Hostname: page-component-8448b6f56d-qsmjn Total loading time: 0 Render date: 2024-04-19T04:22:00.381Z Has data issue: false hasContentIssue false

L'historiographie des origines de la France: Genèse d'un imaginaire national

Published online by Cambridge University Press:  04 May 2017

André Burguière*
Affiliation:
EHESS

Résumés

Du VIIe siècle, quand les premières chroniques donnèrent à la Francia un ancêtre troyen fuyant sa cité en flammes, à la fin du XIXe siècle, quand Fustel de Coulanges réfuta définitivement la thèse d’une conquête franque, l’historiographie de la France n’a cessé d’osciller, dans son long périple, entre la thèse d’une origine franque et celle d’une origine gauloise. Un parcours historiographique particulièrement long mais nullement exceptionnel : la majorité des dynasties princières de l’Europe ont prétendu descendre d’un guerrier troyen ou d’un fils de Noé. La plupart des histoires nationales ont pensé leurs origines dans une opposition entre des indigènes et des conquérants. Reconstituer les étapes de ce discours des origines, c’est identifier les usages politiques successifs qui l’ont inspiré et sans cesse remanié. Mais on peut essayer aussi, pour rendre le cas français plus comparable à d’autres, d’isoler certains traits structurels de son imaginaire national et de la pensée historique qui s’est construite avec lui.

Summary

Summary

From the 7th century onward, when some chronicles are referred for the first time to a Trojan ancestor of Francia who supposedly escaped from his city in flames, to Fustel de Coulanges’ definitive refutation, in the 1870’s, of the theory of the Franks as having conquered and submitted the Gauls, the historiography of France, all along its long way, has been constantly swinging between the idea of a Frank or of a Gallic origin of the nation. A long historiographical way but not unique in its assumptions: most of European royal families, during the Middle Ages, pretended to be descended from one of Priam’s or Noah’s sons. Most of the nations have presented themselves as having originated in two confronting groups of population;a native one, and a conqueror. The best way to describe and to explain the making of the narrative of the origins of the nation would be to point out the different political goals which successively inspired and reshaped this narrative. But it could also be interesting, if we want to make the French case more comparable to other ones, to consider the structural dimensions of this half fictional narrative of the nation and of the historiographical thinking as well.

Type
Imaginaires nationaux Origines, usages, figures
Copyright
Copyright © Les Éditions de l’EHESS 2003

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

1- Beaune, Colette, « Les sanctuaires royaux. De Saint-Denis à Saint-Michel et Saint-Léonard », in Nora, P. (dir.), Les lieux de mémoire, II, La nation, 1, Paris, Gallimard, 1986, pp. 5787 Google Scholar.

2- Guenée, Bernard, « Les Grandes Chroniques de France. Le Roman aux roys (1274-1513) », in Nora, P. (dir.), Les lieux de mémoire, II, 1, op. cit., pp. 189214 Google Scholar.

3- Dumville, David N., « Kingships, Genealogies and Regnal Lists », in Hayes Sawyer, P. et Wood, I. N. (éds), Early Medieval Kingship, Leeds, Universityof Leeds Press, 1977, pp. 72104 Google Scholar ; Guenée, Bernard, « Les généalogies entre l’histoire et la politique : la fierté d’être Capétien, en France, au MoyenÂge », Annales, ESC, 33-3, 1978, pp. 450477 Google Scholar ; Hay, Denys, Europe, The Emergence of an Idea, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1957 Google Scholar ; Klapisch-Zuber, Christiane, L’ombre des ancêtres : essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000 Google Scholar ; de Laborderie, Olivier, « Les généalogies des rois d’Angleterre sur rouleaux manuscrits (milieu XIIe siècle-début XIVe siècle). Conceptions, diffusion et fonctions », in Barthelemy, T. et Pingaud, M.-C. (éds), La généalogie entre science et passion, Paris, Éditions du CTHS, 1997, pp. 207219 Google Scholar.

4- Valensi, Lucette, Fables de la mémoire : la bataille des trois rois, Paris, Le Seuil, 1992 Google Scholar.

5- Beaune, Colette, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 Google Scholar. Mon analyse de l’évolution du débat médiéval sur les origines franques ou gauloises de la France, doit beaucoup au chap. I, «Trojani aut Galli ».

6- C. BEAUNE, Naissance de la nation France,op. cit., p. 33.

7- Goff, Jacques Le, « Reims, ville du sacre », in Nora, P. (dir.), Les lieux de mémoire, II, 1, op. cit., pp. 89184 Google Scholar ; Goff, Jacques Le, « Genèse de la France (IXe-XIIIe siècles) ; vers un État monarchique », in Burguière, A. et Revel, J. (éds), Histoire de la France, II Google Scholar, Goff, Jacques Le (dir.), L’État et les pouvoirs, Paris, Le Seuil, 1989, pp. 21179 Google Scholar.

8- C. BEAUNE, Naissance de la nation France, op. cit.

9- Grafton, Anthony, Faussaires et critiques. Créativité et duplicité chez les érudits occidentaux, Paris, Les Belles Lettres, 1993 Google Scholar.

10- Dubois, Claude-Gilbert, Celtes et Gaulois au XVIe siècle. Le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, Vrin, 1972 Google Scholar. En particulier pour Lemaire de Belges et Guillaume Postel.

11- Huppert, Georges, L’idée d’histoire parfaite, Paris, Flammarion, 1973 Google Scholar ; Vivanti, Corrado, « Les Recherches de la France d’Étienne Pasquier. L’invention des Gaulois », in Nora, P. (dir.), Les lieux de mémoire, II, 1, op. cit., pp. 215245 Google Scholar.

12- Burguière, André, « La centralisation monarchique et la naissance des sciences sociales. Voyageurs et statisticiens à la recherche de la France à la fin du XVIIIe siècle », Annales HSS, 55-1, 2000, pp. 199218 CrossRefGoogle Scholar. Voir également Bourguet, Marie-Noëlle, Déchiffrer la France : la statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1988 Google Scholar ; Ozouf, Mona, L’école de la France, Paris, Gallimard, 1984 CrossRefGoogle Scholar, en particulier le chapitre « L’invention de l’ethnographie de la France : le questionnaire de l’académie celtique » ; Belmont, Nicole, Aux sources de l’ethnologie française : l’académie celtique, Paris, Éditions du CTHS, 1995 Google Scholar.

13- Crouzet, Denis, Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, Champ Vallon, 1990, chap. 20Google Scholar.

14- G.Huppert, L’idée d’histoire parfaite, op. cit., p. 91.

15- Cf. Pomian, Krzysztof, « Francs et Gaulois », in Nora, P. (dir.), Les lieux de mémoire, III, Les France, 1, Conflits et partages, pp. 40105 Google Scholar ; Barret-Kriegel, Blandine, Les historiens et la monarchie, t. 1, Les académies et l’histoire, 1re partie, chap. III, Paris, PUF, 1988 Google Scholar.

16- Thierry, Augustin, Sur l’antipathie de race qui divise la nation française [1820], in OEuvres complètes, Paris, 1866, t. III, p. 486Google Scholar (cité dans K. Pomian, in « Francs et Gaulois », art. cit.).

17- Gauchet, Marcel, « Les Lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry», in Nora, P. (dir.), Les lieux de mémoire, II, 1, op cit., pp. 247316 Google Scholar.

18- Cf. Hartog, François, Le XIXe siècle et l’histoire : le cas Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988 Google Scholar.

19- Joly, Aristide, Benoît de Sainte Maure et le Roman de Troie, Paris, A. Franck, 1870 Google Scholar.

20- Löfgren, Orvar, « The Nationalisation of Culture », Ethnologica europea, XIX, 1, 1989 Google Scholar.

21- Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales,Europe, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1999, chap. VCrossRefGoogle Scholar.

22- L. Valensi, Fables de la mémoire…, op. cit.

23- Morrissey, Robert, L’empereur à la barbe fleurie. Charlemagne dans la mythologie et l’histoire nationale, Paris, Gallimard, 1997 Google Scholar.

24- Cf. C. Beaune, Naissance de la nation France,op. cit., chap. II, « Saint Clovis ».

25- Ibid.

26- C. G. Dubois, Celtes et Gaulois au XVIe siècle…,op. cit.

27- Joutard, Philippe, La légende des Camisards,une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977 Google Scholar.

28- Cf. Vansina, Jan, « Tradizione orale e storia orale: risultate e prospettive », Quaderni storici, 35, 1977, pp. 340357 Google Scholar.

29- Cf. G. Huppert, L’idée d’histoire parfaite, op. cit., et C. VIVANTI, « Les Recherches de la France… », art. cit.

30- A. Burguière, « La centralisation monarchique… », art. cit.

31- Ibid.

32- ID., «La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales ESC, 46-4, 1991, pp. 771-788.

33- D. Hay, Europe. The Emergence…, op. cit.

34- C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres…, op. cit.

35- Valensi, Lucette, Fellahs tunisiens. L’économie rurale et la vie des campagnes aux XVIIIe et XIXe siècles, La Haye-Paris, Mouton/EHESS, 1977 Google Scholar.

36- A. Burguière, « La mémoire familiale… », art. cit.

37- Parmi les interprétations récentes : Anderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine de l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, [1983] 1996 Google Scholar ; Gellner, Ernest, Nations et nationalismes, Paris, Payot, 1989 Google Scholar ; Hobsbawm, Eric, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992 Google Scholar ; Hermet, Guy, Histoire des nations et du nationalisme en Europe, Paris, Le Seuil, 1996 Google Scholar.

38- B. Anderson, L’imaginaire national…, op. cit.

39- Champeaux, Émile, « Jus sanguinis », Revue historique de droit français et étranger, 4e série, 12, 1933 Google Scholar.

40- B. Anderson, L’imaginaire national…, op. cit.

41- Confino, Alon, The Nation as a Local Metaphor: Württemberg,Imperial Germany and National Memory, 1871-1918, Chapel Hill, North Carolina University Press, 1997 Google Scholar.

42- Voir Héritier, Françoise, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996 Google Scholar.

43- Cf. Boltanski, Luc, L’amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990 CrossRefGoogle Scholar.