Skip to main content Accessibility help
×
Home

Famines et sécheresses chez les Touaregs Sahéliens: les nourritures de substitution

  • Edmond Bernus

Extract

Pour les pasteurs nomades sud-sahariens, l'insuffisance ou l'irrégularité des pluies se traduit par une réduction des ressources fourragères annuelles et, par voie de conséquence, par un déficit alimentaire. Les calendriers historiques touaregs, qui privilégient pour chaque année l'événement majeur, resté vivant dans toutes les mémoires, voient périodiquement s'inscrire des années mauvaises, dénommees awetay wa n iba n allamoz, l'année de manque d'herbe—ou awetay wa n laz, l'année de la faim, ou encore, awetay wa n manna, l'année de la famine. Ces trois définitions font référence à un même phénomène, à une même catastrophe, en mettant l'accent, soit sur les troupeaux privés de pâturage, soit sur les hommes accablés par le manque de nourriture. En tamasheq, laz signifie la faim, alors que manna, associe la notion de famine à celle de sécheresse; c'est ainsi que Foucauld (1925/30: II 56) traduit dans un poème le terme de manna par la périphrase: ‘La famine provenant de la sécheresse, les tourmentait, je pense’. Si la sécheresse impose des modifications dans le régime alimentaire, il faut préciser que chaque cycle annuel apporte normalement une variation saisonnière de l'alimentation. Aussi insuffisantes en quantité qu'irrégulières dans leur répartition que soient les pluies, elles sont cependant concentrées en zone sahélienne durant la période estivale; c'est pourquoi chaque année voit se renouveler une saison bienfaisante où les pluies régénèrent les pâturages, remplissent les mares, réalimentent les nappes. Pendant deux ou trois mois, où le lait abonde, se joue pour toute l'année, le développement de la végétation et la constitution du stock de fourrage qui va permettre d'attendre le retour des prochaines pluies.

Pour les pasteurs nomades sud-sahariens, l'insuffisance ou l'irrégularité des pluies se traduit par une réduction des ressources fourragères annuelles et, par voie de conséquence, par un déficit alimentaire. Les calendriers historiques touaregs, qui privilégient pour chaque année l'événement majeur, resté vivant dans toutes les mémoires, voient périodiquement s'inscrire des années mauvaises, dénommees awetay wa n iba n allamoz, l'année de manque d'herbe—ou awetay wa n laz, l'année de la faim, ou encore, awetay wa n manna, l'année de la famine. Ces trois définitions font référence à un même phénomène, à une même catastrophe, en mettant l'accent, soit sur les troupeaux privés de pâturage, soit sur les hommes accablés par le manque de nourriture. En tamasheq, laz signifie la faim, alors que manna, associe la notion de famine à celle de sécheresse; c'est ainsi que Foucauld (1925/30: II 56) traduit dans un poème le terme de manna par la périphrase: ‘La famine provenant de la sécheresse, les tourmentait, je pense’. Si la sécheresse impose des modifications dans le régime alimentaire, il faut préciser que chaque cycle annuel apporte normalement une variation saisonnière de l'alimentation. Aussi insuffisantes en quantité qu'irrégulières dans leur répartition que soient les pluies, elles sont cependant concentrées en zone sahélienne durant la période estivale; c'est pourquoi chaque année voit se renouveler une saison bienfaisante où les pluies régénèrent les pâturages, remplissent les mares, réalimentent les nappes. Pendant deux ou trois mois, où le lait abonde, se joue pour toute l'année, le développement de la végétation et la constitution du stock de fourrage qui va permettre d'attendre le retour des prochaines pluies.

Copyright

References

Hide All
Bernus, E. 1967. ‘Cueillette et exploitation des ressources spontanees du Sahel nigerien par les Kel Tamasheq,’ Cahiers ORSTOM, Sciences Humaines, IV (1); 3152.
Bernus, E. 1972. ‘Incongruites et mauvaises paroles touaregues,’ Journal de la Societe des Africanistes XLII, (1): 8994.
Bernus, E. 1974. Les Illabakan (Niger): une tribu touarègue sahélienne et son aire de nomadisation. (Atlas structures agraires n°10.) Paris: Mouton/ORSTOM.
Bernus, E. 1974 (sous presse). Touaregs nigériens: unité culturelle et diversité régionale d'un peuple. Collection Travaux et Documents. Paris: ORSTOM.
Foucauld, Ch. de 1925-1930. Poésises Touarègues (Dialecte de l'Ahaggar) 2 vol. Paris: Leroux.
Foucauld, Ch. de 1951-1952. Dictionnaire Touareg-Français. 4 vol. Paris: Imprimerie Nationale.
Gast, M. 1968. Alimentation des populations de l'Ahaggar—Etude ethnographique. (Mémoire CRAPE VIII) Paris, Arts et Métiers Graphiques.
Gast, M. 1972. ‘Céréales et pseudo-céréales du Sahara Central (Ahaggar). (I), Usages et valeurs alimentaires de quelques graines du Sahara Central,’ Journal d'Agronomie Tropicale et de Botanique Appliquee XVIV (12): 50–5.
Gast, M. et Adrian, J. 1965. Mils et sorgho en Ahaggar—Etude ethnologique et nutritionnelle. (Mémoire du CRAPE IV) Paris, Arts et Métiers Graphiques.
Gaudin-Garding, F. et Ould-Aoudia, M. 1972. ‘Céréales et pseudo-céréales du Sahara Central (Ahaggar) (II), Analyse de quelques graines de la région de l'Ahaggar,’ Journal d'Agronomie Tropicale et de Botanique Appliquée XVIV (12): 55–8.
Nicolas, F. 1950. Tamesna. Les Ioullemmeden de l'Est ou Touaregs Kel Dinnik. Paris: Imprimerie Nationale.
Peyre, Fabrégues B. 1972. Lexique des noms vernaculaires desplantes du Niger. 2 vol. roneo. Maisons Alfort: IEMVT-Niamey: Laboratoire National d'Elevage.
Peyre de Fabrègues, B. et Lebrun, J. P. 1976. Catalogue des plantes vasculaires du Niger (Etude Botanique n°3.) Maisons-Alfort: IEMVT-Niamey: Laboratoire National d'Elevage.
Urvoy, Y. 1934. ‘Chroniques d'Agadez,’ Journal de la Societe des Africanistes IV: 145–77.

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed