Hostname: page-component-7479d7b7d-c9gpj Total loading time: 0 Render date: 2024-07-15T02:28:48.189Z Has data issue: false hasContentIssue false

L'autre shi'isme... (Note critique)

Published online by Cambridge University Press:  25 May 2018

Jean-Pierre Digard*
Affiliation:
CNRS-EHESS, Paris

Extract

Les recherches françaises sur l'islam shi'ite sont, et resteront sans doute encore longtemps, dominées par la personnalité et l'œuvre — monumentale — de Henry Corbin. En Islam iranien, par exemple, compte parmi les travaux que quiconque s'intéressant vraiment à l'Iran ne peut se dispenser de connaître et d'étudier. Et pourtant, ce n'est pas exagérer que d'affirmer qu'il ne se trouve dans ces quatre gros volumes, fruit de plus de vingt années de recherches sur — et d'intimité avec — le shi'isme, à peu près aucun élément qui permette d'éclairer la situation actuelle en Iran et le rôle joué par la religion dans les événements survenus dans ce pays depuis 1978. Comme si deux shi'ismes étrangers l'un à l'autre avaient pu y coexister...

Summary

Summary

Iranian studies in France became highly reputed for the numerous and important studies on the history, dogma and philosophy of shi'ism which they have produced. Paradoxically, it would seem, one can scarcely find any elements in these works which would serve to clarify the current situation in Iran and the role played by religion in that country since 1978. It is as if two shi'isms — each a stranger to the other — could have coexisted there. Several recent works which are analyzed in this review article permit one to conclude that a new « Iranology », done by Iranian scholars, is beginning to emerge, one which willfinally enables the western public to understand the "other" shi'ism whose existence has been made so evident by the Iranian révolution.

Type
L'Islam et le Politique
Copyright
Copyright © Les Éditions de l’EHESS 1980

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

* Nous respectons ici les transcriptions phonétiques adoptées pour le livre de Y. Richard dont ces pages rendent compte.

1. Corbin, H.. En Islam iranien. Aspects spirituels et philosophiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 4 vols, 1971-1972.Google Scholar

2. Voir Digard, J.-P., « Perspectives anthropologiques sur l'islam ». Revue française de sociologie, vol. XIX, n° 4, 1978, pp. 497523 CrossRefGoogle Scholar.

3. Ayatollah S. R. Khomeyni, Pour un Gouvernement islamique, trad. M. Kotobi et B. Simon, avec le concours de O. Banisadre, Paris. Fayolle, 1979. Profitons de l'occasion pour dénoncer au passage l'abject «petit livre vert» (Ayatollah Khomeyni, Principes politiques, philosophiques , sociaux et religieux, trad. J.-M. Xavière, Paris, Éditions libres Hallier, 1979) : réalisé pour donner une image déformée de la pensée de l'auteur, ce choix partial d'extraits coupés de leur contexte ne ridiculise en réalité que le traducteur et l'éditeur.

4. A. Shari'Ati, On the sociology of islam, trad. H. AI.Gar, Berkeley, Mizan Press, 1979. Il faut souligner à ce propos que les chercheurs anglais, comme Ann Lambton, ou américains, comme Nikki Keddie entre autres, n'ont pas manqué, contrairement à leurs collègues français, de consacrer leurs travaux aux rapports entre shi'isme et politique à l'époque moderne. Il ne saurait être question, ici, de les citer tous. Le lecteur pourra se reporter, pour un échantillon représentatif et la bibliographie correspondante, à N. R. Keddie éd., Scholars, saints and soufis. Muslim religious institutions since 1500, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1972, ainsi qu'au dernier en date des travaux en question, l'excellent A.-H. Hairi, Shi'ism and constitutionalism in Iran. A study of the rôle played by the Persian résidents oflraq in Iranian politics, Leyde, E. J. Brill, 1977.

5. Que penser en particulier de l'absence du mot ayatollah, dont l'usage est pourtant attesté en Iran depuis la fin du siècle dernier, dans la volumineuse Encyclopédie de l'islam (Leyde, E. J. Brill), y compris dans sa nouvelle édition ? Cet « oubli » va d'ailleurs être réparé, grâce à Jean Calmard, dans un supplément à paraître.

6. P. Vieille. « Transformation des rapports sociaux et révolution en Iran », Peuples méditerranéens/ Mediterranean Peoples, n° 8, 1979, pp. 25-58 (p. 36).

7. Voir par exemple, encore au titre d'échantillon, le recueil collectif: Le shi'isme imàmite , Paris, PUF, 1970.

8. Cette lacune est d'ailleurs commune à tout l'Occident, si l'on excepte le livre, surtout historique, très inégal et qui n'est plus à jour, de D.-M. Donaldson The Shi'ite religion. A history of Islam in Persia and Irak, Londres, Luzac, 1933. Voir aussi Laoust, H., Les schismes dans l'islam , Paris, Payot, 1965 Google Scholar, passim .

9. Richard, Y., Le shi'isme en Iran. Imam et révolution, Paris Google Scholar, Librairie d'Amérique et d'Orient Jean Maisonneuve, « Initiation à l'islam, X », 1980, 135 p., bibl., index. Hélas, l'éditeur ne devait pas ignorer que ce livre répondait à un grand besoin puisqu'il n'a pas hésité à en fixer le prix de vente en librairie à la somme — honteuse — de 78 F environ..

10. Yann Richard s'est d'ailleurs déjà signalé par plusieurs articles originaux sur le shi'isme et la révolution iranienne dans Les Nouvelles littéraires, 7-14 décembre 1978 ; Le Matin, 28 décembre (sous le pseudonyme de Yân Khân) ; Le Monde, 31 janvier 1979 ; Le Matin, 12 février ; Le Matin , 1 3 février ; Le Matin, 1 mars (Yân Khân), et Le Monde diplomatique, février 1980.

11. Cf. C. Bromberger, « Martyre, deuil et remords. Horizons mythiques et rituels des religions méditerranéennes (essai d'analyse comparée des passions du Christ et de Hoseyn) », à paraître dans les actes du colloque « Images et réalités de la mort dans les sociétés méditerranéennes». Pour d'autres rapprochements, voir Y. Richard, op. cit., pp. 14, 16, 25.

12. Exposé détaillé dans H. LöSchner, Die Dogmatischen Grundlagen des Si'itishen Rechts , Cologne, Cari Heymans Verlag « Erlanger Juritischen Abhanlungen, Bd 9 », 1971.

13. Voir J.-P. Roux, Les traditions des nomades de la Turquie méridionale, Paris, Librairie Adrien Maisonneuve « Bibliothèque archéologique et historique de l'Institut français d'archéologie d'Istanbul, XXIV», 1970, p. 89.

14. Nasr, S. H., Islam. Perspectives et réalités, Paris, Buchet-Chastel. 1975, p. 204.Google Scholar

15. Voir Bani Sadr, A.-H., Quelle révolution pour l'Iran ? Paris, Fayolle, 1980.Google Scholar

16. A l'exception de ceux déjà mentionnés (voir notes 3, 4 et 1 5) et de A. S. M. H. TabÂTabâ'I, Shi'ile Islam, S. H. Nasr éd., Londres. 1975, tous attendent et attendront sans doute longtemps encore d'être traduits dans une langue occidentale. Sur deux d'entre eux, voir cependant les études de N. R. Keddie. An Islumic response to imperialism. Political and religious writings of Sayyid Jumàl ad-Dfn « al-Afghâni », Los Angeles. University of California Press. 1968. de Pakdaman, H., Djamal-el-Din Assad Abadi dit Afghani, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose. 1969 Google Scholar. et de Augar, H.. Religion and State in Iran. The rôle of the ulama in the Qajar period, Berkeley. University of California Press, 1969 Google Scholar, ainsi que, du même, Mirzd Malkum Khàn. A biographical sludy in Iranian modernism, même éditeur, 1973. Sur les principaux penseurs shi'ites à la veille de la révolution iranienne, voir l'étude plus détaillée encore de Y. Richard. « Contemporary Shi'i thought in Iran ». à paraître dans N. R. Keddie et Y. Richard, Iran. Social and intellectuel! roots of révolution, Yale, Yale University Press, et déjà C. Adi.E, « Note sur le monde iranien », dans Association pour l'avancement des études islamiques. La compréhension de leur passé par les musulmans d'aujourd'hui, Paris, Collège de France, 1979, pp. 1-25.

17. Critique formulée, déjà, à propos de H. Corbin, En Islam iranien, op. cit., dans l'excellent compte rendu de J. Calimard dans L'Homme, t. XVI. n° 1. 1976, pp. 188-193 (p. 190).

18. C. Adie, loc. cit., p. I l , et Y. Richard, S.V. « Sari'ati », Abstracta Iranica, n° I, 1978, pp. 50-53 (p. 51).

19. Voir J. Calimard, « Les Mystères de la passion de Hoseyn (taziye) », dans D. Bogdanovic et J.-L. Bacque-Grammont éds, Iran, Paris, Publications orientalistes de France « Les sept climats ». 1972, pp. 73-77, et, du même, « Le mécénat des représentations de ta'ziye », Le Monde iranien et l'islam, LU, 1974, pp. 73-126, et t. IV, 1976-1977, pp. 133-162.

20. Cf. J.-P. Digard. loc. cit .

21. L. Echghi, « La culture islamique, arme du peuple dans la révolution iranienne ». Peuples méditerranéens/Mediterranean Peoples, n° 10, 1980, pp. 3-17.

22. M. Kotobi, « Essai d'analyse psycho-sociologique des classes sociales en Iran postrévolutionnaire », Les Temps modernes, n° 401, 1979, pp. 1113-1132.

23. C. Bromberger, « Islam et révolution. Quelques pistes pour une lecture », à paraître dans la Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 1980.

24. F. Khosrokhavar. « Le comité dans la révolution iranienne. Le cas d'une ville moyenne : Hamadan », Peuples méditerranéens/Mediterranean peoples, n° 9, 1979. pp. 85-100 ; M. Dowiat, B. Hourcade et O. Puech, « Les paysans et la révolution iranienne », idem, n° 10, 1980, pp. 19-42.

25. Mais pas uniquement ; sur les perceptions de la révolution iranienne comme « processus inconscient de production d'une identité négative » par l'Occident, voir C. Bromberger et J.-P. Digard. « Confrontation des irrationnels ». Le Monde diplomatique, n° 302, mars 1980. p. 28. Voir aussi : « Comment peut-on être persan ? (Dossier de presse) », Esprit, n° 37, janvier 1980. pp. 52-72 (les autres articles de la même livraison, intitulée « Khomeinisme, islamisme, tiersmonde ». n'apportent guère de nouveautés).