Skip to main content Accessibility help
×
Home

Dialogue avec Luca Bianchi

  • Alain Boureau (a1)

Extract

La réponse détaillée et énergique de Luca Bianchi àma note critique sur la censure au Moyen Âge m’a semblé appeler une brève mise au point. Cette poursuite de la controverse, quoique rare, a eu des précédents dans les Annales et ne doit pas se réduire à la tentative sans fin, ou arbitraire, d’avoir le dernier mot. En l’espèce, je propose une suite, pour rendre compte d’un dialogue qui s’est poursuivi après la rédaction de nos deux textes: en novembre 2000, notre ami commun Ruedi Imbach nous avait réunis pour un débat public à l’université de Fribourg, puis, en avril 2001, L. Bianchi et moi nous étions retrouvés à l’université de Notre Dame, comme commentateurs de l’énorme somme sur les condamnations de 1277, publiée sous la direction de Jan A. Aertsen, Kent Emery et Andreas Speer. Ces deux réunions ne donneront lieu à aucune publication, et il importe donc de fournir quelques éléments complémentaires au présent débat. En second lieu, je tiens à revenir sur les excès de ma note critique: d’une part, je reconnais que j’étais entré moi-même dans le rôle judiciaire que je présentais comme une funeste dérive de la construction de l’objet «censure cléricale»; d’autre part, il y avait une injustice notable à se concentrer sur le chapitre de synthèse sur la censure du dernier livre de L. Bianchi, sans rendre compte des apports considérables de ses travaux antérieurs (et des chapitres analytiques de ce dernier livre), qui ont réellement éclairé d’un jour nouveau les grandes condamnations de la fin du XIIIe siècle, et auxquels le colloque de Notre Dame s’est constamment référé. Ma réaction tenait en partie aux circonstances de mon travail: je venais d’achever un ouvrage sur Jean Peckham comme censeur impuissant, inefficace et dépassé, et je continuais à travailler sur Pierre de Jean Olivi, victime d’une féroce et pointilleuse censure dans l’ordre franciscain, qui n’empêcha ni la poursuite d’une oeuvre immense et novatrice, ni la diffusion de cette pensée au sein de l’université et dans des milieux laïcs. Or, la question de l’efficacité finale de la censure n’a pas de relation nécessaire avec le fonctionnement vécu des mécanismes de répression.

Copyright

References

Hide All

1 - Nach der Verurteilung von 1277. Philosophie und Theologie an der Universität von Paris im letzten Viertel des 13. Jahrhunderts. Studien und Texte, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2001.

2 - Responsio ad Magistrum Ioannem de Vercellis de 108 articulis, Dondaine, H.-F. (éd.), dans le tome XLII des Opera Omnia de Thomas d’Aquin (Rome, Édition Léonine, 1979, pp. 279294).

3 - Voir sa magnifique édition de l’Apologia de Gilles de Rome (Opera Omnia, III, 1, Florence, Leo S. Olschski, 1985).

4 - La condamnation parisienne de 1277. Texte latin, traduction et commentaire par David Piché, Paris, Vrin, 1999.

5 - D’Autrecourt, Nicolas, Correspondance. Articles condamnés. Texte latin établi par De Rijk, L. M., introduction, traduction et notes par Christophe Grellard, Paris, Vrin, 2001 .

6 - Paque, Ruprecht, Le statut parisien des nominalistes. Recherches sur la formation du concept de réalité de la science moderne de la nature. Guillaume d’Occam, Jean Buridan et Pierre d’Espagne, Nicolas d’Autrécourt et Grégoire de Rimini, trad. par Emmanuel Martineau, , Paris, PUF, [1970] 1985 .

7 - Voir Shank, Michael H., Unless You Believe, You Shall not Understand. Logic, University and Society in Late Medieval Vienna, Princeton, Princeton University Press, 1988 .

Related content

Powered by UNSILO

Dialogue avec Luca Bianchi

  • Alain Boureau (a1)

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed.