Hostname: page-component-77c89778f8-9q27g Total loading time: 0 Render date: 2024-07-20T18:11:22.062Z Has data issue: false hasContentIssue false

Évolution des peuplements (poissons et crustacés) dans une lagune tropicale, le lac Togo, soumise à un régime alternatif de fermeture et d'ouverture du cordon lagunaire

Published online by Cambridge University Press:  15 July 1994

Raymond Laë*
Affiliation:
ORSTOM, BP 70, 29280 Plouzané, France
Get access

Abstract

Les lagunes côtières doivent leur forte productivité aux échanges qu'elles entretiennent avec les eaux marines et continentales. Au Togo, en période de fermeture du cordon littoral (situation observée en 1994), la salinité est faible: 1 psu à Agbodrafo, ainsi que la diversité spécifique du peuplement étudié (Ish = 2,13). A l'inverse, après une période de communication avec la mer comme ce fut le cas en 1989, la salinité remonte sur l'ensemble du plan d'eau (7 psu à Agbodrafo) et les peuplements de poissons et de crustacés sont plus variés (Ish = 2.74) et à tendance marine ou marine-estuarienne (Liza, Caranx, Penaeus,Gerres...). Dans ce cas, les rendements élevés (300 à 400 kg/ha/an) s'expliquent par un enrichissement du milieu lagunaire dû aux apports marins et à l'introduction d'espèces marines. En situation d'isolement, les peuplements sont essentiellement estuariens et largement dominés par les Cichlidae et plus particulièrement Sarotherodon melanotheron qui représente à lui seul 50 % des captures totales. Dans un contexte de pêche particulièrement active, l'expansion de cette espèce est certainement due au fait qu'elle présente une reproduction continue. Néanmoins, les valeurs des rendements totaux observés (160 kg/h/dan), des tailles maximales (250 mm), des tailles moyennes de capture (120 mm) et des tailles de première maturité sexuelle (85 mm), inférieures aux valeurs rencontrées dans les autres lagunes de la région (Nigeria et Côte-d'Ivoire), semblent traduire une croissance de Sarotherodon plus faible au Togo. L'absence de communication avec la mer et la pression de pêche intensive seraient à l'origine d'une prolifération de cette espèce dont les fortes abondances entraîneraient à leur tour un ralentissement de la croissance.

Type
Research Article
Copyright
© IFREMER-Gauthier-Villars, 1994

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)