Skip to main content Accessibility help
×
Home
Hostname: page-component-768ffcd9cc-7jw6s Total loading time: 0.32 Render date: 2022-12-05T19:23:40.203Z Has data issue: true Feature Flags: { "useRatesEcommerce": false } hasContentIssue true

Le pouvoir du crédit au XVIIIe siècle

Histoire intellectuelle et sciences sociales

Published online by Cambridge University Press:  20 January 2017

Antoine Lilti*
Affiliation:
EHESS

Résumé

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le terme « crédit » recouvrait une très large gamme de phénomènes. Il désignait non seulement une créance financière, comme de nos jours, mais aussi et même surtout la réputation d’une personne, la confiance qu’elle inspirait et, par conséquent, sa capacité d’action, notamment politique. Dans un livre audacieux, Credit, Fashion, Sex: Economies of Regard in Old Regime France, Clare Haru Crowston a essayé de comprendre la diversité des significations et des pratiques qui faisaient du crédit le « secret de polichinelle » de la société d’Ancien Régime. Nous essayons de prendre la mesure des enjeux soulevés par le livre et des questions méthodologique qu’il pose : comment peut-on écrire une histoire intellectuelle des pratiques sociales ?

Abstract

Abstract

In the seventeenth and eighteenth centuries, the word “credit” covered a wide range of phenomena. It did not simply denote a financial debt, as it does now, but also—even primarily—signified one's reputation, the confidence one inspired, and therefore one's political agency. In her bold book, Credit, Fashion, Sex: Economies of Regard in Old Regime France, Clare Haru Crowston seeks to understand the diversity of meanings and practices that made credit the “open secret” of pre-Revolutionary French society. This article is an attempt to evaluate the issues raised by the book and the methodological questions it poses: how to write an intellectual history of social practices?

Type
Histoire moderne et sciences sociales
Copyright
Copyright © Les Éditions de l’EHESS 2015

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

1- Graeber, David, Dette, 5 000 ans d’histoire, trad. par F. et P. Chemla, Paris, Les Liens qui libèrent, [2011] 2013 Google Scholar ; Lazzarato, Maurizio, La fabrique de l’homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Paris, Éd. Amsterdam, 2011 Google Scholar ; Streeck, Wolfgang, Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, trad. par F. Joly, Paris, Gallimard, [2013] 2014 Google Scholar.

2- Voir par exemple Béguin, Katia, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999, p. 268300 Google Scholar.

3- Les travaux, désormais nombreux, des modernistes sur les dimensions sociales et morales du crédit, depuis le crédit privé local jusqu’au grand commerce international, ont insisté sur le rôle des nombreux intermédiaires, sur la construction de la confiance à distance, sur les enjeux moraux de l’assistance. Voir Muldrew, Craig, The Economy of Obligation: The Culture of Credit and Social Relations in Early Modern England, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 1998 CrossRefGoogle Scholar ; Hoffman, Philip T., Postel-vinay, Gilles et Rosenthal, Jean-Laurent, Des marchés sans prix. Une économie politique du crédit à Paris, 1660-1870, Paris, Éd. de l’EHESS, 2001 Google Scholar ; Béguin, Katia, Financer la guerre au XVII e siècle. La dette publique et les rentiers de l’absolutisme, Seyssel, Champ Vallon, 2012 Google Scholar ; Fontaine, Laurence, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008 Google Scholar ; Trivellato, Francesca, The Familiarity of Strangers: The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, Yale University Press, 2009 Google Scholar. Les historiens contemporanéistes se sont approprié le questionnaire et remettent désormais en cause le récit traditionnel d’une révolution du crédit, au XIXe siècle, fondée sur l’escompte et le développement des banques. Voir Zalc, Claire et Lemercier, Claire, « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Annales HSS, 67-4, 2012, p. 9791009 Google Scholar.

4- Schaffer, Simon, La fabrique des sciences modernes, XVII e-XIXe siècle, trad. par F. Aït- Touati, L. Marcou et S. Van Damme, Paris, Éd. du Seuil, 2014 CrossRefGoogle Scholar ; Biagioli, Mario, Galileo's Instruments of Credit: Telescopes, Images, Secrecy, Chicago, University of Chicago Press, 2006 CrossRefGoogle Scholar ; Shapin, Steven, Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du XVIIe siècle, trad. par S. Coavoux et A. Steige, Paris, La Découverte, [1994] 2014 Google Scholar ; Damme, Stéphane Van, À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Éd. du Seuil, 2014 Google Scholar.

