Skip to main content Accessibility help
×
Home

Un Physiologiste philosophe: Claude Bernard*

  • Georges Canguilhem (a1)

Extract

On commémore assez couramment la naissance ou la mort d'un savant, qui sont deux événements contingents, étrangers à la valeur de l'homme, bien que le premier ait rendu cette valeur possible quant à la manifestation, et que le second l'ait rendue d'autant plus précieuse qu'il en a souligné la fragilité.

Paul Valéry a dit que «les grands hommes meurent deux fois, une fois comme hommes et une fois comme grands ». De Claude Bernard, on peut dire que l'année 1965 a confirmé sa survie comme grand, près d'un siècle après sa mort comme homme (1878), car ce qui fut célébré, au Collège de France, dans un Colloque à la fois historique et scientifique, c'est le Centenaire d'un grand livre. Commémoration done au plein sens du terme, puisqu'en identifiant un homme et son œuvre, la postérité ressuscitait le premier en reconnaissant et en proelamant la présence stimulante et agissante de la seconde dans l'univers de la culture.

Copyright

References

Hide All

* C'est moi qui souligne.

* Texte d'une conférence prononcée à l'Université de Montréal à l'automne 1966.

Un Physiologiste philosophe: Claude Bernard*

  • Georges Canguilhem (a1)

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed