Skip to main content Accessibility help
×
Home

La raison dans l’histoire de la persécution: Observations sur l’historiographie des relations entre juifs et chrétiens sous l’angle des baptêmes forces

  • Elsa Marmursztejn (a1)

Résumé

La question du baptême forcé, comme forme de la persécution des juifs inscrite dans la longue durée de l’histoire des sociétés occidentales, apparaît comme un lieu de fortes tensions historiographiques. Analysant les risques auxquels son étude s’expose (” conception larmoyante de l’histoire juive », optique « téléologique », « anachronique », « judiciaire »), l’article traite des tendances historiographiques qui, rejetant le paradigme de la « société persécutrice » et réduisant systématiquement la part des facteurs religieux dans l’explication des formes de la persécution, ont donné lieu à un travail spécifique sur la causalité et la temporalité historiques. Deux situations précises (la première croisade en 1096, la croisade des Pastoureaux en 1320) permettent d’observer les mécanismes de rationalisation à l’oeuvre dans cette nouvelle histoire de la persécution, et de rendre compte de la diversité de ses objets et de ses approches.

Abstract

Forced baptism, as a long-lasting instance of the persecution of Jews in Western societies, has been a highly controversial historiographical issue. Taking into account the risks involved in such a stance–as being a “lachrymose conception of Jewish history” and advocating “teleological”, “anachronistic”, “judiciary” views–this paper deals with the historiographical trends which, ruling out the “persecuting society” paradigm and systematically minimizing the part played by religious factors to explain the forms of persecution, have resulted in a specific work on historical causality and temporality. Two situations (the first Crusade in 1096 and the Crusade of the Pastoureaux in 1320) enable us to observe the mechanisms of rationalization in this new history of persecution, and show the diversity of its objects and approaches.

Copyright

References

Hide All

1 - Sur l’affaire Finaly, voir Poujol, Catherine, Les enfants cachés. L’affaire Finaly, 1945-1953, Paris, Berg International, 2006 .

2 - Concile de Tolède IV, canon 57; repris dans le Décret de Gratien, D. 45, c. 5, Friedberg, Emil (éd.), Decretum Gratiani, Leipzig, B. Tauchnitz, 1879, I, col. 161162 .

3 - Ibid., canon 60; Decretum Gratiani, C. 28, q. 1, c. 11 (Fr. I, 1087). Sur l’articulation entre baptême et enlèvement des enfants juifs, je me permets de renvoyer à Marmursztejn, Elsa, « Effacer et soustraire. Infanticides et baptêmes forcés au Moyen Âge », Penser/Rêver, 17, 2010, p. 132155 .

4 - Sur cette question, voir Hazan, Katy, Les orphelins de la Shoah. Les maisons de l’espoir (1944-1960), Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 63100 ; Wievorka, Annette, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992, p. 369390 .

5 - D’aquin, Thomas, Quodlibet II, 7 , in Gauthier, R.-A. (éd.), Sancti Thomae de Aquino Opera Omnia, Rome/Paris, Commission léonine/Éd. du Cerf, 1996, t. 25-2, p. 221224 .

6 - Jean Duns Scot, Opus oxoniense, lib. 4, d. 4, q. 9, texte édité par Marmursztejn, Elsa et Piron, Sylvain, « Duns Scot et la politique. Pouvoir du prince et conversion des juifs », in Boulnois, O. et al. (éd.), Duns Scot à Paris, 1302-2002, Turnhout, Brepols, 2004, p. 2162, ici p. 58-62.

7 - De Florence, Antonin, Summa theologica, III, tit. 14, cap. 13, § 9, Nuremberg, Antoine Koberger, 1477; voir Pierre Michaud-Quantin, « La conscience individuelle et ses droits chez les moralistes de la fin du Moyen Âge », in Wilpert, P. (dir.), Universalismus und Partikularismus im Mittelalter, Berlin, De Gruyter, 1968, p. 46 .

8 - E. Marmursztejn et S. Piron, «Duns Scot et la politique… », art. cit.

9 - Baer, Yitzhak F., Galout. L’ imaginaire de l’exil dans le judaïsme, Paris, Calmann-Lévy, [1936] 2000 , et surtout Yerushalmi, Yosef H., Zakhor. Histoire juive et mémoire juive, Paris, Gallimard, [1982] 2008 .

10 - Grévin, Benoît, Dominique IOGNA-PRAT et Danièle SANSY, « Destins des juifs d’Europe du Nord: une question d’histoire globale », Médiévales, 41, 2001, p. 713 .

11 - Aristote, Rhétorique, livre II, chap. 8 (1386a), cité par Ginzburg, Carlo, « Tuer un mandarin chinois. Des conséquences morales de la distance », À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, [1998] 2002, p. 166 .

12 - Yerushalmi, Y. H., Zakhor…, op. cit., p. 64 .

13 - Ibid., p. 66 et n. 44, p. 66.

14 - Les questions scolastiques sur le baptême forcé portent d’ailleurs fréquemment sur les enfants des juifs « et des autres infidèles ». Voir en particulier les travaux récents d’Isabelle Poutrin sur la conversion forcée des musulmans d’Espagne: Isabelle Poutrin, « L’Église et les consentements arrachés. Violence et crainte dans le baptême et l’apostasie (Espagne, XVIe-XVIIe siècle) », Rivista di Storia del Cristianesimo, 7-2, 2010, p. 489-508; Id., « Sisebut et les morisques. Le roi wisigoth Sisebut, figure des débats sur la conversion des musulmans et l’expulsion desmorisques d’Espagne (XVIe-XVIIe siècles) », in B. VINCENT (dir.), L’expulsion des morisques. Quand ? Pourquoi ? Comment ?, Madrid, Casa de Velázquez (à paraître).

15 - Voir sur ce point l’étude classique de Simon, Marcel, Israel, Verus. Étude sur les relations entre chrétiens et juifs dans l’Empire romain (135-425), Paris, De Boccard, 1948, p. 92124 .

16 - Grévin, B., Iogna-Prat, D. et Sansy, D., « Destins des juifs d’Europe du Nord… », art. cit., p. 89 et 13.

17 - Grévin, Benoît, « Israël en Edom: à propos de quelques publications récentes sur l’histoire du judaïsme en Europe du Nord au Moyen Âge central (XIe-XIVe siècles) », Médiévales, 41, 2001, p. 149164 .

18 - Moore, Robert I., La persécution. Sa formation en Europe. Xe-XIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, [1987] 1991 .

19 - Premier titulaire d’une chaire d’histoire juive en Amérique du Nord et premier juif membre du département d’histoire réputé de l’université Columbia, l’historien a fait l’objet d’une biographie de Liberles, Robert, Salo Wittmayer Baron: Architect of Jewish history, New York, New York University Press, 1995 .

20 - Baron, Salo W., « Ghetto and emancipation », The Menorah Journal, 14, 1928 , repr. in Schwarz, L. W. (éd.), The Menorah treasury: Harvest of half a century, Philadelphie, The Jewish Publication Society of America, 1964, p. 5063, ici p. 63.

21 - Schorsch, Ismar, « The lachrymose conception of Jewish history », From text to context. The turn to history in modern Judaism, Hanovre/Londres, Brandeis University Press, 1994, p. 377380 , a précisément restitué le contexte historiographique de son émergence.

22 - Letteris, Meir, Emek Habaca. Historia persecutionum Judaeorum, comprehendens periodum ab anno LXX usque MDLXXV, a Josepho Ha-Cohen, Vienne, Sollinger, 1852 .

23 - Wiener, Meir, Emek Habacha von Joseph Ha-Cohen, Leipzig, Leiner, 1858 .

24 - Schorsch, I., « The lachrymose conception… », art. cit., p. 377378 .

25 - Baron, Salo W., A social and religious history of the Jews, New York, Columbia University Press, 1937 .

26 - Ibid., p. 40.

27 - Ibid.

28 - Les dix-huit volumes de la seconde édition sont parus entre 1952 et 1983.

29 - Je me permets de renvoyer sur ce point à Marmursztejn, Elsa, « La construction d’un passé meilleur: Salo Wittmayer Baron et la condition des juifs d’Europe avant l’Émancipation », Penser/Rêver, 19, 2011, p. 101120 .

30 - Baron, S. W., « Ghetto and emancipation », art. cit., p. 6162 .

31 - Ibid., p. 57-60.

32 - Ibid., p. 53-54.

33 - Ibid., p. 54-55.

34 - Ibid., p. 59-60.

35 - Ibid., p. 60.

36 - Engel, David, « Crisis and lachrymosity: On Salo Baron, neobaronianism and the study of modern European Jewish history », Jewish History, 20-3/4, 2006, p. 243264 .

37 - Ibid., p. 248.

38 - En montrant que les communautés de la diaspora, dans leur lutte pour l’émancipation puis dans son accomplissement, ont entretenu un dialogue créatif avec les sociétés environnantes comme avec les traditions juives, dont sont issus de nouvelles identités juives et un sentiment croissant d’appartenance à ces sociétés ( Engel, D., « Crisis and lachrymosity… », art. cit., p. 245, n. 7 ).

39 - «A conversation about Baron, Salo between Liberles, Robert and Zipperstein, Steven J. », Jewish Social Studies, 1-3, 1995, p. 6682 .

40 - Ibid., p. 75.

41 - Ibid., p. 76.

42 - Baron, Salo W., « Emphases in Jewish history », Jewish Social Studies, 1, 1939, p. 1538 .

43 - Ibid., p. 37.

44 - Ibid., p. 37-38.

45 - Baron, Salo W., « The modern age », in Schwarz, L. (éd.), Great ages and ideas of the Jewish people, New York, Random House, 1956, p. 315484, ici p. 315.

46 - Ibid., p. 316.

47 - « A conversation about Salo Baron… », art. cit., p. 76.

48 - E. Marmursztejn, « La construction d’un passé meilleur… », art. cit.

49 - Baron, Salo W., « Newer emphases in Jewish history », Jewish Social Studies, 25-4, 1963, p. 239 .

50 - Ibid., p. 240.

51 - Ibid.

52 - Ibid.

53 - Ibid., p. 242.

54 - Ibid., p. 240.

55 - Céline, Louis-Ferdinand, Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 3839 : « Vive le bon pleurnichage juif ! Vive la complainte qui réussit ! Vive l’immense lamentation ! Elle attendrit tous les bons coeurs, elle fait tomber avec l’or toutes les murailles qui se présentent […]. Dans le fondu sentimenteux le Juif taille, découpe, ronge, effrite, empoisonne, prospère […]. Vive l’excellente jérémiade ! […] Le guichet des Lamentations ! […] Pleurer nourrit ! Pleurer fait fondre ! Pleurer c’est le triomphe des Juifs ! Réussit admirablement ! Le monde à nous par les larmes ! Vingt millions de martyrs bien entraînés c’est une force ! Les persécutés surgissent, hâves, blêmis, de la nuit des temps, des siècles de torture… Les voici les fantômes… remords… suspendus à nos flancs… »

56 - Nirenberg, David, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, PUF, [1996] 2001, p. 6 .

57 - Ibid., p. 2.

58 - Ibid., p. 3.

59 - Ibid., p. 4.

60 - Ibid., p. 6.

61 - Ibid.

62 - Ibid., p. 304.

63 - Globalement favorable à un ouvrage « à dessein provocateur », qui met à mal le « modèle influent dans l’historiographie anglo-saxonne auquel se sont ralliés certains Européens, celui de la ‘société persécutrice’ […]. Selon cette problématique, dont l’horizon historiographique ultime est l’holocauste nazi, une mentalité ou culture collective ‘persécutrice’, qui deviendra caractéristique de l’Occident dans la longue durée, se serait développée au cours du Moyen Âge central […]. L’auteur en prend le contre-pied en explorant […] une alternative « intentionnaliste » et praxéologique: chaque acteur du jeu social en Aragon au 14e siècle utilise les discours existant sur les groupes religieux de ses fins individuelles. Les possibilités d’utilisations, et leurs potentiels de réussite, dépendent avant tout du contexte local et non d’une quelconque mentalité paneuropéenne » (Philippe BUC, « Anthropologie et histoire (note critique) », Annales HSS, 53-6, 1998, p. 1243-1244).

64 - Ibid., p. 1248.

65 - Nirenberg, D., Violence et minorités…, op. cit., p. 273 .

66 - Ibid., p. 274.

67 - Ibid., p. 275.

68 - Dont la formulation provocatrice est nuancée en note: Nirenberg, D., Violence et minorités…, op. cit., p. 278, n. 1.

69 - Ibid., p. 277.

70 - Bloch, Marc, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, A. Colin, [1949] 1997, p. 5357 .

71 - Bloch, Marc, Les rois thaumaturges, Paris, Gallimard, [1924] 1983, p. 21 .

72 - Baron, S. W., A social and religious history…, op. cit., vol. 2, p. 40 .

73 - Baron, S. W., « The modern age », art. cit., p. 316 .

74 - Decretum Gratiani, D. 45, c. 5 (Fr. I, 161-162).

75 - Caffiero, Marina, Battesimi forzati. Storia di ebrei, cristiani et convertiti nella Roma dei papi, Rome, Viella, 2004, p. 79 .

76 - Ibid., p. 81-85.

77 - Ce sera le cas en 1858 dans l’affaire Mortara: voir Kertzer, David, Pie IX et l’enfant juif. L’enlèvement d’Edgardo Mortara, Paris, Perrin, [1997] 2001 .

78 - Caffiero, M., Battesimi forzati…, op. cit., p. 8586 .

79 - Sanctissimi Domini nostri Benedicti papae XIV Bullarium, Venise, 1778, t. 2, § 29, p. 95.

80 - Ibid., § 27, p. 94.

81 - Ibid., § 29, p. 95; Decretum Gratiani, C. 28, q. 1, c. 11 (Fr. I, 1087).

82 - Poujol, C., Les enfants cachés…, op. cit., p. 106 et 192-193.

83 - Isaac, Jules, Genèse de l’antisémitisme, Paris, 10-18, [1956] 1998, p. 239 .

84 - « L’affaire Finaly », Bulletin rationaliste, organe trimestriel de la fédération de libre-pensée de la Haute-Savoie et des rationalistes de l’enseignement, 3e et 4e trimestres 1953. Cette référence est indiquée par Poujol, C., Les enfants cachés…, op. cit., p. 72 .

85 - « L’affaire Finaly », Bulletin rationaliste…, op. cit., p. 5.

86 - Ibid., p. 6.

87 - Pierre Cazier, «De la coercition à la persuasion. L’attitude d’Isidore de Séville face à la politique antijuive des souverains visigothiques », in Nikiprowetzky, V. (dir.), De l’antijudaïsme antique à l’antisémitisme contemporain, Lille, Presses universitaires de Lille, 1979, p. 125146 .

88 - Blumenkranz, Bernhard, Juifs et chrétiens dans le monde occidental, 430-1096, Paris/Louvain, Peteers, [1960] 2006, p. 108113 .

89 - Cazier, P., « De la coercition à la persuasion… », art. cit., p. 142 .

90 - Ibid., p. 143-144.

91 - Augustin, Du baptême, contre les Donatistes, lib. 7, cap. 53, § 102, cité par CAZIER, P., « De la coercition à la persuasion… », art. cit., p. 134 : « De même, d’après les règles de mes prédécesseurs, je ne doute pas que quiconque reçoit le baptême, même dans des dispositions fausses (fallaciter) dans l’Église […], ne le reçoive véritablement […]. Mais, à supposer une société qui ne fût point composée de personnes ayant la foi, et à supposer que celui qui recevrait le baptême ne crût pas lui non plus, et que tout se passât de part et d’autre par manière de jeu, de comédie et de plaisanterie, serait-ce tout de même le vrai baptême ? Je pense qu’il faudrait demander à Dieu […] de faire connaître ce qu’il en pense. »

92 - Ibid.

93 - Isidore De Séville, Sentences, lib. 2, cap. 7 (” De conversis »), sent. 8, cité par Cazier, P., « De la coercition à la persuasion… », art. cit., p. 141 .

94 - Ibid., p. 142.

95 - Parisoli, Luca, « La contribution de Duns Scot à la science juridique et à la science de la législation. Ses analyses à propos du baptême », Collectanea Franciscana, 73, 2003, p. 589616 , spécialement p. 606-611 sur le baptême forcé des enfants juifs.

96 - Le carme catalan Guido Terreni réfute les arguments-clés de Scot en 1339 dans son Commentarius super Decreto Gratiani. De consecratione, D. 4, c. 100, in Xiberta, B. F. M. (dir.), Guiu Terrena carmelita de Perpinyà, Barcelone, Institucio Patxot, 1932, p. 315318 ; Dahan, Gilbert, « Les juifs dans le Commentaire du Décret de Gui Terré », Sefarad, 52-2, 1992, p. 393405 .

97 - Parisoli, L., « La contribution de Duns Scot… », art. cit., p. 607608 .

98 - Quadri, Goffredo, Autorità e libertà nella filosofia di Giovanni Duns Scoto, Naples, Studio di propaganda editoriale, 1939, p. 2427 , cité par Parisoli, L., « La contribution de Duns Scot… », art. cit., p. 608, n. 27. Jean-Luc SOLÈRE, « Le droit à l’erreur. Conversions forcées et obligation de conscience dans la pensée chrétienne », in Attias, J.-C. (dir.), De la conversion, Paris, Éd. du Cerf, 1997, p. 296 , montre a contrario que des penseurs comme Abélard et Thomas d’Aquin ont « posé les fondements de ce que pourrait être la tolérance religieuse au sens fort: […] admettre que l’autre, l’hérétique, le différent, l’indifférent, a un droit à l’erreur, le droit d’errer, et de persévérer en toute bonne foi, sans être inquiété, lorsque sa conscience […] l’y oblige ».

99 - Marmursztejn, E. et Piron, S., « Duns Scot et la politique… », art. cit., p. 2639 et 46-52.

100 - Jean Duns Scot, Opus oxoniense, lib. 4, d. 4, q. 9, édité par Marmursztejn, E. et Piron, S., « Duns Scot et la politique… », art. cit., p. 5862 .

101 - Parisoli, L., « La contribution de Duns Scot… », art. cit., p. 608 .

102 - Decretum Gratiani, C. 28, q. 1, c. 11 (Fr. I, 1087).

103 - Parisoli, L., « La contribution de Duns Scot… », art. cit., p. 610 .

104 - Marmursztejn, E. et Piron, S., « Duns Scot et la politique… », art. cit., p. 6162 .

105 - Le texte de la note a été publié par Poujol, C., Les enfants cachés…, op. cit., p. 187 .

106 - Qu’elle explique en ces termes: « Le fils d’un juif est juif et une part de son identité est visée par le génocide qui a touché son peuple, qui le touche toujours aujourd’hui, c’est peut-être un des éléments caractéristiques de ce processus unique en son genre nommé ‘Mémoire de la Shoah’. D’où une indignation sans cesse réactivée, une plaie ouverte en permanence, une actualisation immédiate. J’en veux pour preuve la campagne de presse qui a suivi, en 2004 et 2005, ma découverte d’une pièce prouvant qu’ordre a bien été donné par l’Église catholique de ne pas rendre les enfants juifs baptisés à leurs parents » (ibid., p. 297).

107 - Ibid., p. 298.

108 - De Poitiers, Richard, Chronicon, Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, V. Palmé, 1877, t. 12, p. 411412 : « Antequam tamen illuc pergerent, Judaeos per omnem fere Galliam, praeter eos qui baptisari voluerunt, multa strage peremerunt. Dicebant enim injustum fore ut inimicos Christi in terra sua vivere permitterent, qui contra rebelles Christi persequendos arma sumpserunt. » Salomon bar Samsom prête également ce discours aux croisés rassemblés à l’appel du pape: Haverkamp, Eva (dir.), Hebräische Berichte über die Judenverfolgungen während des ersten Kreuzzugs, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 2005, p. 298 ; sur cette « new-style persecution », voir notamment Chazan, Robert, European Jewry and the first Crusade, Berkeley, University of California Press, 1987, p. 217220 .

109 - Breuer, Mordechai, « Women in Jewish martyrology », in Assis, Y. T. et al., Facing the Cross: The persecutions of 1096 in history and historiography [en hébreu], Jérusalem, Magnes Press, 2000, p. XIII .

110 - Répondant à l’injonction du Lévitique (22, 32) de ne pas profaner le nom de Dieu, qui a servi de justification au martyre. Voir Cohen, Jeremy, Sanctifying the name of God: Jewish martyrs and Jewish memories of the First Crusade, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2004, p. 20 .

111 - Haverkamp, E. (dir.), Hebräische Berichte…, op. cit., p. 262 .

112 - Ibid., p. 274.

113 - Marcus, Ivan G., « The representation of reality in the narratives of 1096 », Jewish History, 13, 1999, p. 3748 ; Cohen, J., Sanctifying the name of God…, op. cit., p. 106129 .

114 - Haverkamp, E. (dir.), Hebräische Berichte…, op. cit., p. 354 .

115 - Ibid., p. 354-358.

116 - La question de savoir s’il existe des précédents au choix du martyre en dehors des cas prévus par la loi talmudique, et au meurtre des proches pour les soustraire à la conversion, fait toutefois l’objet de vigoureux débats. Les éléments de tradition préashkénaze invoqués par Avraham Grossman sont récusés par Haym Soloveitchik sur la base de minutieuses analyses textuelles: Grossman, Avraham, « The roots of early Ashkenazic martyrdom », in Gafni, I. et Ravitzky, A. (dir.), Sanctity of life and martyrdom: Studies in memory of Amir Yekutiel, Jérusalem, The Zalman Shazar Center for Jewish History, 1992, p. 99130 [en hébreu]; Id., « The cultural and social background of Jewish martyrdom in Germany in 1096 », in Haverkamp, A. (dir.), Juden und Christen zur Zeit der Kreuzzüge, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1999, p. 7386 . On verra d’autre part Soloveitchik, Haym, « Halakhah, hermeneutics, and martyrdom in medieval Ashkenaz (part II) », The Jewish Quarterly Review, 94-2, 2004, p. 278299 .

117 - Marcus, Ivan G., « From politics to martyrdom: Shifting paradigms in the Hebrew narratives of the 1096 Crusade riots » [1982], in Cohen, J. (dir.), Essential papers on Judaism and Christianity in conflict. From late Antiquity to the Reformation, New York, New York University Press, p. 469483, ici p. 475.

118 - Ibid., p. 476.

119 - Ibid., p. 472 et 478-479.

120 - Nirenberg, David, « The Rhineland massacres of Jews in the First Crusade: Memories medieval and modern », in Althoff, G., Fried, J. et Geary, P. (dir.), Medieval concepts of the past: Ritual, memory, historiography, Washington/Cambridge, German Historical Institute/Cambridge University Press, 2002, p. 279309 .

121 - Myers, David, « Mehabevin et ha-tsarot: Crusade memories and modern Jewish martyrologies », Jewish History, 13-2, 1999, p. 4964 .

122 - Nirenberg, D., « The Rhineland massacres… », art. cit., p. 280 .

123 - Ibid.

124 - Ibid., p. 295-298.

125 - Ibid., p. 303: « Through their literature of destruction, Jews perceive the cyclical nature of violence and find some measure of comfort in the repeatability of the unprecedented. »

126 - «We will hear an echo [dans les sources sur les événements de 1096] of what befell our generation. We will also draw from them strength to bear the pain and offer a bit of consolation in order to continue. Our enemies wanted to annihilate us, but we are still alive » (cité par Myers, D., « Mehabevin et ha-tsarot… », art. cit., p. 60 ).

127 - Ibid., p. 61.

128 - Dont les « dangers » étaient « particularly evident in the post-Holocaust world in which the impulse to ‘cherish affliction’ has become a central pillar of Jewish identity, even when that impulse has been shorn of its traditional rationale » (ibid.)

129 - Chazan, R., European Jewry…, op. cit., p. 209210 .

130 - Elukin, Jonathan, Living together, living apart: Rethinking Jewish-Christian relations in the Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 2007, p. 7683 .

131 - Qui figurent dans certains des textes qu’il utilise; Haverkamp, Eva, « Martyrs in rivalry: The 1096 Jewish martyrs and the Thebean legion », Jewish History, 23-4, 2009, p. 319 , souligne que les évêques et les citadins « welcomed the life-theatening situation for the Jews as an opportunity to baptize them».

132 - Elukin, J., Living together…, op. cit., p. 83 .

133 - Baron, S. W., A social and religious history…, op. cit., vol. 2, p. 29 et 36-37.

134 - Ibid., p. 31: l’exaltation du martyre pour « sanctifier le nom de Dieu » est mentionnée comme l’une des réactions suscitées par la persécution, sans lien direct avec les événements de 1096.

135 - Grossman, A., « The cultural and social background of Jewish martyrdom in 1096 », in Assis, Y. T. et al., Facing the Cross…, op. cit., p. IXX ; Cohen, J., Sanctifying the name of God…, op. cit., p. 1330 .

136 - Cohen, J., Sanctifying the name of God…, op. cit., p. 60 .

137 - La proposition de J. Cohen s’inscrit dans un débat sur la « facticité » de ces chroniques, qui oppose en particulier, depuis les années 1980, I. Marcus et R. Chazan. On verra d’une part I. G. Marcus, « From politics to martyrdom… », art. cit., spécialement p. 471; sa recension dans Speculum, 64-3, 1989, p. 685-688, de l’ouvrage de Chazan, R., European Jewry…, op. cit.; Id., « History, story, and collective memory: Narrativity in early Ashkenazic culture », Prooftexts, 10-3, 1990, p. 365388 . On verra d’autre part R. Chazan, European Jewry…, op. cit., p. 46-49; Id., « The facticity of medieval narrative: A case study of the Hebrew First Crusade narratives », Association for Jewish Studies Review, 16, 1991, p. 31-56; Id., God, humanity, and history: The Hebrew First Crusade narratives, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 22-24 et 124-139. Malkiel, David fait la synthèse de ce débat dans Reconstructing Ashkenaz: The human face of Franco-German Jewry. 1000-1250, Stanford, Stanford University Press, 2009, p. 7677 .

138 - Salomon bar Samson précise qu’à Ratisbonne, les convertis n’avaient reçu le baptême que sous une forte contrainte, faute d’avoir pu résister à l’ennemi, lequel « n’avait pas voulu les tuer » ( Haverkamp, E. (dir.), Hebräische Berichte…, op. cit., p. 480 ).

139 - Stow, Kenneth, « Conversion, apostasy and apprehensiveness: Emicho of Flonheim and the fear of Jews in the 12th century », Speculum, 76-4, 2001, p. 911933, ici p. 924-925.

140 - Ibid., p. 925.

141 - Qu’il faudrait lire comme ceux des juifs tués, et non comme ceux des seuls suicidés. Stow, K., « Conversion, apostasy and apprehensiveness… », art. cit., p. 932933 , ne vise pas ici à relativiser le nombre de suicides dans l’absolu, mais à interpréter la différence généralement admise entre le choix du martyre par les ashkénazes de 1096 et le choix de la conversion par les juifs ibériques entre le XIVe et le XVIe siècle: si l’on admet que le nombre de convertis fut supérieur aux estimations fondées sur des sources destinées à justifier le choix du martyre, la véritable opposition entre les deux expériences résiderait moins dans l’action que dans la mémoire. L’opposition classique entre les attitudes respectives des sépharades et des ashkénazes face au martyre est également mise en cause dans l’ouvrage récent de Malkiel, D., Reconstructing Ashkenaz…, op. cit., p. 254261 , qui renvoie en particulier à Carlebach, Elisheva, Between history and hope: Jewish messianism in Ashkenaz and Sepharad, New York, Third Annual Lecture of the Victor J. Selmanowitz Chair of Jewish History, Touro College, 1998 .

142 - Haverkamp, E. (dir.), Hebräische Berichte…, op. cit., p. 13 .

143 - Yuval, Israel, Two nations in your womb: Perceptions of Jews and Christians in late Antiquity and the Middle Ages, Berkeley, University of California Press, 2006 .

144 - Comme il ressort des sources chrétiennes étudiées par Minty, Mary, « Kiddush HaShem in German Christian eyes in theMiddle Ages » [en hébreu], Zion, 59, 1994, p. 233244 ; voir Stow, K., «Conversion, apostasy and apprehensiveness… », art. cit., p. 924, n. 44 .

145 - Ibid., p. 930, sans référence aux travaux d’I. Yuval.

146 - Marcus, Ivan G., « Hierarchies, religious boundaries and Jewish spirituality in Medieval Germany », Jewish History, 1-2, 1986, p. 726, ici n. 27, p. 24-25. Sur l’émergence de l’accusation de meurtre rituel, voir Mcculloh, John M., « Jewish ritual murder: William of Norwich, Thomas of Monmouth, and the early dissemination of the myth », Speculum, 72-3, 1997, p. 698740 .

147 - Roth, Cecil, « The feast of Purim and the origins of the blood accusation », Speculum, 8-4, 1933, p. 520526 ; Yuval, I., Two nations in your womb…, op. cit., p. 165167 .

148 - Yuval, I., Two nations in your womb…, op. cit., p. 167 .

149 - Ibid., p. 167-169.

150 - Ibid., spécialement p. 136-138.

151 - D’aix, Albert, Historia Hierosolymitanae expeditionis. Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, Paris, Impr. nationale, 1879, vol. 4, p. 293 : « Matres pueris lactentibus, quod dictu nefas est, guttura ferro secabant, alios transforabant, volentes potius sic propriis manibus perire, quam incircumcisorum armis extingui. »

152 - BERNOLD DE CONSTANCE, Chronicon, éd. par G. H. Pertz, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, Hanovre, Hahn, 1844, t. 5, p. 465: « Diabolo et propria duricia persuadente, ipsos interfecerunt. »

153 - Gesta Trevorum, éd. par Pertz, G. H., Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, Hanovre, Hahn, 1848, t. 8, p. 190 .