5- C. H. Crowston, Credit, Fashion, Sex…, op. cit., p. 317.

6- Ibid., p. 21.

7- Crowston, Clare Haru, Fabricating Women: The Seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham, Duke University Press, 2001 CrossRefGoogle Scholar.

8- Roche, Daniel, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989 Google Scholar.

9- Sur l’univers de la boutique et la transformation des pratiques urbaines de consommation, voir Coquery, Natacha, Tenir boutique à Paris au XVIII e siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, Éd. du CTHS, 2011 Google Scholar. Simmel, Georg, Philosophie de l’argent, trad. par S. Cornille et P. Ivernel, Paris, PUF, [1920] 2014, p. 616617 Google Scholar, avait noté que la vente à crédit, qui repose sur la confiance et suppose donc le caractère « distingué » de l’acheteur, se différencie de la vente au comptant, plus ordinaire.

10- Furetière, Antoine, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye, Arnout et Reinier Leers, 1690 Google Scholar, s. v. « Crédit ».

11- C. Crowston s’appuie sur trente-neuf cas de faillite, dont huit font l’objet d’une étude de cas détaillée grâce aux livres de comptes conservés dans les dossiers.

12- C. H. Crowston, Credit, Fashion, Sex…, op. cit., p. 320.

13- Offer, Avner, « Between the Gift and the Market: The Economy of Regard », The Economic History Review, 50-3, 1997, p. 450476 CrossRefGoogle Scholar.

14- D. Roche, La culture des apparences…, op. cit.

15- Carnevali, Barbara, Le apparenze sociali. Una filosofia del prestigio, Bologne, Il Mulino, 2013 Google Scholar.

16- Jennifer M., Jones, Sexing la Mode: Gender, Fashion and Commercial Culture in Old Regime France, Oxford, Berg, 2004 Google Scholar.

17- Pour une version récente de cette thèse déjà défendue par des auteurs comme Werner Sombart ou Fernand Braudel, voir Sewell, William, « The Empire of Fashion and the Rise of Capitalism in Eighteenth-Century France », Past and Present, 106-1, 2010, p. 81120 CrossRefGoogle Scholar.

18- C. H. Crowston, Credit, Fashion, Sex…, op. cit., p. 12-15. En revanche, lorsque C. Crowston aborde la question de la mode, elle ne s’appuie pas sur l’article fameux consacré à la griffe du couturier ( Bourdieu, Pierre et Delsaut, Yvette, « Le couturier et sa griffe. Contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, 1-1, 1975, p. 736 CrossRefGoogle Scholar), signe d’un décalage entre la théorie des champs, qui implique des espaces autonomes de production et d’investissement du capital, et l’imbrication des espaces relationnels du crédit qu’étudie le livre.

19- Pour se limiter à la période XVIIe-XVIIIe siècle et à quelques ouvrages essentiels, à l’articulation de l’histoire du livre et de la sociologie historique des intellectuels, voir Darnton, Robert, Bohème littéraire et Révolution. Le monde des livres au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1983 Google Scholar ; Roche, Daniel, Les républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au XVIII e siècle, Paris, Fayard, 1988 Google Scholar ; Chartier, Roger, Culture écrite et société. L’ordre des livres, XIV e-XVIII e siècle, Paris, Albin Michel, 1996 Google Scholar ; Jouhaud, Christian, Les pouvoirs de la littérature, histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000 Google Scholar.

20- Voir néanmoins Guldi, Jo et Armitage, David, The History Manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014, p. 89103 Google Scholar, qui s’appuient sur l’expérience de Paper Machines, un programme permettant l’exploitation quantitative de sources administratives numérisées, http://dx.doi.org/10.1017/9781139923880.

21- Dès 1991, Olsen, Mark avait utilisé la base Frantext pour étudier « Gender Representation and Histoire des Mentalités: Language and Power in the Trésor de la langue française », Histoire et Mesure, 6-3/4, 1991, p. 349373 CrossRefGoogle Scholar. Mais, curieusement, malgré l’essor rapide, ces dernières années, des humanités numériques, les travaux systématiques ou les réflexions méthodologiques restent rares en ce domaine, en particulier pour l’histoire moderne. Parmi les exceptions récentes, voir Bolla, Peter De, The Architecture of Concepts: The Historical Formation of Human Rights, New York, Fordham University Press, 2013 CrossRefGoogle Scholar, et le commentaire de Dan Edelstein, « Intellectual History and Digital Humanities », Modern Intellectual History, 2015, http://dx.doi.org/10.1017/S1479244314000833.De même, on peut regretter que les travaux de Franco MORETTI n’aient pas reçu plus d’écho en France, pour le moment, en dépit de la traduction de Graphes, cartes et arbres, Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, trad. par É. Dobenesque, Paris, Les Prairies ordinaires, [2005] 2008. Voir aussi Id., Distant Reading, Londres, Verso Books, 2013.

22- Mayaffre, Damon, « Vers une herméneutiquematérielle numérique. Corpus textuels, logométrie et langage politique », mémoire d’HDR, Université Nice Sophia Antipolis, 2010 Google Scholar, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00655380. Voir aussi les deux billets très utiles de Sophie Cinquin, « Utiliser la lexicométrie en histoire », Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie, 2011, http://devhist.hypotheses.org/898 et http://devhist.hypotheses.org/1068.

23- Hayles, Katherine, How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis, Chicago, The University of Chicago Press, 2012 CrossRefGoogle Scholar ; Citton, Yves, «Herméneutique et (re)médiation : vers des études de médias comparés », Critique, 6/7-817/818, 2015, p. 569581 Google Scholar.

24- Aiden, Erez et Michel, Jean-Baptiste, depuis « Quantitative Analysis of Culture Using Millions of Digitized Books », Science, 331-6014, 2011, p. 176182 Google Scholar, défendent le programme des Culturomics (culturomics.org), qui analyse des évolutions culturelles de longue durée sur la base des graphiques de Ngram Viewer qu’ils ont contribué à développer. Voir aussi Id., Culturama. Qui n’a jamais rêvé d’avoir lu tous les livres ?, trad. par M. -F. Desjeux, Paris, Robert Laffont, 2015. Pour une critique de Ngram Viewer, voir Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, « Prodiges et vertiges de la lexicométrie», Socio-informatique et argumentation, 2010, http://socioargu.hypotheses.org/1963.

25- Foucault, Michel, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 3843 Google Scholar.

26- Delalande, Nicolas et Vincent, Julien, « Portrait de l’historien-ne en cyborg », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 58-4bis, 2011, p. 529 Google Scholar.

27- No spécial « Savoirs de la littérature », Annales HSS, 65-2, 2010. L’histoire des concepts sociopolitiques privilégie parfois une approche semblable lorsqu’elle élargit ses corpus de référence au-delà du canon philosophique. Voir Guilhaumou, Jacques et Kaufmann, Laurence (dir.), L’invention de la société. Nominalisme politique et science sociale au XVIII e siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 2003 Google Scholar.

28- Roberts, Lissa, Schaffer, Simon et Dear, Peter (dir.), The Mindful Hand: Inquiry and Invention from the Late Renaissance to Early Industrialisation, Chicago, Chicago University Press, 2007 Google Scholar.

29- Prodi, Paolo, « Conclusioni », in Quaglioni, D., Todeschini, G. et Varanini, G. M. (dir.), Credito e usura tra teologia, diritto e amministrazione. Linguaggi a confronto, sec. XII-XVI, Rome, École française de Rome, 2005, p. 291296 Google Scholar.

30- Rey, Jean-Michel, Le temps du crédit, Paris, Desclée de Brouwer, 2002 Google Scholar. C. Crowston ne prend malheureusement pas en considération le travail de J. -M. Rey, dont la méthode de lecture est à la fois différente et complémentaire. Celui-ci s’appuie sur la lecture minutieuse d’oeuvres généralement canoniques (Saint-Simon, Montesquieu, Alexandre Dumas…) pour mettre en évidence la naissance d’un imaginaire littéraire du crédit moderne, « la fable du crédit », qui relève à la fois de l’économie, de la politique et des pouvoirs de la fiction. Voir aussi Id., Histoire d’escrocs, t.1, La vengeance par le crédit ou Monte-Cristo, Paris, Éd. de l’Olivier, 2013.

31- L’élaboration de cette représentation légitime du crédit permet de justifier la circulation monétaire, nécessaire à la vie marchande, tout en faisant du prêt un outil d’intégration sociale et civique. Elle s’accompagne, à partir du XVe siècle, de l’apparition de nouvelles institutions de crédit, les monts-de-piété. Voir Todeschini, Giacomo, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, trad. par N. Gailius et R. Nigro, Lagrasse, Verdier, [2004] 2008, p. 231274 Google Scholar et Id., « La reputazione economica come fattore di cittadinanza nell’Italia dei secoli XIV-XV », in Sanfilippo, I. Lori et Rigon, A. (dir.), Fama e publica vox nel Medioevo, Rome, Istituto storico italiano per il Medioevo, 2011, p. 103118 Google Scholar. Sur la persistance, à l’inverse, de la figure de l’usurier comme symbole de l’infamie, voir Id., Au pays des sans-nom. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne, trad. par N. Gailius, Lagrasse, Verdier, [2007] 2015, p. 113-144.

