Hostname: page-component-848d4c4894-r5zm4 Total loading time: 0 Render date: 2024-06-22T06:38:04.599Z Has data issue: false hasContentIssue false

Modélisation d'une croissance en deux stances chez l'albacore (Thunnus albacares) de l'Atlantique Est

Published online by Cambridge University Press:  15 July 1992

Didier Gascuel
Affiliation:
ENSAR/ORSTOM/CRODT, Département Halieutique, 65, route de Saint-Brieuc, 35042 Rennes Cedex, France
Alain Fonteneau
Affiliation:
ORSTOM/CRODT, BP 2241, Dakar, Sénégal
Corinne Capisano
Affiliation:
ORSTOM/CRODT, BP 2241, Dakar, Sénégal
Get access

Abstract

Le modèle composite, communément admis pour décrire les deux stances de croissance de l'albacore dans l'Atlantique Est, est ré-examiné. La valeur du paramètre t0 est corrigée. L'équation de croissance est exprimée en fonction d'un âge conventionnel. Les limites de ce modèle sont soulignées. Différents modèles continus sont ensuite ajustés sur les données de Capisano et Fonteneau (1991), qui estiment l'âge par décomposition polymodale des fréquences de tailles des captures réalisées par les senneurs, durant la période 1983–1988. On montre que l'ajustement des modèles à 3 ou 4 paramètres (Gompertz, Richards et Von Bertalanffy généralisé) est peu satisfaisant. On propose un modèle à 5 paramètres, combinant une fonction linéaire et une loi de Von Bertalanffy généralisée. La validité et l'ajustement de ce modèle sont analysés. Il permet de décrire correctement la croissance dans l'intervalle 40 à 150 cm de longueur à la fourche et 0,25 à 4,25 ans. Afin de disposer d'une équation unique, couvrant l'ensemble de la phase exploitée jusqu'à 170 cm de longueur et 6,0 ans, le modèle est ré-ajusté à des données simulées à partir des modèles précédents. La croissance au sein de la phase exploitée s'exprime alors comme suit :

L(t) = 37,8 + 8,93×t + (137,0 - 8,93×t) × [l - exp(-0,808×t)]7,49

La fiabilité de cette équation est discutée, en relation notamment avec l'existence probable d'un dimorphisme sexuel de croissance. Des hypothèses sont développées pour expliquer l'existence d'une stance de croissance juvénile lente, suivie d'une accélération de croissance au voisinage de 47 cm, puis d'un point d'inflexion au voisinage 90 cm. En particulier, la succession des 2 stances de croissance semble liée aux migrations de l'espèce, à l'intérieur de l'Atlantique Est et vers l'Atlantique Ouest.

Type
Research Article
Copyright
© IFREMER-Gauthier-Villars, 1992

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)