Skip to main content Accessibility help
×
Home

Pour ou contre une politicologie scientifique

  • Fernand Braudel, François Chatelet, Annie Kriegel and Victor Leduc

Extract

Le beau livre de Raymond Aron, Paix et Guerre entre les Nations, intéresse les historiens au premier chef : il leur propose, ni plus ni moins, selon le droit fil de sa longue argumentation, de réintégrer dans les cadres d'une recherche scientifique l'histoire diplomatique et politique, ondoyante, refuge des passions et des jugements gratuits, domaine du descriptif. Car c'est bien là le problème majeur que propose ce livre de bonne foi. Et notre titre essaie à l'avance de définir l'enjeu : y a-t-il, ou non, une politicologie scientifique ? Si oui, les Annales s'en réjouiraient comme d'une conquête et réviseraient, vis-à-vis, de l'histoire diplomatique, leur position qui, jusqu'ici, n'a pas été sous le signe de l'enthousiasme. Evidemment nous n'en sommes pas encore là. Bien des incertitudes subsistent et le débat s'ouvre seulement. Il comporte, cette fois, une analyse, à dessein brève, de l'ouvrage, une intervention de François Chatelet, une note d'Annie Kriegel, une prise de position de Victor Leduc.

Copyright

References

Hide All

1. Calmann-Lévy, 1962 ; 794 p.

1. Et les récents événements de Cuba viennent de le confirmer.

2. En dépit de son pessimisme quant aux possibilités d'un accord de désarmement, Raymond Aron écrit : « Peut-être une crise grave renverserait-elle, dans l'esprit des dirigeants de Washington et de Moscou, cette hiérarchie des périls et le choix des risques” (p. 681). Nous y sommes…, ou presque.

Pour ou contre une politicologie scientifique

  • Fernand Braudel, François Chatelet, Annie Kriegel and Victor Leduc

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed