Hostname: page-component-848d4c4894-xm8r8 Total loading time: 0 Render date: 2024-06-22T04:29:47.208Z Has data issue: false hasContentIssue false

La « Conversion » de L'Empire Romain Selon Peter Brown

(note critique)

Published online by Cambridge University Press:  26 July 2017

Éric Rebillard*
Affiliation:
CNRS

Extract

Pouvoir et persuasion dans l'Antiquité tardive et L'autorité et le sacré, deux des derniers ouvrages de Peter Brown qui viennent d'être traduits en français, entretiennent de nombreux échos autour d'une thématique commune, le « problème de la christianisation ». Le sous-titre du premier « Vers un empire chrétien » pose implicitement la question, tandis que celui du second « Aspects de la christianisation dans le monde romain » annonce explicitement un effort critique. C'est aux approches définies et à leurs conséquences historiographiques que je m'attache ici, sans prétendre rendre compte de l'entière richesse de ces deux livres, d'autant plus que la lecture à laquelle je me livre conduit à dégager des schémas, là où Peter Brown donne des esquisses par touches délicates et retouches suggestives.

Type
Conversions Religieuses
Copyright
Copyright © Les Éditions de l’EHESS 1999

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

3. Cf. Brown, Peter, « The Problem of Christianisation », Proceedings of the British Academy, 82, 1993, pp. 89106.Google Scholar

4. MacMullen, R., « What Difference did Christianity Make ? », Historia, 35, 1986, pp. 322343.Google Scholar

5. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 110.

6. Ibid., p. 17 : « A travers tout le livre, ce sont les provinces orientales de l'Empire romain qui retiendront notre attention ».

7. Voir ibid., p. 23, n. 13 ; p. 28, n. 29 ; pp. 41-42 ; p. 60, n. 15, P. Brown cite notamment Beik, W., Absolutism and Society in Seventeenth-Century France, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 Google Scholar et Motley, M., Becoming a French Aristocrat: The Education of the Court Nobility: 1580-1715, Princeton, Princeton University Press, 1990.Google Scholar

8. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 58.

9. Kaster, R. A., Guardians of Language: The Grammairian and Society in Late Antiquity, Berkeley, University of California Press Google Scholar, « The Transformation of the Classical Heritage-17 », 1988.

10. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 65.

11. Bloch, M., « Why Oratory ? », Political Language and Oratory in Traditional Society, Bloch, M. (éd.), Londres, London Academic Press, 1975, p. 17 ss.Google Scholar

12. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 66.

13. II est intitulé « Les limites de l'intolérance ».

14. P. Brown, L'autorité et le sacré, op. cit., p. 91.

15. Ibid., p. 94.

16. Ibid., p. 96.

17. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 107.

18. Ibid., p. 110.

19. Ibid., p. 111.

20. Voir les analyses bien connues de Veyne, Paul, Le pain et le cirque : sociologie historique d'un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, 1976 Google Scholar (maintenant disponible en collection « Pointshistoire-196 »).

21. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 122.

22. Les violentes divisions chrétiennes ont été l'occasion de mobiliser et de contrôler de vastes communautés dans les cités : voir P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., pp. 127-128.

23. Ibid., p. 129.

24. Ibid., p. 136.

25. P. Brown, ibid., p. 141, évoque la reconnaissance de la cour d'arbitrage épiscopale avec l'institution de l'episcopalis audientia. Voir aussi Pietri, C., « Les pauvres et la pauvreté dans l'ltalie de l'empire chrétien (IVe siècle) », Miscellanea historiae ecclesiasticae, Bruxelles, 1983, pp. 267300 Google Scholar, maintenant repris dans Pietri, C., Christiana respublica : éléments d'une enquête sur le christianisme antique, Rome, École française de Rome, 1997 Google Scholar, « Collection de l'Ecole française de Rome-234 », 1997, vol. 2, pp. [835]-[868] ([857]-[858]).

26. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 167.

27. Ibid., p. 213.

28. Brown, Peter, The Cult of the Saints: Its Rise and Function in Latin Christianity, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1981 Google Scholar ; Le culte des saints: son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, traduit par A. Rousselle, Paris, Le Cerf, « Patrimoine », 1984.

29. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 110.

30. P. Brown, Le culte des saints, p. 69.

31. Ibid., p. 48 ss.

32. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 135.

33. P. Brown, Le culte des saints, pp. 56-57.

34. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 135.

35. Pietri, C., « Les origines du culte des martyrs (d'après un ouvrage récent) », Rivista di Archeologia Cristiana, 60, 1984, pp. 293319 Google Scholar, maintenant repris dans C. Pietri, Christiana respublica, op. cit.., vol. 2, pp. [1207]-[1233] ([1224]-[1225]).

36. Voir le recueil Charles Pietri: historien et chrétien, Paris, Beauchesne, 1988. P. Veyne, dans la préface de Genèse de l'Antiquité tardive, traduit par A. Rousselle, Paris, Gallimard, 1983, « Bibliothèque des histoires », p. VIII, souligne que la parution de la Vie de saint Augustin dans une collection catholique a eu pour conséquence que «le livre ne trouva pas son public ». La même explication vaut pour la réception réservée à Peter Brown en France par un grand nombre de spécialistes du christianisme ancien. Cf. le compte rendu du Culte des saints par J. Fontaine, « Le culte des saints et ses implications sociologiques : réflexions sur un récent essai de P. Brown », Analecta Bollandiana, 100, 1982, pp. 17-41.

37. Alors que se multiplient les occasions où il lui a été demandé de mesurer la distance qui pouvait le séparer des travaux publiés il y a dix ou quinze ans, il faut noter que ce cadre d'interprétation ne semble pas avoir retenu l'attention. Voir les numéros spéciaux de Symbolae Osloenses, 72, 1997, consacré à The World of Late Antiquity, Londres, Thames and Hudson, 1971 (La toge et la mitre : le monde de l'antiquité tardive, 150-750 apr. J.-C, traduit par C. Monnatte, Paris, Thames and Hudson, 1995) et du Journal of Early Christian Studies, 6 (3), 1998, sur « The Rise and Function of the Holy Man in Late Antiquity », Journal of Roman Studies, 61, 1971, pp. 80-101, repris dans Society and the Holy in Late Antiquity, Berkeley, University of California Press, 1982, pp. 103-152 (La société et le sacré dans l'Antiquité tardive, traduit par A. Rousselle, Paris, Le Seuil, « Des travaux », 1985, pp. 59-106 : « Le saint homme : son essor et sa fonction dans l'Antiquité tardive »). Une nouvelle édition de Augustine of Hippo: A Biography (Londres, Faber, 1967) est en préparation avec une introduction et un épilogue qui font le point sur le contexte intellectuel dans lequel le livre a été écrit et sur le développement de nos connaissances sur Augustin et son milieu.

38. Voir, à ce sujet, les réflexions de Finke, R. et Stark, R., The Churching of America, 1776-1990: Winners and Losers in our Religious Economy, New Brunswick (NJ), Rutgers University Press, 1992, pp. 46.Google Scholar

39. Voir Warner, R. Stephen, « Work in progress toward a new paradigm for the sociological study of religion in the United States », American Journal of Sciology, 98 (5), 1993, pp. 10441093 Google Scholar et les essais de Rational Choice Theory and Religion: Summary and Assessment, Young, Lawrence A. (éd.), New York-Londres, Routledge, 1997 Google Scholar. Le coup d'envoi de ce courant d'études a été donné par Stark, R. et Bainbridge, W. S., A Theory of Religion, New York, Lang, « Toronto Studies in Religion-2 », 1987.Google Scholar

40. Voir notamment R. Finke et R. Stark, op. cit. Cf. Stark, R. et Iannaccone, L. R., « A supply-side reinterpretation of the “ secularisation of Europe ” », Journal for the Scientific Study of Religion, 33 (3), pp. 230252.CrossRefGoogle Scholar

41. L'un de ces sociologues a tenté d'appliquer ces méthodes à l'histoire des premières communautés chrétiennes dans un livre qui mérite d'être pris au sérieux, Stark, R., The Rise of Christianity: A Sociologist Reconsiders History, Princeton, Princeton University Press, 1996 Google Scholar, réeéité en paperback avec un sous-titre plus commercial: How the Obscure, Marginal Jesus Movement Became the Dominant Religious Force in the Western World in a Few Centuries, New York, Harper Collins, 1997. L'ouvrage a, pour le moment, suscité peu de réactions en France. Le numéro du Journal of Early Christian Studies qui lui est consacré (6 (2), 1998 : Rodney STARK's The Rise of Christianity: A Discussion) est plutôt décevant, comme le souligne R. STARK lui-même (” E contrario », pp. 259-267). Intéressante discussion, en revanche, du rôle des idées religieuses ou de la théologie dans l'approche de R. Stark par Garrett, William R., « Sociology and New Testament Studies: A Critical Evaluation of Rodney Stark's Contribution », dans Journal for the Scientific Study of Religion, 29 (3), 1990, pp. 377384.Google Scholar

42. Cet essai est intitulé « La christianisation : mécanismes et énoncés ».

43. P. Brown, L'autorité et le sacré…, op. cit., p. 11.

44. MacMullen, R., Christianity and Paganism in the Fourth to Eighth Centuries, New Haven, Yale University Press, 1996 Google Scholar, traduction de Regnot, F., Christianisme et paganisme du IVe au VIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, « Histoire », 1998, p. 14.Google Scholar

45. Sur Eusèbe de Césarée et l'eusébianisme latin, voir Inglebert, H., Les Romains chrétiens face à l'histoire de Rome : histoire, christianisme et romanités en Occident dans l'Antiquité tardive (IIIe-Ve siècies), Paris, Institut d'études augustiniennes, 1996, p. 151 ss.Google Scholar

46. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 179.

47. Ibid., p. 179, n. 44 : Halperin, Charles J., Russia and the Golden Horde: The Mongol Impact on Russian History, Londres, 1985.Google Scholar

48. Cf. ibid., p. 108, n. 20, la comparaison des dirigeants populistes en Inde et des évêques à propos de la rhétorique du sacrifice.

49. Geertz, C., Local Knowledge, New York, Basic Books, 1983, p. 124.Google Scholar

50. P. Brown, L'autorité et le sacré…, op. cit., p. 37.

51. Ibid., pp. 37-38. Cf. Salzman, M. R., On Roman Time: The Codex-Calendar of 354 and the Rhythms of Urban Life in Late Antiquity, Berkeley, University of California Press, 1990 Google Scholar, « Transformation of the Classical Heritage-17 ».

52. Voir M. Mundell Mango, « The Sevso Traesure Hunting Plate », Apollo, juillet 1990, pp. 2-11 et maintenant le dossier L'argenterie romaine de l'Antiquité tardive, dans Antiquité tardive, 5, 1997, pp. 25-167.

53. P. Brown, L'autorité et le sacré…, op. cit., p. 43.

54. Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

55. J'ai tenté d'analyser le détail d'un tel processus à travers la pratique du rituel épistolaire dans É. REBILLARD, « Augustin et le rituel épistolaire de l'élite sociale et culturelle de son temps : éléments pour une analyse processuelle des relations de l'évêque et de la cité dans l'Antiquité tardive*, dans L'évêque dans la cité du IVe au Ve siècle: image et autorité, É. Rebillard et C. Sotinel (éds), Rome, École française de Rome, « Collection de l'École française de Rome-248 », 1998, pp. 127-152.

56. II n'est pas possible de rendre compte avec plus de nuances de cet important ouvrage dont la traduction en français serait bienvenue.

57. Peter Brown ne discute pas néanmoins les thèses de Markus : il note simplement qu'il a entrepris « tout un travail de relecture — selon [son] propre point de vue » (p. 46).

58. Cf. P. Brown, L'autorité et le sacré…, op. cit., p. 60.

59. Ibid., pp. 60-61.

60. Ibid., pp. 61-62.

61. P. Brown, L'autorité et le sacré…, op. cit, p. 63.

62. Ibid., p. 64.

63. Ibid., p. 62.

64. John Scheid montre bien qu'Augustin, dans le long sermon sur les Calendes de Janvier récemment découvert par François Dolbeau, s'attaque avec précision aux comportements collectifs associés à la fête et non aux cérémonies publiques déja en partie christianisées. Voir J. Scheid, « Les réjouissances des Calendes de Janvier d'après le sermon Dolbeau 26 : nouvelles lumières sur une fête mal connue », dans Augustin prédicateur (395-411), Actes du colloque international de Chantilly (5-7 septembre 1996), G. MADEC (éd.), Paris, Institut d'études augustiniennes, « Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité-159 », 1998, pp. 353-365.

65. P. Brown, L'autorite et le sacre…, op. cit, p. 65.

66. Voir supra n. 44. Cf. Bowersock, G. W., Hellenism in Late Antiquity, Thomas Spencer Jerome lectures, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 Google Scholar ; Chuvin, P., Chronique des derniers paîens : la disparition du paganisme dans l'Empire romain, du règne de Constantin à celui de Justinien, Paris, Les Belles Lettres-Fayard, 1990 Google Scholar ; Trombley, F. R., Hellenic Religion and Christianization, c. 370-529, Leyde-New York, Brill Google Scholar, « Religions in the Graeco-Roman World-115 », 2 vols, 1993-1994.

67. P. Brown, L'autorité et le sacré…, op. cit, p. 66.

68. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 109, n. 23 ; cf. L'autorité et le sacré…, op. cit., p. 21.

69. R. Chartier, Annates ESC, 1989, n° 6, pp. 1505-1520, maintenant repris dans Au bord de la falaise : l'histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel Histoire », 1998, pp. 67-86 (p. 78).

70. McLynn, Neil B., Ambrose of Milan: Church and Court in a Christian Capital, Berkeley, University of California Press Google Scholar, « Transformation of the Classical Heritage-22 », 1994. L'action d'Ambroise est étudiée longuement par Peter Brown dans Pouvoir et persuasion…, op. cit. L'apport le plus important de l'ouvrage de McLynn est de montrer comment Ambroise a pris soin de construire son image.

71. P. Brown, Pouvoir et persuasion…, op. cit, p. 108 : « C'était un secret de Polichinelle que beaucoup d'évêques Chrétiens devaient leur prestige dans l'ensemble de la société à leur ancien état de rhéteurs ».

72. P. Brown, Le culte des saints, p. 56. C. Pietri avait critiqué cette affirmation un peu rapide dans son compte rendu, loc. cit., pp. [1219]-[1220]. L'efficacité de l'évêque « aristocrate » ne semble pas avoir eu sur le recrutement les conséquences évoquées traditionnellement: voir, pour la Gaule, A. Rousselle, « Aspects sociaux du recrutement ecclésiastique au IVe siècle », MEFRA, 89, 1977, pp. 333-370 ; pour l'Italie, C. Sotinel, « Le recrutement des évêques en Italie (350-450) : bilan d'une enquête prosopographique », Vescovi e pastori in epoca teodosiana : XXI incontro di studiosi dell'antichità cristiana, Rome, Institutum Patristicum Augustinianum, 1997, vol. 1, pp. 193-204 ; cf. Gilliard, F. D., « Senatorial Bishops in the Fourth Century », Harvard Theological Review, 77, 1984, pp. 153175.CrossRefGoogle Scholar