und 14. Jahrhundert, Berlin, Gebri. Mann Verlag, 1992 Google Scholar.

57. Der Hedwigs-Codex von 1353. Sammlung Ludwig, W. Braunfels éd., Berlin, Gebr. Mann, Verlag, 1972, 2 vols.

58. Oxford, Keble College, ms. 49. Cf. Regensburger Buchmalerei. Von frühkarolingischer Zeit bis zum Ausgang des Mittelalters. Austellung der Bayerischen Staatsbibliothek München und der Museen der Stadt Regensburg, Munich, Prestel Verlag, 1987, n° 61 « Lektionar aus Heilig Kreuz (1267-1276) », p. 84.

59. Londres, British Muséum, ms. Add. 39843, « La Sainte Abbaye ». Reproduit notamment dans M. Camille, « “Him whom you hâve ardently desired you may see” : Cistercian Exegesis and the Prefatory Pictures in a French Apocalypse », Cistercian Studies Séries, 89, Kalamazoo, Mi., 1987, pp. 137-160 et fig. 13.

60. Hamburger, J. H., The Rothschild Canticles. Art and Mysticism in Flanders and the Rhineland circa 1300, New Haven-Londres, Yale University Press, 1990 Google Scholar.

61. La bibliographie est considérable, notamment depuis le livre pionnier de S. Ringbom, Icon to Narrative. The Rise of the Dramatic Close-Up in Fifteenth-Century Devotional Painting, Àbo, Àbo Akademi, 1965.

62. C. Frugoni, « Le mistiche, le visioni e l'iconografia : rapporti ed influssi », dans Atti del Convegno su « La Mistica del Trecento », Todi, 1982, pp. 5-45. M. C. Nari, « La contemplazione e le immagini : il ruolo delT iconografia nel pensiero délia beata Angela da Foligno », dans Angela da Foligno, Terziara francescana. Atti del Convegno délia beata Angela da Foligno nell' Ordine Francescana Secolare (1291-1991), Foligno, 17-19 nov. 1991, sous la direction de Z. E. Menesto, Spolète, Centro Italiano di Studi suh” Alto Medioevo, 1992, pp. 227-250.

63. J. F. Hamburger, « The Visual and the Visionary : The Image in Late Médiéval Monastic Dévotion », Viator. Médiéval and Renaissance Studies, 20,1989, pp. 161-182. là., « The Liber miraculorum of Unterlinden », dans Ousterhout, R.,Brubaker, L. éds, The Sacred Image. East and West, Champaign-Urbana, University of Illinois Press, 1995, pp. 147-190 et fig., pp. 283298 Google Scholar. Vavra, E., « Bildmotiv und Frauenmystik. Funktion und Rezeption », dans Dinzelbacher, P., Bauer, D. R. éds, Frauenmystik im Mittelalter, Ostfildern-bei-Stuttgart, Schwabenverlag, 1985, pp. 201230 Google Scholar.

64. E. Colledge, J. C. Marler, « “Mystical” Pictures in the Suso “Exemplar”. Ms. Strasbourg 2929 », Archivum Fratrum Praedicatorum, LIV, 1984, pp. 293-354. J. F. Hamburger, « Biography, Hagiography and Legend in the Interprétation of Médiéval Art : The Case of Heinrich Suso », dans L'art et les révolutions. Section 7 : Recherches en cours.XXVIIe Congrès international d'Histoire de l'Art, Strasbourg 1-7 septembre 1989, Strasbourg, Société alsacienne pour le Développement de l'Histoire de l'Art, 1992, pp. 5-23. Id., « The Use of Images in the Pastoral Care of Nuns : The Case of Heinrich Suso and the Dominicans », The Art Bulletin, LXXI, mars 1989, pp. 20-46.

65. Belting, H., Kruse, C., Die Erfindung des Gemäldes. Dos erste Jahrhundert der niederländischen Malerei, Munich, Hirmer Verlag, 1994, pp. 112-117, et p. 183 Google Scholar.

66. A. Rosenthal, « Diirer's Dream of 1525 », The Burlington Magazine, 69, 1936, pp. 82-85. J. Poeschke, , « Diirers “Traumgesicht” », dans Hiestand, R. éd., Traum und Träumen. Inhalt, Darstellung, Funktionen einer Lebenserfahrung in Mittelalter und Renaissance, Dùsseldorf, Droste Verlag, 1994, pp. 187206 Google Scholar.

67. E. PANOFSKY, The Life and Art of Albrecht Dürer, Princeton, Princeton University Press, 1955. WINKLER, Albrecht Durer. Leben und Werk, Berlin, Gebr. Mann Verlag, 1957, pp. 79-81. Tout récemment, J. L. KOERNER, The Moment of Self-Portraiture in German Renaissance Art, Chicago, The University of Chicago Press, 1993, déplace à propos de Durer la question de la découverte du « moi » dans la peinture de la Renaissance, vers l'idée d'une mise en représentation par l'artiste de sa virtuosité technique, dont il tire gloire en se peignant lui-même.