Hostname: page-component-8448b6f56d-m8qmq Total loading time: 0 Render date: 2024-04-23T08:14:16.701Z Has data issue: false hasContentIssue false

Dynamique du capitalisme et inégalités

Published online by Cambridge University Press:  20 January 2017

Jean-Yves Grenier*
Affiliation:
Grenier Centre de recherches historiques – EHESS

Résumé

Le livre de Thomas Piketty Le capital au XXIe siècle met en évidence la nature fortement instable du capitalisme, dont la première caractéristique, en « régime normal », est de produire des inégalités de richesse et de revenus toujours croissantes. Cet article explicite d’abord cet aspect central en montrant la force et les limites de la notion de « régime normal ». Il s’interroge en particulier sur la place de la longue période du New Deal (1930- 1980), marquée par la Seconde Guerre mondiale et des tentatives de politique économique pour limiter les écarts sociaux. Il s’intéresse ensuite aux raisons de ces inégalités à partir des mécanismes expliquant la répartition des revenus.

Abstract

Abstract

Thomas Piketty's Capital in the Twenty-First Century shows that capitalism is a fundamentally unstable economic system. Without external parameters, like wars, it produces constantly increasing inequalities in wealth and income. The first part of this article explains this central feature. In particular, it considers the historical significance of the long period of the New Deal (1930-1980), marked by the Second World War and economic policies attempting to limit social disparities. In its second section, the article focuses on the economic reasons for these inequalities and the mechanisms of income distribution.

Type
Lire Le capital de Thomas Piketty
Copyright
Copyright © Les Éditions de l’EHESS 2015

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

1- Kaldor, Nicholas, « A Model of Economic Growth », The Economic Journal, 67-268, 1957, p. 591624.CrossRefGoogle Scholar

2- Piketty, Thomas, Le capital au XXIe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 2013, p. 351 Google Scholar. Rappelons que α mesure la fraction du revenu national allouée à la rémunération du capital, que r mesure le taux de rendement moyen du capital et que β mesure le ratio capital/revenu national, ce qui constitue un indicateur du poids du capital au sein de l’économie nationale. La réflexion de T. Piketty a évolué sur ce sujet. Dans L’économie des inégalités, Paris, La Découverte, [1997] 2004, il évoquait une « régularité empirique très frappante » : « la répartition profits/salaires semble toujours graviter autour d’un partage accordant un tiers du revenu au capital et deux tiers au travail » (p. 38-41). Cette évolution s’explique sans doute par le recul historique et les nouvelles données dont dispose l’auteur (p. 75 sq.).

3- T. Piketty, Le capital…, op. cit., p. 354.

4- Temin, Peter, Did Monetary Forces Cause the Great Depression ?, New York, Norton, 1976 Google Scholar ; Id., Lessons from the Great Depression, Cambridge, MIT Press, 1989.

5- T. Piketty, Le capital…, op. cit., p. 471.

6- Piketty, Thomas et Zucman, Gabriel, « Capital is Back:Wealth-Income Ratios in Rich Countries, 1700-2010 », The Quarterly Journal of Economics, 129-3, 2014, p. 12551310.CrossRefGoogle Scholar

7- En 2010, le décile supérieur possédait entre 70 et 75% du patrimoine total américain contre 80% dans les années 1910, alors que les chiffres aux mêmes dates étaient en France respectivement de 60 à 65% et de près de 90%; voir T. PIKETTY, Le capital…, op. cit., les graphiques p. 542 et 555. Cette concentration ne s’explique que partiellement par l’enrichissement entrepreneurial puisque, comme le rappelle Paul KRUGMAN, «Wealth over Work », New York Times, 23 mars 2014, six des dix plus riches Américains sont aujourd’hui des héritiers, situation sans doute peu différente de celle du Gilded Age. La situation du Royaume-Uni est intermédiaire entre celles des États-Unis et de l’Europe continentale

