Hostname: page-component-6b989bf9dc-zrclq Total loading time: 0 Render date: 2024-04-13T20:29:50.870Z Has data issue: false hasContentIssue false

The Fair Sax: Women, Brass-Playing and the Instrument Trade in 1860s Paris

Published online by Cambridge University Press:  01 January 2020

Katharine Ellis*
Affiliation:
Royal Holloway, University of London

Extract

On 29 August 1865, an audience of critics and the general public gathered at the Salle Herz in Paris to witness and pass judgment on the results of an experiment set up three years earlier by the instrument manufacturer Alphonse Sax Jr, who aimed to demonstrate not only that women were capable of playing brass instruments, but that it was in their interests — on moral, health and potentially even career grounds — to do so. Although this concert of brass-band music, with supplementary items for harp and voice, marked the band's third public appearance (they had performed at the Palais d'Industrie in December 1864 and at a brass-band competition in Orbec earlier in August 1865), it was their first appearance at a major concert venue and represented their début in front of the massed Parisian press. When they walked on stage, members of the audience sniggered at the sight of a group of young women carrying brass instruments covering the entire range from the portable cornet to the heavyweights of the bass section. Plainly dressed, with only moderately full skirts, they proceeded to play an arrangement of Partant pour la Syrie, a popular romance set as a quick march, which was then thought to be by Eugénie de Beauharnais, and which under the reign of her son Napoléon III had gained the status of a national hymn. The march had been arranged by the group's conductor, Laure Micheli, who directed the ensemble in two other pieces. To wide acclaim, Émilie Lacroix then played a set of variations for cornet à pistons, arranged by J.-B. Dias, on the tune Le carnaval de Venise. The remaining members of the sextet are shadowy figures: Mlle Dias on second cornet (presumably the sister or daughter of the arranger Dias), Mlle Suzanne Legrand and Mme Neckra in the alto section, and Mlle Marie Legrand (presumably the sister of Suzanne) and Mme Worms playing bass instruments. The supporting artists were all women: the singers Mlle Marcus (also referred to in the press as Mlle Marens or Mlle Marius) and Mme Neulat de Chambon, and the harpist Mlle Waldteufel (a joint first-prize winner at the Paris Conservatoire and former pupil of Antoine Prumier); Suzanne Legrand doubled as accompanist for the singers.

Type
Research Article
Copyright
Copyright © Royal Musical Association, 1999

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

Footnotes

This article has developed from papers given at the graduate seminars of Surrey University and Royal Holloway, University of London, and at the RMA one-day conference ‘Whose Voice is it Anyway?’ held at City University, London, in December 1997. I am grateful to all who participated in the often lively discussions that followed, but particularly to Elizabeth Bartlet, Nigel Bowles, David Charlton, Elizabeth Fallaize, Annegret Fauser, Trevor Herbert and my two anonymous referees, whose help and encouragement have been especially valuable.

References

1 Michel, Laure (dite Micheli) was a composer of light piano music, some of which was orchestrated by others. The Bibliothèque Nationale catalogue in the Département de Musique lists 65 items, mostly published by Heugel.Google Scholar

2 Including La comédie, La France, Le figaro, La gazette des étrangers, L'illustration, L'international, Le ménestrel, Le monde artiste, Le monde illustré, Le nain jaune, La revue et gazelle des théâtres, La revue et gazette musicale de Paris, Le temps and L'union musicale. La France chorale, 5 (no. 145; 15 November 1865), and La presse théâtrale et musicale, 12 (21 September and 5 October 1865), each provided a ‘dépouillement de presse'. More general articles concerning Sax's project also appeared in La célébrité. Le panurge, La presse théâtrale et musicale and L'univers musical Sax provided a ‘dépouillement de presse’ in his pamphlet Gymnastique des poumons: La musique instrumentale au point de vue de l'hygiène et la création des orchestres féminins (Paris, 1865).Google Scholar

3 Darnton, Robert, The Great Cat Massacre and Other Episodes in French Cultural History (London, 1984); Edward Berenson, The Trial of Madame Caillaux (Berkeley, Los Angeles and Oxford, 1992). For an excellent introduction to microhistory, including a discussion of the ‘normal exception’, see Edward Muir's ‘Introduction: Observing Trifles’, Microhistory and the Lost Peoples of Europe, ed. Edward Muir and Guido Ruggiero (Baltimore and London, 1991), viii–xxviii (pp. xivxvi).Google Scholar

4 Darnton, , The Great Cat Massacre, 6.Google Scholar

5 Alphonse's aggrieved letter to his brother is printed in La presse théâtrale et musicale, 9 (30 March 1862), 23. His side of the story, including much of the biographical information presented here, is thickly spread over the pages of the journal, which continued to be an unequivocal supporter of this cause, the women's brass-band project included.Google Scholar

6 'De prouver victorieusement en public ce que l'on peut faire avec un orchestre composé exclusivement de femmes'. Alphonse Sax Jr, ‘Orchestres féminins’, La France chorale, 3 (no. 74; 20 November 1863), n.p.Google Scholar

7 La presse théâtrale et musicale, 9 (12 October 1862), 1. The same information is published in Valentin d'Orpierre's ‘Les orchestres féminins et Alphonse Sax junior’, La revue et gazette des théâtres, 33 (no. 3547; 27 November 1862), 2.Google Scholar

8 La presse théâtrale et musicale, 9(12 October 1862), 1.Google Scholar

9 'Prie plutôt M. Alphonse Sax de venir me donner une leçon de piston, je sens que cela me remettra entièrement.’ Le panurge, 2 (no. 58; 23 November 1862), 56 (p. 5).Google Scholar

10 'La musique instrumentale’ appeared in La presse théâtrale et musicale, 9 (7 September 1862), La revue et gazette des théâtres, 33 (no. 3526; 11 September 1862, including editorial comment from Le courrier médical), La France musicale, 26/xxxix (28 September 1862), L'univers musical, 10/xl (2 October 1862), Dwight's Journal of Music, 22/vii (no. 553; 15 November 1862; excerpts, but without mention of the women's orchestra project), and La France chorale, 3 (no. 74; 20 November 1863), with two late appearances unrelated to the original debate in Le guide musical, 23/xl (4 October 1877), and Le journal de musique, 2 (no. 89; 9 February 1878). The second letter, ‘Orchestres féminins’, was less widely placed, appearing in La presse théâtrale et musicale, 9(14 September 1862), La revue et gazette des théâtres, 33 (no. 3529; 21 September 1862), L'univers musical, 10/xliii (23 October 1862) and La France chorale, 3 (no. 74; 20 November 1863).Google Scholar

11 Translation from ‘How Wind Instruments Affect the Health’, Dwight's Journal of Music, 22/vii (no. 553; 15 November 1862), 259. ‘Les personnes qui se livrent à la pratique des instruments à vent, se distinguent, en général, – et tout le monde peut en faire la remarque, – par une poitrine large et une carrure très-marquée des épaules; ce qui est, je crois, un signe non équivoque de vigueur. […] Dans un orchestre, il est une remarque curieuse à faire: la corpulence, la vigueur sont le partage de ceux qui jouent d'instruments à vent, tandis que la débilité, la maigreur appartiennent aux disciples de Paganini. Avec plus de raison encore, on peut dire autant des pianistes. […] De tout ce qui précède on doit conclure, je crois, que si la pratique des instruments à corde[s] est préjudiciable à la santé, surtout chez les personnes prédisposées aux affections de poitrine, la pratique des instruments à vent est, au contraire, de nature à prévenir ces affections ou à en atténuer l'intensité chez ces měmes personnes.’ Le courrier médical, 11/xxxvi (6 September 1862), 313–15.Google Scholar

12 Linda and Michael Hutcheon, Opera: Desire, Disease, Death (Lincoln, NE, and London, 1996), 38.Google Scholar

13 George Bodington, An Essay on the Treatment and Cure of Pulmonary Consumption ([1840]; republished posthumously by his son, London, 1906).Google Scholar

14 Louis Mandl, Traité pratique des maladies du larynx et du pharynx (Paris, 1872); Louis-Auguste Ségond, L'hygiène du chanteur (Paris, 1846); Stéphen de la Madelaine, Théories complètes du chant (Paris, c.1850); Francesco Bennati, Études physiologiques et pathologiques sur les organes de la voix humaine (Paris, 1833). Mandl was a keen musician who held regular soirées at his Paris home. De la Madelaine was a well-known music critic, and he used the pages of L'univers musical, of which he was chief editor, to publicize Sax's ideas.Google Scholar

15 The paper was entitled ‘Prophylaxie de la phthisie pulmonaire; de l'influence bienfaisante du chant, du jeu des instruments à vent, et en général de tous les exercices bien dirigés de la voix dans cette maladie'.Google Scholar

16 Burcq, ‘De la gymnastique pulmonaire contre la phthisie’, La chronique musicale, 5 (no. 24; 1 August 1874)–6 (no. 34; 15 November 1874). Like the very physicians who created the received wisdom which condemned wind instruments as damaging to the lungs, Burcq did not read Benoiston de Châteauneuf carefully enough. Although the quoted statistic of relative mortality rates is correct, the author had in fact qualified his finding it in such a way as to prevent the obvious conclusion being drawn (Benoiston de Châteauneuf, ‘Essai sur la mortalité dans l'infanterie française’, offprint from Annales d'hygiène publique (1833), 59).Google Scholar

17 'L'homme, en effet, naturellement plus fort que la femme, trouve encore dans les usages de la vie une infinité de moyens d'entretenir et de développer sa force. Il a les travaux manuels, l'activité des affaires, le déplacement continuel qu'elles entraînent, les courses, les voyages; il a les jeux de toutes sortes, qui nécessitent du mouvement et l'action physiques, le cheval, la chasse; il a le maniement des armes, la guerre, etc. La femme, elle, est condamnée à une oisiveté et à un repos absolus, qui ne font que l'affaiblir encore et laissent le champ libre chez elle à tous les désordres hygiéniques. Ceci s'applique surtout aux femmes des classes élevées.’ La France chorale, 3 (no. 74; 20 November 1863), n.p.Google Scholar

18 Debay, however, recommended dancing as the best antidote to such ‘attitudes vicieuses, thereby combining exercise of the lungs with that of the leg muscles. Auguste Debay, Hygiène et gymnastique des organes de la voix parlée et chantée: Analyse des divers moyens gymnastiques et médicaux propres à développer la voix et à combattre ses altérations (Paris, 1861), 344.Google Scholar

19 Dwight's Journal of Music, 19/xxiv (no. 492; 14 September 1861), 191.Google Scholar

20 'Cependant, au point de vue des fonctions réproductrices et de la conservation de l'espèce humaine, nul doute que la femme ne joue un rôle plus important que l'homme. L'enfant que la femme met au monde, c'est bien la chair de sa chair […]. Aussi, physiquement, ce qu'est la femme, l'enfant doit l'ětre […] et l'on ne saurait trop faire, dans l'intérět de l'espèce humaine, pour entretenir la femme dans un état de santé, de force, de puissance et de vigueur. […] Eh bien! qu'elle se mette à apprendre, à étudier, à cultiver un instrument à vent, en cuivre préférablement; qu'elle travaille une ou deux heures par jour, ce que lui permettent aisément les conditions sédentaires de son existence, et aussitôt sa poitrine se dilatera, sa respiration deviendra plus libre et puissante, et elle se trouvera à jamais débarrassée de cette légion d'indispositions et d'infirmités qui minent sa constitution, altèrent sa nature morale, aigrissent son caractère, troublent ses sens et son imagination, détruisent les charmes de son esprit et les agréments de sa personne, et finissent par la plonger dans toutes les maladies, toutes les fautes et tous les malheurs.’ ‘Orchestres féminins’, La France chorale, 3 (no. 74; 20 November 1863), n.p.Google Scholar

21 Hutcheon and Hutcheon, Opera, 38; see also Arthur Groos, ‘“TB Sheets”: Love and Disease in La traviata’, Cambridge Opera Journal, 7 (1995), 233–60 (pp. 235–41).Google Scholar

22 Benoiston de Châteauneuf, ‘Essai sur la mortalité dans l'infanterie française’, 55.Google Scholar

23 Summarized by Groos, ‘“TB Sheets”’, 236–41, who also discusses the increased sexual attractiveness for Armand and others of the sick Marguerite.Google Scholar

24 For discussions of nineteenth-century Paris as a locus of corruption and danger, see Prendergast, Christopher, Paris and the Nineteenth Century (Oxford, 1992); on women's experience of city life, and on perceptions of urban women, see Wilson, Elizabeth, The Sphinx in the City: Urban Life, the Control of Disorder, and Women (London, 1991).Google Scholar

25 Wilson cites Paul Leroy-Beaulieu's Le travail des femmes au XIX’ siècle (Paris, 1873), in which he calculated that changes in patterns of employment had served to exclude women from their customary livings to the extent that poverty in France was 68% higher among women than men (Wilson, The Sphinx in the City, 49).Google Scholar

26 'Ne choisir que des sujets recommandables, et le temps seul pouvait me permettre de procéder à une épuration que je désirais vivement'. Sax, Gymnastique des poumons, 37.Google Scholar

27 'Puissance de poitrine'. Le monde artiste, 17 December 1864, 3, also given in Sax, Gymnastique des poumons, 77.Google Scholar

28 'Exécution facile sans nuire à la sonorité et large développement des organes respiratoires dans les passages à longue haleine dont peu d'artistes osent affronter les fatigues en public'. Unsigned, Le ménestrel, 32/xxviii (20 August 1865), 304.Google Scholar

29 'Un de nos confrères a noté, observation caractéristique, qu'elle excellait, sur son piston, dans les passages de longue haleine, et que sa phrase avait une durée de respiration qui ajoutait un charme particulier à l'effet musical.’ La France, 17 September 1865, n.p., also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 1.Google Scholar

30 'L'orchestre de M. Sax joue à pleins poumons.’ Le ménestrel, 32/xl (3 September 1865), 319.Google Scholar

31 'Douées au plus haut degré des attributs d'un aimable embonpoint, n'ont souffert en aucun façon de la dure gymnastique à laquelle elles ont dû livrer leurs poumons'. Le nain jaune, n.s., 3 (no. 207; 2 September 1865), 3.Google Scholar

32 'Plus de constitutions rachitiques, lorsque les gigantesques instruments auront été répandus dans le sein de nos sociétés féminines modernes: Mesdemoiselles A, B, C, D …, etc, etc, sont affectées de cette égalité de surface qu'envie un madrier non équarri? Vite [sic] qu'on mette entre leurs mains un saxo-tromba ou un ophicléide monstre, et en quelques mois se feront remarquer de formidables développements des rotondités latentes.’ Ibid., 34.Google Scholar

33 See, for instance, Camille de Vos's horror that the parents of women in the Vienna Damen Orchester should have had the grotesque idea of making them learn wind instruments (La nouvelle France chorale, 6/ii (16 January 1874), n.p.). French women, he implied, were more civilized: they would never accept such distortion of their facial features (ibid.). British attitudes towards women's brass-playing are discussed in The British Brass Band: A Musical and Social History, ed. Trevor Herbert (Oxford, forthcoming).Google Scholar

34 Sax, Gymnastique des poumons, 82–3. Weyweda's letter of 10 October 1864 was followed by a letter from her husband giving permission for her to join Sax's orchestra. I am grateful to Elizabeth Bartlet for verifications on this point.Google Scholar

35 Shaw, The World, 20 December 1893, given in Shaw's Music: The Complete Musical Criticism, ed. Dan H. Laurence (London, Sydney and Toronto, 1981), iii, 71. I am most grateful to David Charlton for drawing my attention to this passage. The existence of the same orchestra was testily reported in France, where Le ménestrels unsigned critic revealed a hardening of atütude towards women's wind- and brass-playing similar to that of Camille de Vos cited above (see Le ménestrel, 59/lii (24 September 1893), 414).Google Scholar

36 See, for example, Arthur Heulhard's ‘Casino–Cadet: Concert des Damen-Orchester’, La chronique musicale, 2 (no. 12; 15 December 1873), 293–4; G[aston] E[scudier], ‘Le nouvel orchestre des dames’, L'art musical, 13/xiv (2 April 1874), 108–9; and the New York Times review of 13 September 1871 included in Carol Neuls-Bates's Women in Music: An Anthology of Source Readings from the Middle Ages to the Present (rev. edn, Boston, MA, 1996), 192–3.Google Scholar

37 La presse théâtrale et musicale, 9 (12 October 1862), 1; La revue et gazette des théâtres, 33 (no. 3547; 27 November 1862), 2.Google Scholar

38 'L'idée de femmes jouant d'instruments à vent, surtout ceux de cuivre, tels que cor, cornet, trombone, vous paraîtra bizarre de prime abord. Vous m'objecterez qu'aucune dame ne voudra accepter notre nouveau système d'hygiène instrumentale, parce qu'elle ne consentira point à perdre momentanément la grâce de sa physionomie en soufflant dans un instrument. Je ne crois point l'objection sérieuse. Outre qu'il n'est pas nécessaire de gonfler les joues autant que font certains musiciens – ce qui est un défaut résultant d'une mauvaise éducation artistique, -je ne vois rien là de disgracieux pour le beau sexe. Les plus grands peintres, – qui, vous me l'accorderez, avaient bien en matière d'esthétique des idées aussi justes que nous, – n'ont pas craint, dans un grand nombre de leurs immortelles compositions, de représenter certaines phalanges angéliques avec des trompettes aux lèvres, sans qu'il en résultât pour ces physionomies célestes rien de choquant ni de disgracieux.’ Le courrier médical, 11/xxxvi (6 September 1862), 314.Google Scholar

39 'Des six virtuoses dont j'ai tout à l'heure raconté les exploits, aucune n'a fait de grimaces, aucune n'a enflé ses joues, aucune n'a pris une pose ou fait un mouvement qui ne fût parfaitement correct, élégant et gracieux.’ L'illustration, 23 (no. 1177; 16 September 1865), 190, also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (21 September 1865), 2.Google Scholar

40 'Six jeunes filles charmantes soufflant avec grâce, avec facilité dans ces merveilleux instruments de cuivre'. ‘A. C.’, Le monde artiste, 2 September 1865, 3, also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (21 September 1865), 1.Google Scholar

41 'Ces fraîches figures; tout au plus un peu plus de carmin naturel sur ces joues fermes et rosées'. Le monde artiste, 24 December 1864, 3, given in Sax, Gymnastique des poumons, 78. These were evidently not the red cheeks of the emaciated consumptive, whose face was otherwise an unearthly and translucent white. This article also appears in the unsigned ‘Chronique’ section of Adolphe Giacomelli's La presse théâtrale et musicale, 11 (22 December 1864), 4, which suggests that its author may be Giacomelli himself, particularly since the article indicates that the author had been invited to Sax's establishment to hear the (then) quartet play. Sax would not have forgotten Giacomelli's staunch support for his cause throughout 1862.Google Scholar

42 'Qui le croira? leur virilité n'a fait que s'unir à leurs grâces. Pas de grimaces, pas de contorsions dans le jeu. Voilà le problème des orchestres féminins résolu, et les orchestres en pantalon n'ont qu'à se bien tenir devant l'innovation des orchestres enjuponés.’ La comédie, 3 (no. 130; 3 September 1865), 2, also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (21 September 1865), 1.Google Scholar

43 'Ce n'est pas du bout des lèvres que ces fines et jolies musiciennes ont attaqué l'hymne patriotique; elles y allaient à pleins poumons, et, le diraije? les joues gonflées, les yeux écarquillés par l'effort nécessaire à la formation du son, ne faisait pas à ces jeunes artistes une figure trop étrange, trop disgracieuse. Quand elles ont terminé leurs morceaux, le sang n'injectait pas les veines de leur face de manière à les colorer avec cette exagération commune chez les musiciens de fanfare ou d'harmonie. […] Toujours est-il que, charmé du résultat musical, nous ne ferons à M. Sax junior aucune objection tirée de lèse-grâce ou d'atteinte à la beauté des instrumentistes en jupons.’ La France, 17 September 1865, n.p., also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 1.Google Scholar

44 L'illustration, 23 (no. 1177; 16 September 1865), 190, also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (21 September 1865), 1.Google Scholar

45 Héquet, ibid.; Prévost in La France, 17 September 1865, n.p., also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 1; ‘F.J. ’ in Lepanurge, 2 (no. 62; 14 December 1862), given in Sax, Gymnastique des poumons, 72.Google Scholar

46 'Une musique de régiment n'aurait pas donné [sic] avec plus d'ensemble et plus d'entrain.’ La comédie, 3 (no. 130; 3 September 1865), 2, also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (21 September 1865), 1.Google Scholar

47 La France, 17 September 1865, n.p., also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 1.Google Scholar

48 The term ‘interruption’ comes from Lucy Green, Music, Gender, Education (Cambridge, 1997), esp. 24–6 and 54.Google Scholar

49 La France, 17 September 1865, n.p., also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 1.Google Scholar

50 'Ces formidables instruments appelés par l'auteur: contre-basse-saxomnitoniques'. ‘F. J.’ in Le panurge, 2 (no. 62; 14 December 1862), given in Sax, Gymnastique des poumons, 72.Google Scholar

51 'Les instruments saxomnitoniques chromatiques à cinq pistons'. Unsigned, La revue et gazette musicale de Paris, 32/xxxvi (3 September 1865), 291.Google Scholar

52 'On n'est pas habitué à voir de jolies lèvres roses s'appuyer sur l'embouchure d'un piston.’ André Simiot, La France chorale, 5 (no. 136; 15 August 1865), n.p., also given in Sax, Gymnastique des poumons, 43.Google Scholar

53 'M. Sax Junior tient à proclamer pour la femme le droit au trombone! Il donne des concerts […], des concerts où la plus belle moitié du genre humain souffle – à poumons que veux-tu – dans des cornets à piston ou des ophicléides. Des femmes – et rien que des femmes – enflant les joues, les artères gonflées, du sang plein [dans] les yeux et frisant d'apoplexie! Eh bien! voulez-vous un conseil, mesdames? Prenez les roses aux rosiers, si bon vous semble, mais laissez le cor à Vivier et le cornet à Arban.’ Le figaro, 3 September 1865, 6. Eugène Vivier (1817–1900) and Jean-Baptiste Arban (1825–89) were, respectively, France's most respected horn and cornet players.Google Scholar

54 'Un concert de musique militaire donné par des femmes!’ Le monde illustré, 9 (no. 439; 9 September 1865), 175.Google Scholar

55 In fact, Sax's players were ‘dressed with elegant simplicity, with little spreading-out of crinoline’ ('větues d'une élégante simplicité, étalant peu de crinoline'). L'illustration, 23 (no. 1177; 16 September 1865), 190, also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (21 September 1865), 1. Whether they followed the advice of singing teachers such as Debay and refrained from wearing corsets is not known, though it is probable (see Debay, Hygiène et gymnastique, 126).Google Scholar

56 For a discussion of male feminism in the nineteenth century, and Legouvé's work in particular, see Offen, Karen, ‘Ernest Legouvé and the Doctrine of “Equality in Difference” for Women: A Case Study of Male Feminism in Nineteenth-Century French Thought’, Journal of Modern History, 58 (1966), 452–84.Google Scholar

57 'L'accaparement par l'homme, au détriment de la femme, non-seulement de la tout-puissance dans la famille et dans la cité, mais encore de toutes les fonctions qui assurent l'existance et le bien-ětre. Sous prétexte de garder généreusement pour lui seul les rudes travaux, les périls, les charges de toute espèce, les lourdes responsabilités, les luttes incessantes; n'ayant, en apparence, d'autre but que de faire à sa compagne une vie douce et calme, exempte de fatigues et de conflits, qui allie à la paix de l'âme le repos du corps, l'homme a tout envahi, tout monopolisé. Si bien qu'aujourd'hui, et cette situation déjà ancien n'a fait qu'empirer avec le temps, la femme n'a plus rien.’ Sax, Gymnastique des poumons, 24–5.Google Scholar

58 Lamber, Juliette, Idées anti-Proudhoniennes, given in Jane Rendall, The Origins of Modem Feminism: Women in Britain, France and the United States, 1780–1860 (Basingstoke, 1985), 297.Google Scholar

59 Patrick Kay Bidelman, Pariahs Stand Up! The Founding of the Liberal Feminist Movement in France, 1858–1889 (Westport, CT, and London, 1982), 45–6 (translation adapted).Google Scholar

60 Julie Daubié, La Jemine pauvre au dix-neuvième siècle, iii: Condition professionelle (Paris, 1866). The book also gained a ‘mention honorable’ at the Paris Exposition Universelle of 1867.Google Scholar

61 Given in Claire Goldberg Moses, French Feminism in the Nineteenth Century (New York, 1984), 175.Google Scholar

62 'Si elle ne s'est point signalée aussi facilement et aussi fréquemment que le sexe qui la gouverne, dans les plus grandes préoccupations de l'humanité, c'est qu'elle n'a pas comme lui la force physique en partage et que l'homme qui s'est posé en maître devant elle ne lui a pas permis.’ L'union musicale, 4/xiv (20 September 1865), 209–11 (p. 209); also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 2.Google Scholar

63 Given in Moses, French Feminism, 163.Google Scholar

64 Le temps, 3 September 1865, feuilleton, n.p.Google Scholar

65 'Sans doute pour prouver que leur sexe n'est pas étranger au génie de la composition musicale'. La France chorale, 5 (no. 136; 15 August 1865), n.p., also given in Sax, Gymnastique des poumons, 44.Google Scholar

66 Pougin, Arthur, ‘Partant pour la Syrie. Histoire d'un pseudo-chant national’, La chronique musicale, 4 (no. 23; 1 June 1874), 193–203.Google Scholar

67 'Certes, loin de nous la pensée d'applaudir à toutes les utopies que bien des écoles modernes ont émises sur son émancipation; nous ne comprenons pas que la mère de famille déserte le foyer domestique pour se měler aux agitations de la place publique. Mais pourquoi les arts et les sciences lui seraient-ils interdits?’ Lepanurge, 2 (no. 62; 14 December 1862), given in Sax, Gymnastique des poumons, 73.Google Scholar

68 'Que les organes de l'homme ne lui permettent pas měme de soupçonner'. Ibid.Google Scholar

69 Bidelman, Pariahs Stand Up!, 41.Google Scholar

70 'Que dira le mari, le papa et le futur de demoiselle qui chante et qui rit loin de sa pensée? Quelle sera la chanson de l'enfant qui ne verra plus sa mère de la soirée? […] le devoir prime la musique.’ La France chorale, 5 (no. 145; 15 November 1865), n.p.Google Scholar

71 'Je ne mets pas en question la bonne foi et l'honorabilité des hommes dont je critique ici les idées, mais, toutes ces conventions d'orphéons et d'orchestres féminins se rattachent de près ou de loin à la comédie aux harangues que nous donnent certaines femmes qui montent en chaire, en France et à l'étranger, sous prétexte de moraliser et d'émanciper leur sexe. Après la femme docteur et législateur, voici la femme instrumentiste! C'est le complément. Mais je m'obstine à croire que la grâce originale de la femme est ailleurs, que sa rédemption n'est pas dans les orchestres, et que vouloir faire de l'art le but de la famille est une absurdité. […] En résumé, il y a quelque chose, selon nous, qui moralise et qui garantit un peu plus la femme, son travail et son avenir, qu'un instrument à anches ou à pistons indépendants, c'est sa fidélité à la maison, c'est l'amour exclusif de ce sanctuaire, c'est la restauration de sa poétique royauté dans l'atelier comme dans le salon, et dans toutes les fětes de la vie de famille.’ Ibid.Google Scholar

72 'Une entreprise industrielle'. Léon Guyon of Le Mans, La France chorale, 5 (no. 146; 25 November 1865), n.p.Google Scholar

73 Le monde illustré, 9 (no. 439; 9 September 1865), 175.Google Scholar

74 'Et qui a inventé ce nouveau débouché donné à l'industrie des instruments de cuivre? Justement M. Sax junior qui en fabrique et en vend. […] Tout commerçant a le droit de vanter sa marchandise. […] Un marchand de tabac pourrait organiser un club, une société, une académie de fumeuses, comme M. Sax junior a monté un orchestre féminin.’ Ibid.Google Scholar

75 'Est-il profitable à la santé de souffler dans un cornet, un cor, ou un trombone? La femme est une malade; M. Michelet l'avait déjà dit, mais l'auteur de la brochure que nous avons sous les yeux, va nous dire pourquoi: Selon lui “les plus fréquentes indispositions de la femme sont celles qui résultent de la gěne des fonctions respiratoires. …” Eh bien! qu'elle se mette à apprendre, à étudier, à cultiver un instrument à vent, en cuivre préférablement. […] Si j'ai bien compris le sens de la tirade, il n'y a ni santé ni vertu possibles, sans la culture d'un instrument à vent- “en cuivre préférablement”.Ibid.Google Scholar

