Skip to main content Accessibility help
×
Home

L'emblème de la croix rouge et celui du croissant rouge*

Published online by Cambridge University Press:  19 April 2010

François Bugnion
Affiliation:
Seule l'unité du signe distinctif peut assurer son respect international.

Extract

Dans l'Europe de la première moitié du XIXe siècle, chaque armée signalait ses services sanitaires par un drapeau d'une couleur différente: il était blanc en Autriche, rouge en France, jaune en Espagne, ailleurs noir. Parfois, ces emblèmes variaient d'un corps de troupe à l'autre. En outre, aucun signe particulier ne permettait de distinguer les fourgons sanitaires des autres échelons du train, et rien ne permettait d'identifier à distance les membres des services de santé.

Type
Les Emblèmes de la Croix Rouge et du Croissant Rouge
Copyright
Copyright © International Committee of the Red Cross 1989

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below.

References

** Quatorzième Conférence internationale de la Croix-Rouge, réunie à Bruxelles en octobre 1930, Compte rendu, p. 127.

1 «Documents inédits sur la fondation de la Croix-Rouge, Procès-verbaux du Comité des Cinq», édités par Pictet, Jean-S., Revue Internationale de la Croix-Rouge, no 360, décembre 1948, pp. 861879Google Scholar, ad p. 866.

2 Compte rendu de la Conférence internationale réunie à Genève les 26, 27, 28 et 29 octobre 1863 pour étudier les moyens de pourvoir à l'insuffisance du service sanitaire dans les armées en campagne, Genève, Imprimerie Fick, 1863, p. 16.

3 Idem, p. 118.

4 Idem, p. 119.

5 Idem, p. 120.

6 Idem, p. 148; Manuel de la Croix-Rouge internationale, douzième édition, Genève, Comité international de la Croix-Rouge — Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, 1983, p. 564.

7 Compte rendu…, op. cit., p. 149; Manuel de la Croix-Rouge Internationale, p. 564.

8 Compte rendu de la Conférence Internationale pour la Neutralisation du Service de Santé Militaire en Campagne, réunie à Genève du 8 au 22 août 1864 (autographié), Annexe B; Manuel de la Croix-Rouge Internationale, p. 20.

9 Sur l'origine du signe de la croix rouge, on pourra se reporter aux travaux suivants: Dunant, Maurice, «Les origines du drapeau et du brassard de la Croix-Rouge», La Croix-Rouge Suisse, XXXe année, no 1, janvier 1922, pp. 25Google Scholar; Pictet, Jean, «Le signe de la croix rouge», Revue Internationale de la Croix-Rouge, no 363, mars 1949, pp. 167201CrossRefGoogle Scholar; Frutiger, Perceval, «L'origine du signe de la croix rouge», Revue internationale de la Croix-Rouge, no 426, juin 1954, pp. 456467Google Scholar; Boissier, Pierre, Histoire du Comité international de la Croix-Rouge, De Solférino a Tsoushima, Paris, Plon, 1963, en particulier les pp. 105106.Google Scholar

10 Dépêche de la Sublime Porte au Conseil fédéral, 16 novembre 1876, reproduite dans le Bulletin international des Sociétés de Secours aux Militaries blessés, no 29, janvier 1877, pp. 35–37, ad p. 36.

11 Pour plus de détails, on pourra se reporter aux communications insérées dans le Bulletin international des Sociétés de Secours aux Militaries blessés, no 29, janvier 1877, pp. 35–37; no 30, avril 1877, pp. 39–47; n°31, juillet 1877, pp. 83–91; no 32, octobre 1877, pp. 147–154. On pourra également se reporter à notre étude: L'emblème de la Croix-Rouge, Aperçu historique, Genève, CICR, 1977.

12 Actes de la Conférence de Révision réunie à Genève du 11 juin au 6 juillet 1906, Genève, Imprimerie Henry Jarrys, 1906, pp. 17, 63, 160–164, 175, 199, 214, 260 et 286.

13 Actes de la Conférence diplomatique convoquée par le Conseil fédéral suisse pour la Révision de la Convention du 6 juillet 1906 pour l'Amélioration du Sort des Blessés et Malades dans les Armées en Campagne, et pour l'Elaboration d'une Convention relative au Traitement des Prisonniers de Guerre, réunie à Genève du ler au 27 juillet 1929, Genève, Imprimerie du Journal de Genève, 1930, pp.19, 247–254, 570, 615 et 666.

14 Idem, p. 666.

15 Actes de la Conférence diplomatique de Genève de 1949, 4 volumes, Berne, Département politique fédéral, 1949, tome I, pp. 53, 213 et 342; vol. II-A, pp. 87–90, 145–146 et 181–182; vol. II-B, pp. 215–224, 248–255, 389–391, 521–522 et 539; tome III, pp. 40 et 179–181.

16 Actes de la Conférence diplomatique de Genève de 1949, tome I, p. 213; Manuel de la Croix-Rouge internationale, p. 37.

17 Actes de la Conférence diplomatique de Genève de 1949, tome I, p. 342.

18 Actes de la Conférence diplomatique sur la réaffirmation et le développement du droit international humanitaire applicable dans les conflits armés (Genève, 1974–1977), 17 volumes, Berne, Département politique fédéral, 1977, vol. Ill, p. 14.

19 «Adoption du croissant rouge par la République islamique de l'Iran», Revue internationale de la Croix-Rouge, no 726, novembre-décembre 1980, pp. 324–325.

20 Vingt-troisième Conférence internationale de la Croix-Rouge, Bucarest, 15–21 octobre 1977, Compte rendu, pp. 64 et 158–159.

21 Vingt-quatrième Conférence internationale de la Croix-Rouge, Manille, 7–14 novembre 1981, Compte rendu, pp. 51–60 et 182–183; Revue internationale de la Croix-Rouge, no 733, janvier-février 1982, pp. 34–38.

22 «Statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (adoptés par la XXVe Conférence internationale de la Croix-Rouge à Genève en octobre 1986)», Revue internationale de la Croix-Rouge, no 763, janvier-février 1987, pp. 25–44.

23 La validité de la réserve israélienne a notamment été mise en doute par Pilloud, Claude, «Les réserves aux Conventions de Genève de 1949», Revue internationale de la Croix-Rouge, no 687, mars 1976, pp. 131149CrossRefGoogle Scholar, et n°688, avril 1976, pp. 195–221; l'opinion contraire est défendue par Rosenne, Shabtai, «The Red Cross, Red Crescent, Red Lion and Sun and the Red Shield of David», Israel Yearbook on Human Rights, vol. 5, 1975, pp. 954.Google Scholar

24 Dix-septième Conférence internationale de la Croix-Rouge tenue à Stockholm du 20 au 30 août 1948, Compte rendu, pp. 80–81 et 92; Statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, article 4, chiffre 5, Revue internationale de la Croix-Rouge, no 763, janvier-février 1987, pp. 31–32.

25 L'Alliance des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de l'URSS constitue un cas à part. En effet, dans l'esprit de la Constitution du 31 Janvier 1924, qui donna une structure fédérative à l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques, la Croix-Rouge russe a été réorganisée selon les principes de la décentralisation et de l'autonomie des branches établies dans les différentes Républiques; sur le plan interne, ces branches ont été reconnues comme des Sociétés autonomes; selon l'élément dominant de la population, elles ont adopté l'emblème de la croix rouge ou celui du croissant rouge. Ces Sociétés ont créé à Moscou un organe de coordination, l'Alliance des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de l'URSS, qui est notamment chargé de la représentation internationale de ces Sociétés. Dans ses tâches administratives, l'Alliance utilise le double emblème de la croix rouge et du croissant rouge. En revanche, dans ses activités opérationnelles, chaque Société utilise, à notre connaissance, l'emblème qui lui est propre.

Full text views

Full text views reflects PDF downloads, PDFs sent to Google Drive, Dropbox and Kindle and HTML full text views.

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 9 *
View data table for this chart

* Views captured on Cambridge Core between September 2016 - 15th January 2021. This data will be updated every 24 hours.

Hostname: page-component-77fc7d77f9-cjctk Total loading time: 0.352 Render date: 2021-01-15T20:52:26.100Z Query parameters: { "hasAccess": "0", "openAccess": "0", "isLogged": "0", "lang": "en" } Feature Flags last update: Fri Jan 15 2021 20:51:08 GMT+0000 (Coordinated Universal Time) Feature Flags: { "metrics": true, "metricsAbstractViews": false, "peerReview": true, "crossMark": true, "comments": true, "relatedCommentaries": true, "subject": true, "clr": true, "languageSwitch": true, "figures": false, "newCiteModal": false, "shouldUseShareProductTool": true, "shouldUseHypothesis": true, "isUnsiloEnabled": true }

Send article to Kindle

To send this article to your Kindle, first ensure no-reply@cambridge.org is added to your Approved Personal Document E-mail List under your Personal Document Settings on the Manage Your Content and Devices page of your Amazon account. Then enter the ‘name’ part of your Kindle email address below. Find out more about sending to your Kindle. Find out more about sending to your Kindle.

Note you can select to send to either the @free.kindle.com or @kindle.com variations. ‘@free.kindle.com’ emails are free but can only be sent to your device when it is connected to wi-fi. ‘@kindle.com’ emails can be delivered even when you are not connected to wi-fi, but note that service fees apply.

Find out more about the Kindle Personal Document Service.

L'emblème de la croix rouge et celui du croissant rouge*
Available formats
×

Send article to Dropbox

To send this article to your Dropbox account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you use this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your <service> account. Find out more about sending content to Dropbox.

L'emblème de la croix rouge et celui du croissant rouge*
Available formats
×

Send article to Google Drive

To send this article to your Google Drive account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you use this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your <service> account. Find out more about sending content to Google Drive.

L'emblème de la croix rouge et celui du croissant rouge*
Available formats
×
×

Reply to: Submit a response


Your details


Conflicting interests

Do you have any conflicting interests? *