8- Piketty, T., Le capital…, op. cit., p. 47.Google Scholar

9- Perrot, Jean-Claude, « Histoire des sciences, histoire concrète de l’abstraction », in Guesnerie, R. et Hartog, F. (dir.), Des sciences et des techniques : un débat, Paris, Éd. de l’EHESS, 1998, p. 2537.Google Scholar

10- Kuznets, Simon, « Economic Growth and Economic Inequality », The American Economic Review, 45-1, 1955, p. 128.Google Scholar

11- Hirschman, Albert O., Les passions et les intérêts. Justifications politiques du capitalisme avant son apogée, trad. par Andler, P., Paris, PUF, [1977] 1980.Google Scholar

12- Piketty, T., Le capital…, op. cit., p. 628 Google Scholar : « La dynamique dominante à l’oeuvre, et qui pour finir explique la plus grande partie de la concentration patrimoniale, découle mécaniquement de l’inégalité r > g.»

13- Ibid., p. 560.

14- Ibid., p. 562-566 : les graphiques comparant g et r dans la longue durée sont construits par périodes de cinquante ans, ce qui empêche toute analyse chronologique précise.

15- Ibid., p. 452.

16- Ibid., chap. 3 et 4.

17- Ibid., p. 429 et 460.

18- Goldinet, Claudia Margo, Robert, « The Great Compression: The Wage Structure in the United States at Mid-Century », The Quarterly Journal of Economics, 107-1, 1992, p. 134.CrossRefGoogle Scholar

19- Piketty, T., Le capital…, op. cit., p. 652.Google Scholar

20- Ibid., p. 164.

21- Ibid., p. 461.

22- Voir par exemple le graphique français, ibid., p. 429.

23- Ibid., p. 562 et 565.

24- Voir par exemple Fraser, Steve et Gary Gerstle, (dir.), The Rise and Fall of the New Deal Order, 1930-1980, Princeton, Princeton University Press, 1989.Google Scholar

25- Voir bien sûr les travaux de Cyert, Richard M. et March, James G. (dir.), A Behavioral Theory of the Firm, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1963 Google Scholar et de Galbraith, John, Le nouvel État industriel. Essai sur le système économique américain, trad. par Crémieux-Brilhac, J.-L. et Le Nan, M., Paris, Gallimard, [1967] 1968 Google Scholar, emblématiques d’une certaine philosophie économique des années du New Deal Order.

26- Krugman, Paul, The Conscience of a Liberal: Reclaiming America from the Right, Londres, Penguin Books, 2007 Google Scholar. Voir également l’étude de Frank levy et Peter Temin, « Inequality and Institutions in 20th Century America », NBER Working Paper Series, 13106, 2007, http://www.nber.org/papers/w13106, qui montre comment la distribution des revenus aux États-Unis, avant comme après 1980, est fortement conditionnée par les institutions économiques. La période entre 1945 et le début des années 1980 est ainsi dominée par les multiples efforts (en matière de fiscalité mais pas seulement) des gouvernements et des syndicats pour distribuer d’une façon qui ne soit pas trop inégalitaire les gains de la croissance.

27- Le rendement pur du capital en France évolue autour de 4 à 6% depuis le début du XIXe siècle ; voir Piketty, T., Le capital…, op. cit., p. 318.Google Scholar

28- Le taux de rendement du capital a été calculé en additionnant l’ensemble des revenus du capital répertoriés dans les comptes nationaux, à l’exception des intérêts de la dette publique et avant impôts.

29- Piketty, T., Le capital…, op. cit., p. 673.Google Scholar

30- Ibid., p. 710. T. Piketty fait allusion à Bill Gates, dont la fortune s’expliquerait moins par son audace technologique que par la position dominante acquise par Microsoft sur le marché des logiciels, ce qui fournit à l’auteur un bon exemple du non-fonctionnement du principe de la productivité marginale.

31- Ibid., p. 57 et 674.

32- Ibid., p. 667.