154 - Ce commentaire biblique d’origine ashkénaze, repris dans deux oeuvres provençales du XIVe siècle, est cité par Soloveitchik, Haym, « Halakhah, hermeneutics, and martyrdom in medieval Ashkenaz (part I) », The Jewish Quarterly Review, 94-1, 2004, p. 77108, ici p. 102.

155 - Yuval, I., Two nations in your womb…, op. cit., p. 162 .

156 - Confessio Baruc olim Iudei modo baptizati et postmodum reversi ad iudaismum, in Duvernoy, J. (éd.), Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers (1318-1325), Toulouse, Privat, 1965, t. 1, p. 177185 .

157 - Pape entre 1335 et 1342 sous le nom de Benoît XII.

158 - Le début du texte le désigne sous le nom de Baruc Theutonicus: Confessio Baruc…, op. cit., t. 1, p. 177.

159 - Grayzel, Solomon, « The confession of a medieval Jewish convert », Historia Judaica, 17-2, 1955, p. 89120 .

160 - Grayzel, Solomon, « Popes, Jews, and Inquisition, from Sicut to Turbato », in Katsch, A. I. et Nemoy, L. (dir.), Essays on the occasion of the seventieth anniversary of the Dropsie University, 1909-1979, Philadelphie, Dropsie University, 1979, p. 151188 .

161 - Yerushalmi, Yosef Y., « The Inquisition and the Jews of France in the time of Bernard Gui », Harvard Theological Review, 63-3, 1970, p. 317376, ici p. 329-330, n. 38.

162 - Barber, Malcolm, « The Pastoureaux of 1320 », Journal of Ecclesiastical History, 32-2, 1981, p. 143166, ici p. 144-149.

163 - La distinction entre contrainte absolue et contrainte conditionnelle est élaborée par Innocent III dans une lettre adressée en 1201 à l’archevêque d’Arles, insérée en 1234 au Liber extra et connue sous le nom de décrétale Maiores. Le pape y répond à plusieurs questions sur la nécessité de l’intention dans le baptême (et en premier lieu à la question de l’utilité du baptême pour les enfants qui sont incapables d’y consentir). Tout en réaffirmant qu’il était contraire à la foi chrétienne de contraindre quiconque le refusait à recevoir et à observer le christianisme, le pape invite à distinguer entre « contraint et contraint »: à la différence de celui qui le refusait totalement, celui qui n’y consentait pas mais se laissait baptiser sous la menace – conditionaliter volens, licet absolute non velit – recevait effectivement le caractère sacramentel et devait observer la foi chrétienne (Liber extra, lib. 3, tit. 42, c. 3, Fr. II, 644-646). La genèse des normes sur la contrainte a été retracée par Poutrin, I., « L’Église et les consentements arrachés… », art. cit., p. 492498 .

164 - Confessio Baruc…, op. cit., p. 185.

165 - Ibid., p. 189.

166 - Ibid., p. 179.

167 - Ibid.

168 - Ibid., p. 184. Grayzel, S., « The confession of a medieval Jewish convert », art. cit., p. 101, n. 27, a identifié dans ce passage une référence au Mishneh Torah de Maïmonide: « En temps de persécution, quand un mauvais roi apparaît, comme Nabuchodonosor et ses pareils, et qu’il décrète contre Israël qu’il faut détruire la foi et les commandements des juifs, ceux-ci doivent se laisser tuer pour ne pas transgresser ne serait-ce qu’un seul des autres commandements [en dehors des trois pour lesquels un juif doit subir le martyre en tout temps: idolâtrie, immoralité, effusion de sang], qu’il soit contraint à de telles violations en présence de dix autres juifs ou qu’il soit seul avec l’idolâtre. » Dans le Talmud, le principe selon lequel on doit préférer le martyre à la profanation du nom de Dieu en présence de dix autres juifs n’est pas précisé par la distinction entre ordre du prince et violence populaire, non plus d’ailleurs que dans l’Épître sur la persécution, où Maïmonide distingue en outre le cas où l’on est contraint « d’accomplir des actes » du cas où l’on est contraint « de prononcer de simples paroles »: « à celui qui vient nous interroger pour savoir s’il doit se faire tuer ou reconnaître [la mission prophétique de Mahomet], nous lui répondons: qu’il reconnaisse [Mahomet] et ne se fasse pas tuer; mais qu’il ne reste pas dans le royaume de ce roi […]; il doit s’exiler dans un endroit convenable et ne rester absolument pas dans un lieu de persécution et quiconque y demeure transgresse et profane le Nom divin et il est proche de la faute avec préméditation » ( Maïmonide, , Épîtres, Paris, Gallimard, 1993, p. 3841 ).

169 - Barber, M., « The Pastoureaux of 1320 », art. cit., p. 153155 .

170 - Nirenberg, D., Violence et minorités…, op. cit., p. 53 .

171 - Ibid., p. 59.

172 - Ibid., p. 53.

173 - Ibid., p. 60. Les motifs politiques, religieux et financiers de la protection royale sont analysés par Dahan, Gilbert, Les intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris, Éd. du Cerf, 1990, p. 4453 . Le prince concevait primordialement la protection de ses sujets juifs comme un devoir de justice, propre à garantir la paix; il la justifiait parfois par l’exigence, invoquée par l’Église, de la survie du « peuple témoin »; dans certains cas, cette protection était achetée par les juifs. Mais le prince les protégeait aussi parce qu’il les considérait comme son bien propre. Sur la question de la servitude des juifs vis-à-vis du souverain, on verra Dahan, G., Les intellectuels chrétiens…, op. cit., p. 6576 ; Langmuir, Gavin I., « Judei nostri and the beginning of Capetian legislation », Traditio, 16, 1960, p. 203240 ; Id., «Tanquam servi: The change in Jewish status in French law about 1200 » [1980], Toward a definition of antisemitism, Berkeley, University of California Press, 1990, p. 167-194.

174 - Nirenberg, D., Violence et minorités…, op. cit., p. 60 .

175 - Ibid., p. 61.

176 - Ibid., p. 64.

177 - Élargie à tous les « médiévaux » dans David NIRENBERG, « Warum der König die Juden Beschützen musste, und warum er sie verfolgen musste », in Jussen, B. (dir.), Die Macht des Königs. Herrschaft in Europa vom Frühmittelalter bis in die Neuzeit, Munich, C. H. Beck, 2005, p. 229 . À l’appui de cette généralisation, D. Nirenberg cite Pierre le Chantre: « Hii vero latrunculi sunt nunc sanguisuge principum qui, cum omnia suxerint, evomunt in fiscum » (cité par D. Nirenberg d’après la Patrologie latine, le texte l’est ici d’après la version récente et plus correcte donnée par Monique BOUTRY (éd.), Verbum adbreviatum, pars 1, cap. 48, Turnhout, Brepols, 2004, p. 324), auquel on peut par exemple opposer ABÉLARD, Dialogue d’un philosophe avec un juif et un chrétien, trad. par M. de Gandillac, Paris, Éd. du Cerf, 1993, p. 70-71: « N’est-il pas vrai que, dispersés parmi toutes les nations, seuls, sans roi ni prince ici-bas, nous sommes soumis à tant d’exactions que presque chaque jour, pour racheter notre misérable vie, il nous faut payer une intolérable rançon ? […] Les princes sous l’autorité desquels nous vivons, et dont nous achetons cher la protection, souhaitent d’autant plus notre mort qu’elle leur permet de faire licitement main basse sur nos biens. »

178 - Menache, Sophia, « The king, the church and the Jews: Some considerations on the expulsions from England and France », Journal of Medieval History, 13-3, 1987, p. 223236 .

179 - Jordan, William C., « Home again: The Jews in the kingdom of France, 1315-1322 » [1997], Ideology and royal power in medieval France: Kingship, crusades and the Jews, Aldershot, Ashgate, 2001, XIV, p. 2745, ici p. 27.

180 - Nirenberg, D., Violence et minorités…, op. cit., p. 62 . Sur les croisades comme procédé fiscal, on verra Barber, M., « The Pastoureaux of 1320 », art. cit., p. 160161 .

181 - Nirenberg, D., Violence et minorités…, op. cit., p. 61 .

182 - de Laurière, Eusèbe (éd.), Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, Impr. royale, 1723, p. 488489 .

183 - Balasse, Céline, L’expulsion des juifs du royaume de France, Bruxelles, De Boeck, 2008, p. 178179 .

184 - L’ordonnance de réadmission de 28 juillet 1315 rappelait les juifs pour douze ans: « Ordonnance ou établissement portant rappel des juifs pour douze ans, et des dispositions contre l’usure », Recueil général des anciennes lois françaises, t. 3, 1308-1327, Paris, Belin-Leprieur/Plon (s. d.), p. 116.

185 - On rappellera que le devoir de protection des juifs était très généralement fondé sur la doctrine de leur culpabilité, de leur servitude et sur la nécessité d’assurer les conditions d’accomplissement de la prophétie selon laquelle ils se convertiraient à l’approche de la fin des temps. On trouve par exemple chez Oldrado da Ponte – dont le recueil de consilia date précisément des années 1320 – l’idée que le prince doit protéger les juifs, rendus esclaves par la mort du Christ, parce qu’ils sont ses serfs: Ponte, Oldrado Da, consilium 87, in Zacour, N. (dir.), Jews and Saracens in the consilia of Oldradus de Ponte, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 1990, p. 83 .

186 - Nirenberg, David, « Le dilemme du souverain: génocide et justice à Valence, 1391 », in Claustre, J., Mattéoni, O. et Offenstadt, N. (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, PUF, 2010, p. 496508, ici p. 498.

Related content

Powered by UNSILO

La raison dans l’histoire de la persécution: Observations sur l’historiographie des relations entre juifs et chrétiens sous l’angle des baptêmes forces

  • Elsa Marmursztejn (a1)

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed.