Skip to main content Accessibility help
×
Home

Note sur le langage philosophique

  • Jacques Brault (a1)

Extract

Le philosophe, quand il parle ou écrit, suscite une œuvre philosophique. Ce que Souriau se plaît à nommer le philosophème paraît aux yeux de plusieurs fort ambigu, et dans sa nature, et dans son langage. On ne cesse de répéter que la philosophie traverse actuellement une de ses crises graves. Déjà certains proclament l'illégitimité de la discipline philosophique. D'autres s'interrogent sur le statut possible de la philosophie; J.-C. Piguet est de ceux-ci. Selon lui, l'ambiguïté de l'œuvre philosophique provient du fait que cette œuvre occupe le milieu entre l'œuvre de science et l'œuvre d'art. A ce compte, la discipline philosophique tiendrait à la fois (dans quelle proportion?) de l'esthétique et de l'épistémologie scientifique. Ces assertions, Piguet les fonde sur une analyse du langage.

Copyright

References

Hide All

1 Voir en particulier: Étienne Souriau, L'instauration philosophique, (Paris, P.U.F., 1936).

2 Cf. Lucien Martinelli, « La philosophic et son langage », dans Revue de l'Université d'Ottawa, vol. 31, no 1 (janvier-mars 1961), pp. 5-24.

3 Voir le pamphlet de Jean-François Revel, Pourquoi des philosophes?, (Paris, Julliard, 1957).

4 Parmi de nombreuses études, voir l'une des plus récentes: Pierre Fougeyrol-las, La philosophie en question, (Paris, Denoel, 1960).

5 Jean-Claude Piguet, L'œeuvre de philosophie, (Neuchâtel, La Baconnière, 1960). La présente note n'est qu'une suite de libres variations sur un thème de 1'ouvrage de Piguet.

6 Cf. G. Gusdorf, Traité de métaphysique (Paris, A. Colin, 1956), p. 12.

7 Piguet, loc. cit., p. 7.

8 « Le mathématicien crée son propre monde, selon sa fantaisie, guidé par des standards d'ordre plutôt esthétique, freiné uniquement par le besoin de consistance, de non-contradiction. » Maurice L'Abbé, «Mathématiques contemporaines », dans Liberté, Montréal, no 14 (mars-avril 1961), p . 483.

9 Cf. Piguet, loc. cit., pp. 82-83.

10 Ibid., p. 40.

11 Cf. Étienne Borne, « Liminaire », dans L'enseignement de la philosophie, (« Recherches et Débats du C.C.I.F. », cahier no 36, oct. 1961, Paris, Arthème Fayard), pp. 7-14.

12 Piguet, loc. cit., p . 14.

13 Ibid., p. 89.

14 Louis Lavelle, La parole et l'écriture, (Paris, L'artisan du Livre, 1947), pp. 54-55.

15 Cette position n'est pas aussi incompatible que Piguet le croit avec certaines orientations de la pensée d'un Gilbert Ryle.

16 Piguet s'explique longuement à ce sujet dans un autre ouvrage: De l'Esthétique à la Métaphysique, (La Haye, Martinus Nijhoff, 1959).

17 Cf. Raymond Bayer, L'eshétique mondiale au XXe siècle, (Paris, P.U.F., 1961) et Fr. Weber, « Pour une esthétique philosophique. Questions de méthode. », dans Archives de Philosophic, (avril-juin 1961), pp. 351-369.

Note sur le langage philosophique

  • Jacques Brault (a1)

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed