Hostname: page-component-848d4c4894-sjtt6 Total loading time: 0 Render date: 2024-06-14T19:01:16.184Z Has data issue: false hasContentIssue false

Byzance et la Question du Roi-Prêtre

Published online by Cambridge University Press:  04 May 2017

Evelyne Patlagean*
Affiliation:
Université de Paris-X

Abstract

Image of the first page of this content. For PDF version, please use the ‘Save PDF’ preceeding this image.'
Type
Gilbert Dagron et le Césaro-Papisme. La Sacralité du Pouvoir Impérial
Copyright
Copyright © Copyright © École des hautes études en sciences sociales Paris 2000

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

Le dernier livre de Gilbert Dagron, placé sous le double vocable du Marc Bloch des Rois thaumaturges et d'Ernst Kantorowicz, met en œuvre ensemble et l'un par l'autre deux thèmes qui ont déjà inspiré son travail: l'inépuisable figure de l'empereur romain christianisé depuis Constantin et l'empreinte de l'Ancien Testament dans la culture de Byzance, qui pousse évidemment à considérer la place des Juifs de chair et de sang dans 1'Empire. On rappellera son mémoire de 1967 qui dessinait face à face, dans l'Orient impérial du ive siècle, Constantin et la romanité, Mien et l'hellénisme ; puis le livre classique de 1974 sur la fondation de Constantinople et la

1. Dagron, G., « L'Empire romain d'Orient au ive siècle et les traditions politiques de I'hellénisme : le témoignage de Thémistios » (Centre d'histoire et civilisation de Byzance), Travaux et Mémoires, 3, 1968, pp. 1242.Google Scholar

2. Id., Naissance d'une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, PUF, 1974.

3. Id., Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des Patria, Paris, PUF, 1984.

4. Travaux et Mémoires, 11, 1991.

5. «Le caractère sacerdotal de la royauté d'aprés les commentaires canoniques du XIIe siècle », in N. OiKONOMlDÈS (éd.), Byzantium in the 12th Century, Athènes, Society of Byzantine and Post-Byzantine Studies, 1991, pp. 165-178.

6. « “ Nés dans la pourpre “ », Travaux et Memoires, 12, 1994, pp. 105-142.

7. Voir M. Friedlaender, « La secte de Melchisédec et l'Épitre aux Hébreux », Revue des Études juives, 5, 1882, pp. 1-26; id., 6, 1883, pp. 187-199.

8. J. SPITERIS (ofm), La critica bizantina delprimato romano nel secolo xii, Rome, Orientalia Christiana Analectae-208, 1979.

9. Hippolytus, Refutatio omnium haeresium IX 30, M. Marcovich (éd.), Berlin-New York, De Gruyter, 1986, pp. 376-377.

10. Traités d'Hippolyte sur David et Goliath, sur le Cantique des cantiques et sur I'Antechrist. térsion géorgienne, G. Garitte (trad.), Louvain, CSCO 264, « Script. Iber. » 16, 1965.

11. Reférénces dans R. SAVIGNY, Giona di Orléans. Una ecclesiologia carolingia, Bologne, Pàtron, 1989, pp. 64-65 et 116-118.

12. Cf. Halsberghe, G. H.. The Cult of Sol Invictus, Leyde, Brill, E. J., 1972.Google Scholar

13. Voir les exemples réunis dans Lampe, G. W. H., A Patristic Greek Lexicon, Oxford, The Clarendon Press, 1961, p. 606.Google Scholar

14. Références et commentaire dans Patlagean, E., « Byzance et le blason pénal du corps », in Du châtiment dans la cité. Supplices corporels et peine de mort dans le monde antique, Rome, École française de Rome, 1984, pp. 423424.Google Scholar

15. G. DAGRON, Naissance d'une capitale…, op. cit., pp. 405-409.

16. Farina, R., L'impero e Vimperatore cristiano in Eusebio di Cesarea. La prima teologia politico del cristianesimo, Zürich, Pas Verlag, 1966 Google Scholar (avec le compte rendu de Cracco Ruggini, L. Rivista di Storia e Letteratura Religiosa, 8, 1972, pp. 383388.Google Scholar

17. Sansterre, J.-M., « Eusèbe de Césarée et la naissance de la theorie “ césaro-papiste “ », Byzantion, 42, 1972, pp. 131195,Google Scholar 532-594.

18. Kantorowicz, E., «“Deus per naturam, deus per gratiam “ : A Note on Medieval Political Theology », Selected Studies, Locust Valley, Augustin, J. J., [1952], 1965, pp. 121137.Google Scholar

19. Cf. Constantine Porphyrogenitus, Three Treatises on Imperial Military Expeditions, J. F. Haldon (éd. et trad.), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1990, Text C, pp. 150-865.

20. Cf. Patlagean, E., « L'entrée de la Sainte Face d'Edesse à Constantinople en 944 », in La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Rome, École françhise de Rome, 1995, pp. 2135.Google Scholar

21. Texte publié par Petit, L., « Office inédit en l'honneur de Nicéphore Phocas », Byzantinische Zeitschrift, 13, 1904, pp. 398420,CrossRefGoogle Scholar ici vv. 81-82 et 155-165.

22. Cf. Deshman, R., « Kingship and Christology in Ottonian and Anglo-Saxon Art », Friihmittelalt. Studien, 10, 1976, pp. 367405,Google Scholar notamment p. 386.

23. Georges et Dèmètrios Tornikès, Lettres et discours, J. Darrouzès (éd.), Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 1970, pp. 331/21-332/4.