Skip to main content Accessibility help
×
Home

L'arrivée des «Bourbaki» aux Verrières: L'internement de la Première Armée française en Suisse le 1er février 1871

Published online by Cambridge University Press:  19 April 2010

Extract

«L'Armée est prête, il ne lui manque pas un bouton de guêtre» avait declaré le maréchal Lebœuf, ministre de la Guerre de Napoléon III, lors du vote des crédits nécessaires à la mobilisation.

On a rarement fait preuve d'un tel aveuglement: médiocrement équipée, mal entraînee et, surtout, dramatiquement mal commandée, l'armée française allait subir défaite sur défaite. Dès les premiers affrontements, en août 1870, elle doit abandonner l'Alsace et la Lorraine, à l'exception de quelques places fortes — Strasbourg, Sélestat, Neuf-Brisach, Metz et Belfort — qui sont assiégées. Le 2 septembre, Napoléon III capitule à Sedan avec 80 000 hommes, entraînant dans sa chute le Second Empire, tandis que les Prussiens marchent sur Paris.

Type
Review Article
Copyright
Copyright © International Committee of the Red Cross 1996

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below.

References

1 Benaerts, Pierre, Hauser, Henri, L'Huillier, Fernand et Maurain, Jean, Nationalité et nationalisme (1860–1878), Nouvelle édition, Paris, Presses universitaires de France, 1968, pp. 198209.Google Scholar

2 Idem, pp. 209–216.

Idem

3 Secretan, Colonel Édouard, L'Armée de l'Est (20 décembre 1870 -1er février 1871), 2e éd., Neuchâtel, Attinger Frères Éditeurs, 1894, pp. 26–48Google Scholar

4 Idem, pp. 154–315.

Idem

5 Idem, pp. 345–498.

Idem

6 Idem, pp. 549–550; Documents diplomatiques suisses (1848–1945), vol. 2, Berne, 1985, p. 497; Clerq, De, Recueil des Traités de la France vol. X, p. 421Google Scholar; Parry, C. (ed.), The Consolidated Treaty Series vol. 142, pp. 475476.Google Scholar

Idem

7 Davall, Major E., Les troupes françaises internees en Suisse à la fin de la guerre franco-allemande en 1871, Rapport rédigépar ordre du Département militaire fédéral sur les documentsofficiels déposés dans ses archives, Berne, 1873, pp. 4244.Google Scholar

8 Secretan, , op. cit., p. 553.Google Scholar Au debut de la campagne, à fin décembre 1870, les effectifs de l'armée de l'Est étaient évalués entre 120 000 et 140 000 hommes.

9 Davall, , op. cit., pp. 5051, 61–62 et 83–87Google Scholar; Secretan, , op. cit., p. 575.Google Scholar

10 Secretan, , op. cit., p. 579.Google Scholar Au départ de Besançon, le 25 Janvier, l'armée de l'Est avait laissé derriére elle 8 à 10 000 blessés et malades qui avaient été hébergés dans les hôpitaux et les ambulances improvisées de la ville (idem, p. 474). Le major Davall (op. cit., p. 290) relève que 17 897 internés ont été soignés dans les hôpitaux et les ambulances organisées; toutefois, ce nombre ne comprend pas tous ceux qui ont reçu des soins durant les premiers jours de l'internement et qu'il n'a pas été possible de recenser, vu l'urgence des besoins auxquels le personnel médical devait répondre.

idem

11 Documents diplomatiques suisses, vol. 2, pp. 498‐526; Davall, , op. cit., pp. 215‐218Google Scholar; Secretan, , op. cit., pp. 576‐578.Google Scholar

12 Davall, , op. cit., p. 263Google Scholar; Secretan, , op. cit., pp. 578‐579.Google Scholar

13 Davall, , op. cit., pp. 263 et 291‐297Google Scholar; Secretan, , op. cit., p. 579.Google Scholar

14 Davall, , op. cit., pp. 304‐311Google Scholar; Secretan, , op. cit., p. 579.Google Scholar

15 D'autres divergences relatives au droit de la neutralité étaient apparues au début de la guerre, lorsque la Prusse avait demandé à pouvoir utiliser les chemins de fer beiges et luxembourgeois pour évacuer les blessés résultant des combats de Metz et de Sedan. Voir Conférence internationale de la Paix, La Haye, 18 mai-29 juillet 1899, Nouvelle édition, Ministère des Affaires étrangères, La Haye, 1907, 3e partie, pp. 87‐88.Google Scholar

16 Actes de la Conférence réunie à Bruxelles, du 27 juillet au 27 août 1874, pour régler les lois et coutumes de la guerre, Martens, De (éd.), Nouveau Recueil général de Traités, 2e série, tome IV, pp. 26‐27Google Scholar, 90, 162‐168, 182‐189, 195‐197 et 225‐226.

17 Articles 57 à 60 du Règlement annexé à la Convention concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre, du 29 juillet 1899, Conférence Internationale de la Paix, La Haye, 18 mai-29 juillet 1899, première partie, pp. 30‐31, 46‐47, 54‐55 et annexes, pp. 27–28; troisième partie, pp. 22, 37‐38, 46‐47, 85‐88 et 146.

18 Convention V de La Haye du 18 octobre 1907.

19 Deuxième Conférence Internationale de la Paix, La Haye, 15 juin -18 octobre 1907, Actes et documents, Ministère des Affaires étrangères, La Haye, 1907, tome I, pp. 125, 136–150, 345–346 et 640; tome III, pp. 33–40, 51–62, 134, 179–185, 241, 246 et 257–267.

20 Deuxième Conférence internationale de la Paix, La Haye, 15 juin- 18 octobre 1907, Actes et documents, tome I, p. 640; Manuel du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Treizième édition, Comité international de la Croix-Rouge et Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève, 1994, pp. 322–323.

