Skip to main content Accessibility help
×
Home
  • Print publication year: 2017
  • Online publication date: May 2017

Flottes publiques et flottes privées à Gênes au XIVe siècle

Summary

RÉSUMÉ. Dès les origines de la Commune de Gênes, le binôme public-privé caractérise la navigation et les entreprises commerciales des Génois, réglées par des normes définies par la Commune. La puissance de la flotte marchande privée est mise, en cas de conflit, à la disposition de la Commune, qui ne possède pas de flotte d'État permanente. L'organisation des mahones de Chio, de Chypre et de Corse rend manifeste la symbiose entre secteurs public et privé, qui assure la suprématie génoise sur mer au XIVe siècle.

ABSTRACT. From the start of the Genoese Commune, the public-private partnership characterizes Genoese navigation and commercial activities, ruled by the standards defined by the Commune. In case of conflict, the powerful private merchant fleet was placed at the disposal of the Commune, which did not possess a permanent state fleet. The organization of the Chio, Cyprian, and Corse ‘mahones’ (joint-stock companies) rendered obvious the symbiosis between the public and private sectors, ensuring the Genoese supremacy over the fourteenth-century seas.

Jusqu'à une période relativement récente l'historiographie a longtemps considéré le XIVe et le XVe siècle comme des siècles « faibles », de transition. En réalité même au XIVe siècle, après trente années de luttes intestines, les Génois reviennent avec force sur le devant de la scène avec les activités maritimes et marchandes qui avaient fait par le passé la fortune de la ville et de la classe nobiliaire au pouvoir. La création du dogat en 1339, favorisée par la révolte des équipages de vingt galées génoises, fait accéder au pouvoir les popolani, ou mieux les marchands, qui renforcent armement, navigation et routes maritimes. Armement et navigation restent encore libres, au sens que les institutions n'interfèrent pas dans l'armement, les typologies ou les destinations des embarcations marchandes qui sont laissées entre les mains des armateurs.

Le pouvoir politique doit toutefois faire appel aux embarcations commerciales pour organiser ses expéditions navales offensives, affronter de nombreux défis sur les mers, soutenir la suprématie maritime, défendre les intérêts politiques et commerciaux en s'appuyant sur une flotte.

Related content

Powered by UNSILO