Skip to main content Accessibility help
×
Home
  • Print publication year: 2015
  • Online publication date: June 2017

5 - Archipelago Europe: On Creolizing Conviviality

Summary

l'Europe se créolise. Elle devient un archipel. Elle possède plusieurs langues et littératures très riches, qui s'influencent et s'interpénètrent, tous les étudiants les apprennent, en possèdent plusieurs, et pas seulement l'anglais. Et puis l'Europe abrite plusieurs sortes d'îles régionales, de plus en plus vivantes, de plus en plus présentes au monde, comme l'île catalane, ou basque, ou même bretonne. Sans compter la présence de populations venues d'Afrique, du Maghreb, des Caraïbes, chacune riche de cultures centenaires ou millénaires, certaines se refermant sur elles-mêmes, d'autre se créolisant à toute allure comme les jeunes Beurs des banlieues ou les Antillais. Cette présence d'espaces insulaires dans un archipel qui serait l'Europe rend les notions de frontières intra-européennes de plus en plus floues’.

Le Monde (February 4, 2011)

Introduction: ‘L'imprévisible’: the philosophy of the unforeseeable

In 2011, Édouard Glissant shared with the journalist Fréderic Joignot his observation on the fluidity of Europe's borders and its Archipelagean Becoming. Bringing Europe closer to the epistemic grounds of ‘Antilleanity’ (Glissant, 1981; Wynter, 1989), Glissant discusses this latter not as a Caribbean singularity but as a forceful episteme (Wynter, 1989), through which the world can be thought in the Gestalt of creolization. This understanding of creolization introduces us to a notion of ‘living together’ departing from a critical race and decolonial perspective (Gutiérrez Rodríguez, 2010). Although creolization emerges within the semantic context of racial classification, it goes beyond it by opening the possibility of thinking the fuzziness and uncertainty of mixing. As Glissant (1996, 18–19) notes in Introduction à une poétique du divers :

La créolisation exige que les éléments hétérogènes mis en relation ‘s'intervalorisent’, c'est-à-dire qu'il n'y ait pas de dégradation ou de diminution de l'être, soit de l'intérieur, soit de l'extérieur, dans ce contact et dans ce mélange. Et pourquoi la créolisation e pas le métissage? Parce que la créolisation est imprévisible.

Creolization represents the ‘unforeseeable’, a new way of thinking. It engages with new ways of understanding the world as relational and interconnected. Although creolization emerges from the specific historical context of the Caribbean, marked by colonialism, slavery, indentured labor and imperialism, for Glissant it represents a universal proposal for ‘Tout-monde ’ (Glissant, 1997a, 2010).