Hostname: page-component-848d4c4894-wg55d Total loading time: 0 Render date: 2024-05-27T10:10:59.143Z Has data issue: false hasContentIssue false

Byzance dans le millénaire médiéval

Published online by Cambridge University Press:  04 May 2017

Évelyne Patlagean*
Affiliation:
Pour Jacques Le Goff

Extract

Le métier d’historien, tel que nous le pratiquons, est l’aboutissement d’un travail culturel et politique poursuivi dans l’aire du Vieux Monde désignée successivement comme la pars Occidentis de l’Empire romain, la Christianitas médiévale définie par l’obédience romaine et, enfin, l’Occident, initiateur de toutes les modernités, et notamment de l’État dit moderne. Dans une telle perspective, Byzance demeure une Atlantide. En termes géopolitiques, elle a été certes totalement et irrévocablement abolie il y a plus de cinq siécles. Mais avant comme aprés cette disparition, elle aura été l’Autre de l’histoire rédigée en Occident, le pôle négatif, le repoussoir, dialectiquement indispensable aux affirmations successives que cette histoire a eu mission de conforter et de légitimer.

Type
Byzance en ses confins
Copyright
Copyright © Les Éditions de l’EHESS 2005

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

1- Références dans Évelyne Patlagean, « Avant-propos : Byzance, une histoire confisquée », in ID., Figures du pouvoir à Byzance (IXe-XIIe siècles), Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 2001, pp. 1-20.

2- Lemerle, Paul, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur enseignement et culture à Byzance des origines au Xe siècle, Paris, PUF, 1971.Google Scholar

3- Said, Edward W., Orientalism. Western conceptions of the Orient, Londres, Pantheon, 1978 Google Scholar (voir la note de lecture Cameron, d’Averil, « Byzance dans le débat sur l’orien-talisme », in Auzépy, M.-F. (dir.), Byzance en Europe, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2003, pp. 235250 Google Scholar).

4- Bloch, Marc, La société féodale. La formation des liens de dépendance. Les classes et le gouvernement des hommes, Paris, Albin Michel, [1939-1940] 1968, p. 15Google Scholar. Cf. Patlagean, Évelyne, «Europe, seigneurie, féodalité. Marc Bloch et les limites orientales d’un espace de comparaison », in Atsma, H. et Burguière, A. (éd.), Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, pp. 279298 Google Scholar.

5- Goff, Jacques Le, Pour un autre Moyen Âge. Temps, travail et culture en Occident : 18 essais, Paris, Gallimard, 1977, pp. 1011 Google Scholar.

6- Duby, Georges et Lardreau, Guy, Dialogues, Paris, Flammarion, 1980, p. 146 Google Scholar.

7- Jacques Legoff, À la recherche du Moyen Âge, avec la collaboration de Jean-Maurice de Montremy, Paris, Louis Audibert, 2003, p. 61.

8- Cf. Modzelewski, Karol, « Europa romana, Europa feudale, Europa barbara », Bullettino dell’ Istituto storico italiano per il Medioevo e Archivio Muratoriano, 100, 1995-1996, pp. 377409 Google Scholar.

9- Archives de l’Athos, Paris, Lethielleux, 1970 sqq., 21 volumes parus ; Engrapha Patmou, I, Autokratorika ; II, Dêmosiôn leitourgôn, Athènes, Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, 1980.

10- Nicolas Oikonomidès, «La décomposition de l’empire byzantin à la veille de 1204 et les origines de l’empire de Nicée : à propos de la Partitio Romaniae », in XVe Congrès international d’études byzantines, I, Histoire, Athènes, 1976, pp. 3-28.

11- Cf. Delisle, Léopold, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, I, Paris, 1868, pp. 151163 Google Scholar ; Balayé, Simone, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988 Google Scholar.

12- Tausserat-Radel, Alexandre (éd.), Correspondance politique de Guillaume Pellicier ambassadeur de France à Venise, 1540-1542, 2 vol., Paris, 1899 Google Scholar (p. ex. lettres 5 et 31) ; et, mieux encore, la lettre publiée par Charrière, Ernest, Négociations de la France dans le Levant, I, Paris 1848, note pp. 440441 Google Scholar.

13- Cf. Stummvoll, Josef Leopold (dir.), Geschichte der Österreichischen Nationalbibliothek, I, Die Hofbibliothek (1368-1922) , Vienne, Prachner, 1968, pp. 7172 et 119-121.Google Scholar

14- Cf. le livre classique de Pascal, Pierre, Avvakum et les débuts du raskol, Ligugé, Imprimerie Aubin, 1938 Google Scholar, passim.

15- Codex Vindobonensis historicus graecus 125 (vers 1300), édité par F. Miklosich et I. Müller, Acta et diplomata graeca Medii Aevi, t. 4, Vienne, 1871, pp. 1-289 ; édition intégrale en préparation par Pâris Gounaridis.

16- Codex Vindobonensis historicus graecus 47-48, édité par F. Miklosich et I. Müller, Actaet diplomata…, op. cit., t. 1, 1860, t. 2, 1862. Édition en cours : Registrum Patriarchatus Constantinopolitani, Vienne, Verlag der österreichische Akademie der Wissenschaften,t. 1, 1981, édité par H. Hunger et O. Kresten ; t. 2, 1995, édité par H. Hunger, O. Kresten,E. Kislinger et C. Cupane ; t. 3, 2001, édité par J. Koder, M. Hinterberger et O. Kresten.

17- Marie-Hyacinthe Laurent et André Guillou, Le « Liber Visitationis » d’Athanase Chalkéopoulos (1457-1458). Contribution à l’histoire du monachisme grec en Italie méridionale, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, « Studi e testi-6 », 1960, par exemple à San Salvatore di Calomeno (« sacconum unum cum diversis privilegiis », p. 28, ll. 28-29), à San Filippo d’Argira (« cassea una cum privilegiis monasterii », p. 80, l. 2, etc.).

18- Par exemple André Guillou (éd.), Corpus des actes grecs d’Italie du Sud et de Sicile. Recherches d’histoire et de géographie, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, vol. 1, 1967 (5 vol. publiés).

19- Voir les documents du monastère calabrais de Santa Maria della Sambucina (Codex Vaticanus latinus 13489), ou les documents des archives Medinaceli (cf. ci-dessous l’article de Jean-Marie Martin, p. 764, n. 112).

20- T. Ouspensky et V. Benechevitch, Actes de Vazelon. Matériaux pour servir à l’histoire de la propriété rurale et monastique à Byzance aux XIIIe-XVe siècles (en russe), Léningrad, Bibliothèque publique d’État, 1927 (édition en préparation par Rustam Shukurov). Sur la tradition textuelle des documents de Vazelon, voir FRANZ DÖLGER, « Zu den Urkunden des Vazelonosklosters bei Trapezunt » (1929/1930), Byzantinische Diplomatik, Ettal, Buch-Kunstverlag, 1956, pp. 350-370.

21- Sur les institutions et les dignités de Byzance, voir Glykatzi-Ahrweiler, Hélène, «Recherches sur l’administration de l’empire byzantin aux IXe-XIe siècles », Bulletin de correspondance hellénique, 84, 1960, pp. 1111 CrossRefGoogle Scholar; et surtout Oikonomidès, Nicolas, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 1972.Google Scholar

22- Marius Canard, Histoire de la dynastie des H’amdanides, de Jazîra et de Syrie, t. 1, Alger, Imprimeries La Typo-Litho et Jules Carbonel réunies, 1951, p. 241 sqq.

23- Dagron, Gilbert, «Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la findu Xe et au XIe siècle : l’immigration syrienne », Travaux et Mémoires, 6, 1976, pp. 177216 Google Scholar.

24- Bianquis, Thierry, «Les frontières de la Syrie au XIe siècle », Castrum 4. Frontières et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Rome-Madrid, École française deRome/Casa de Velázquez, 1992, pp. 135150 Google Scholar.

25- Garsoïan, Nina et Martin-Hisard, Bernadette, «Unité et diversité de la Caucasie médiévale (IVe-XIe siècles) », in Il Caucaso: Cerniera fra culture dal Mediterraneo alla Persia (secoli IV-XI), Spolète, Centro Italiano di studi sull’alto Medioevo, « Settimane di studio-XLIII », 1996, pp. 275361.Google Scholar

26- Pierre Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique »,Frontières et peuplement…, op. cit., pp. 9-17.

27- Cf. Évelyne Patlagean, « Variations impériales sur le thème romain », in Roma fra Oriente e Occidente, Spolète, Centro Italiano di studi sull’alto Medioevo, « Settimane di studio-XLIX », 2002, pp. 1-47, ici pp. 38-39.

28- Cf. Gherardo Ortalli, « Il ducato e la “civitas Rivoalti”: tra carolingi, bizantini e sassoni », cité ci-dessous n. 30, p. 738, et n. 66, p. 783.

29- Obolensky, Dimitri, The Byzantine commonwealth: Eastern Europe, 500-1453, New York, Weidenfeld & Nicholson, 1971 Google Scholar ; je dois cette observation critique à Serguei A. Ivanov.

30- Les indications qui suivent sont tirées de Ortalli, Gherardo, « Il ducato e la“civitas Rivoalti” tra carolingi, bizantini e sassoni », in Cracco Ruggini, L., Pavan, M. (†) et Cracco, G. (éd.), Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, I, Origini, Età ducale , Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1992, pp. 725790 Google Scholar ; Massimiliano Pavan et Girolamo Arnaldi, «Le origini dell’ identità lagunare », in Ibid., pp. 409-456; Pertusi, Agostino, « L’Impero bizantino e l’evolvere dei suoi interessi nell’alto Adriatico », in Le origini di Venezia, Florence, Sansoni, 1964, pp. 5793 Google Scholar ; ID., «Quaedamregalia insignia – Ricerche sulle insegne del potere ducale a Venezia durante il Medioevo », Studi Veneziani, 7, 1965, pp. 3-123 ; CARLO GUIDO MOR, « Aspetti della vita costituzionale veneziana fino alla fine del X secolo », in Ibid., pp. 121-140.

31- Gina Fasoli, « I fondamenti della storia veneziana », in ID., La storiografia veneziana fino al secolo XVI, Florence, Sansoni, 1970, pp. 11-44.

32- Cf. N. Oikonomidès, Les listes de préséance…, op. cit., p. 295 sqq.

33- Cf. Gautier, Paul, «Le synode des Blachernes (fin 1094). Études prosopographiques », Revue des études byzantines, 29, 1971, pp. 213284 CrossRefGoogle Scholar.

34- Ce qui suit est tiré de Gherardo Ortalli, « Il mercante e lo stato: strutture della Venezia altomedievale », in Mercati e mercanti nell’alto Medioevo: l’area euroasiatica e l’area mediterranea, Spolète, Centro Italiano di studi sull’alto Medioevo, « Settimane di studio-XL», 1993, pp. 85-135, ici pp. 124-130.

35- Cf. Wolff, Robert Lee, «The Latin empire of Constantinople, 1204-1261 », in Hazard, H. W. et Wolff, R. L. (éd.), The later crusades, 1189-1311, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1962, pp. 187233.CrossRefGoogle Scholar

36- Wolff, Robert Lee, « Footnote to an incident of the Latin occupation of Constantinople: The church and the icon of the Hodegetria », Traditio, 6, 1948, pp. 319328.CrossRefGoogle Scholar