21 Bonjour, Edgar, Histoire de la neutralité suisse Traduction de Charles Oser, Neuchâtel, La Baconnière, 1970, tome VI, pp. 4195Google Scholar; Lasserre, André, Frontières et camps, Le refuge en Suisse de 1933 à 1945, Lausanne, Éditions Payot, 1995, pp. 150158.Google Scholar

22 Secretan, , op. cit., p. 557.Google Scholar

23 Il n'existe malheureusement pas, à notre connaissance, de rapport de synthèse rendant compte de l'ensemble des activités de la Croix-Rouge suisse lors de l'accueil de l'armée de l'Est. En revanche, le rapport de la section neuchâteloise qui, en raisonde la géographie, fut la première à venir en aide aux internés, décrit les activitété déployées de façon spontanée lors du passage des troupes, puis de façon plus organisée durant les semaines qui ont suivi: organisation de cuisines permettant de dormer des repas chauds aux soldats de passage; ouverture d'infirmeries afin de prodiguer des soins aux blessés et aux malades en attendant leur évacuation vers des hôpitaux; hébergement d'innombrables soldats malades ou valides dans des édifices publics ou des maisons particulières; distribution de vivres, d'habits, de fourrage et de bois de chauffage, etc. Société suisse de Secours aux Militaires blessés, Section neuchâteloise, Rapport général, 1er juillet 1871, Neuchâtel, Imprimerie de James Attinger, 1871.

24 Meyer, André und Horat, Heinz, Bourbaki, Episoden und Erlebnisse aus der Internierungszeit der Bourbaki-Armee 1871, Bern, Édition Erpf, 1981.Google Scholar

25 Idem, pp. 15–16. Le panorama était un mode d'expression artistique qui connut un grand succès durant la seconde moitié du XIXe siècle. Il s'agissait d'un bâtiment circulaire en forme de rotonde, dont toute la paroi intérieure était couverte par une toile peinte circulaire représentant un paysage ou un événement historique exceptionnel; la peinture devait dormer l'illusion de la profondeur; le plafond et le sol étaient également décorés de telle façon que le visiteur, qui pénétrait dans le panorama par un couloir souterrain et un escalier en spirale dormant accès à une plate-forme surélevée située au centre de la rotonde, se sentait soudainement transporté au milieu du paysage ou de l'événement représenté. De nombreuses villes d'Europe occidentale ont eu leur panorama et les sociétés qui les exploitaient faisaient circuler les toiles d'une ville à l'autre. Ce mode d'expression a ensuite été supplant? par le cinéma, qu'il préfigurait. Quelques rotondes ont subsisté et ont été transformées en théâtres, notamment la Rotonde des Champs-Élysées à Paris. A notre connaissance, le seul panorama qui ait été préservé et qui ait été exposé de façon continue depuis sa création est le panorama des Verrières, expose à Lucerne. D'après le tmoignage des contemporains, c'était aussi le plus beau.

Idem

26 Idem, p. 53. Dès 1872, Édouard Castres s'était fait connaître en exposant au Salon «L'ambulance dans la neige». Son tableau — l'une des premières représentations picturales d'une ambulance de la Croix-Rouge — avait été honoré d'une médaille d'or et salué par la critique.

Idem

27 Journal de Genève, 28 septembre 1881.

28 Kämpfen-Klapproth, Brigit, Das Bourbaki-Panorama von Èdouard Castres, 2e édition, Lucerne, Éditions de la Ville de Lucerne, 1983, pp. 3947.Google Scholar

Full text views

Full text views reflects PDF downloads, PDFs sent to Google Drive, Dropbox and Kindle and HTML full text views.

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 11 *
View data table for this chart

* Views captured on Cambridge Core between September 2016 - 24th January 2021. This data will be updated every 24 hours.

Hostname: page-component-76cb886bbf-tvlwp Total loading time: 1.155 Render date: 2021-01-24T20:55:58.824Z Query parameters: { "hasAccess": "0", "openAccess": "0", "isLogged": "0", "lang": "en" } Feature Flags: { "shouldUseShareProductTool": true, "shouldUseHypothesis": true, "isUnsiloEnabled": true, "metricsAbstractViews": false, "figures": false, "newCiteModal": false }

Send article to Kindle

To send this article to your Kindle, first ensure no-reply@cambridge.org is added to your Approved Personal Document E-mail List under your Personal Document Settings on the Manage Your Content and Devices page of your Amazon account. Then enter the ‘name’ part of your Kindle email address below. Find out more about sending to your Kindle. Find out more about sending to your Kindle.

Note you can select to send to either the @free.kindle.com or @kindle.com variations. ‘@free.kindle.com’ emails are free but can only be sent to your device when it is connected to wi-fi. ‘@kindle.com’ emails can be delivered even when you are not connected to wi-fi, but note that service fees apply.

Find out more about the Kindle Personal Document Service.

L'arrivée des «Bourbaki» aux Verrières: L'internement de la Première Armée française en Suisse le 1er février 1871
Available formats
×

Send article to Dropbox

To send this article to your Dropbox account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you use this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your <service> account. Find out more about sending content to Dropbox.

L'arrivée des «Bourbaki» aux Verrières: L'internement de la Première Armée française en Suisse le 1er février 1871
Available formats
×

Send article to Google Drive

To send this article to your Google Drive account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you use this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your <service> account. Find out more about sending content to Google Drive.

L'arrivée des «Bourbaki» aux Verrières: L'internement de la Première Armée française en Suisse le 1er février 1871
Available formats
×
×

Reply to: Submit a response


Your details


Conflicting interests

Do you have any conflicting interests? *