76 Elizabeth Fallaize, Étienne Carjat and ‘Le boulevard’ (1861–1863) (Geneva and Paris, 1987), 44.Google Scholar

77 Valentin d'Orpierre, ‘Les orchestres féminins’, La presse théâtrale et musicale, 9 (23 November 1862), 2; idem, ‘Les orchestres féminins et Alphonse Sax Junior’, La revue et gazette des théâtres, 33 (no. 3547; 27 November 1862), 2.Google Scholar

78 Le boulevard, 2/xlii (19 October 1862), 8; La revue et gazette des théâtres, 33 (no. 3547; 27 November 1862), 2, also given in Sax's Gymnastique des poumons, 79.Google Scholar

79 'Sa future demeure'. Le boulevard, 2/xli (12 October 1862), 8. ‘En attendant, tous ces joursci, les magasins de Sax Junior ont été au pillage / Ce sont des femmes qui les ont envahis. / Il y en a des brunes, des blondes et des châtaines aussi. / Leur mot de passe est: Un trombone ou la mort! / Pourquoi cette prédilection pour le trombone? / Je me perds en conjectures.’ Ibid.Google Scholar

80 La France, 17 September 1865, n.p., also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 1; see Burcq's comments in La chronique musicale, 5 (no. 27; 1 August 1874), 97–9 (p. 99); for Comettant's reminiscences, see his Histoire d'un inventeur au dix-neuvième siècle: Adolphe Sax, ses ouvrages et ses luttes (Paris, 1860), 272–6.Google Scholar

81 Le temps, 5 September 1865, feuilleton, n.p.Google Scholar

82 'Le public, d'autant plus surpris que cette audition n'avait été annoncée par aucune réclame, accourait en foule pour entendre ces jeunes et charmantes virtuoses, et, tout émerveillé, ne se retirait qu'après leur avoir prodigué des applaudissements qui témoignaient hautement en faveur de leur talent et de l'idée měme dont il constituait, pour ainsi dire, la manifestation.’ Sax, Gymnastique des poumons, 38.Google Scholar

83 L'art musical, 2/xxxii (10 July 1862), 254–6 (p. 255).Google Scholar

84 'L'adoption des instruments de cuivre par la femme, profiteront encore à une branche intéressante de l'industrie.’ Sax, Gymnastique des poumons, 33.Google Scholar

85 'Leurs mains délicates à un toucher grossière'. Ibid., 34.Google Scholar

86 'Il est évident que la forme gracieuse, la légèreté, le concours des métaux précieux employés comme ornement, les pierreries disposées avec goût, peuvent aussi faire de ces instruments, comme d'un article d'orfèvrerie, l'objet le plus capable de satisfaire aux exigences de la coquetterie et du luxe le mieux entendu.’ Ibid.Google Scholar

87 'Nous ne savons si le hasard a établi la coïncidence, mais ces six jeunes femmes, remarquées sans doute d'abord pour leurs dispositions musicales, eussent pu ětre choisies pour leur bonne grâce et leur beauté.’ La France, 17 September 1875, n.p.; also given in La presse théâtrale et musicale, 12 (5 October 1865), 1.Google Scholar

88 'Un auditoire ne perdra rien à avoir sous les yeux, au lieu de quarante ou cinquante représentants du sexe laid, autant de charmants minois féminins.’ Sax, Gymnastique des poumons, 33.Google Scholar

89 La presse théâtrale et musicale, 12 (23 November 1865), 4, and 13 (18 January 1866), 4. The concert of 25 January 1866 was not widely reviewed; however, see La semaine musicale, 2 (no. 56; 25 January 1866), n.p., for an unsigned preview; and La revue et gazelle musicale, 33/v (4 February 1866), 38, and Robert Nuay in La semaine musicale, 2 (no. 58; 8 February 1866), n.p., for reviews. The unsigned reviewer for La revue et gazette musicale lamented that women should have been persuaded to take up such an ungrateful occupation, but praised Micheli both as a composer and as a conductor.Google Scholar

90 Sax could not afford the registration fee and failed in his attempts to have it waived (Malou Haine, Adolphe Sax: Sa vie, son oeuvre, ses instruments de musique, Brussels, 1980, 41).Google Scholar

91 See Joël-Marie Fauquet, Les sociétés de musique de chambre à Paris de la Resta uration à 1870 (Paris, 1986), 200–1.Google Scholar

92 Le ménestrel, 32/xl (3 September 1865), 319.Google Scholar