32- C. H. Crowston, Credit, Fashion, Sex…, op. cit., p. 78.

33- Shovlin, John, The Political Economy of Virtue: Luxury, Patriotism, and the Origins of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 2006 Google Scholar.

34- Hume, David, « Of Public Credit » [1752], in Hume, D., Political Essays, éd. par K. Haakonssen, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 166178 CrossRefGoogle Scholar. L’essai est traduit en 1754 dans les Discours politiques de monsieur Hume, Amsterdam, Michel Lambert, p. 142-165. Sur les enjeux politiques du texte, voir Hont, Istvan, « The Rhapsody of Public Debt: David Hume and Voluntary State Bankruptcy », in Philipson, N. et Skinner, Q. (éd.), Political Discourse in Early Modern Britain, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 321348 CrossRefGoogle Scholar.

35- Sonenscher, Michael, Before the Deluge: Public Debt, Inequality and the Intellectual Origins of the French Revolution, Princeton, Princeton University Press, 2007 Google Scholar.

36- C. H. Crowston, Credit, Fashion, Sex…, op. cit., p. 16 : « Although much of this book focuses on published writings produced by elites, I am for the most part not concerned with formal conceptualizations of economy among elite intellectuals. »

37- No spécial « Statuts sociaux », Annales HSS, 68-4, 2013.

38- Voir par exemple, du côté de l’économie, Orléan, André, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Éd. du Seuil, 2013 Google Scholar, qui plaide pour une approche de la valeur commune aux différentes sciences sociales, contre la spécificité des définitions substantialistes (par le travail ou la valeur) qui ont cours en économie.

39- A contrario, les historiens qui cherchent à échapper à cette évolution doivent dépenser une énergie considérable à s’en justifier. C’est le cas par exemple des historiens économistes qui redécouvrent la complexité sociale des relations de crédit. 40 - Smith, Jay M., Nobility Reimagined: The Patriotic Nation in Eighteenth-Century France, Ithaca, Cornell University Press, 2005 Google Scholar.

41- Grenier, Jean-Yves, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incerti- tude, Paris, Albin Michel, 1996, p. 7078 Google Scholar.

42- J. M. Jones, Sexing la Mode…, op. cit.

43- J. -M. Rey, Le temps du crédit, op. cit., p. 49-140.

44- Necker, Jacques, Compte rendu au Roy [Paris, 1781], Genève, Slatkine reprints, 2005 Google Scholar.

45- Levratto, Nadine et Stanziani, Alessandro (dir.), Le capitalisme au futur antérieur. Crédit et spéculation en France, fin XVIII e-début XXe siècle, Bruxelles, Bruylant, 2011 Google Scholar.

46- Tarde, Gabriel, Psychologie économique, Paris, F. Alcan, 1902, t. I, p. 72 Google Scholar. Voir Latour, Bruno et Antonin|Lépinay, Vincent, L’économie, science des intérêts passionnés. Introduction à l’anthropologie économique de Gabriel Tarde, Paris, La Découverte, 2008 Google Scholar.

Save article to Kindle

To save this article to your Kindle, first ensure coreplatform@cambridge.org is added to your Approved Personal Document E-mail List under your Personal Document Settings on the Manage Your Content and Devices page of your Amazon account. Then enter the ‘name’ part of your Kindle email address below. Find out more about saving to your Kindle.

Note you can select to save to either the @free.kindle.com or @kindle.com variations. ‘@free.kindle.com’ emails are free but can only be saved to your device when it is connected to wi-fi. ‘@kindle.com’ emails can be delivered even when you are not connected to wi-fi, but note that service fees apply.

Find out more about the Kindle Personal Document Service.

Le pouvoir du crédit au XVIIIe siècle
Available formats
×

Save article to Dropbox

To save this article to your Dropbox account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you used this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your Dropbox account. Find out more about saving content to Dropbox.

Le pouvoir du crédit au XVIIIe siècle
Available formats
×

Save article to Google Drive

To save this article to your Google Drive account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you used this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your Google Drive account. Find out more about saving content to Google Drive.

Le pouvoir du crédit au XVIIIe siècle
Available formats
×
×

Reply to: Submit a response

Please enter your response.

Your details

Please enter a valid email address.

Conflicting interests

Do you have any conflicting interests? *