Skip to main content Accessibility help
×
Home
  • Get access
    Check if you have access via personal or institutional login
  • Cited by 1
  • Print publication year: 2017
  • Online publication date: May 2017

Le commerce maritime et la croissance européenne au XVIIIe siècle

from LA RÉUSSITE PAR LA MER:La reussite par la mer des territoires et des communautés littorales

Summary

RÉSUMÉ. Un faisceau d'indices confirme le lien entre commerce maritime et croissance dans une période où le commerce maritime est essentiel tant pour les échanges courts qu'ultramarins. De la même manière, le taux de croissance démographique des villes maritimes est supérieur au taux moyen de croissance urbaine et les régions littorales en sont les premières bénéficiaires.

ABSTRACT. Many elements confirmed the link between maritime commerce and growth at a time when maritime commerce was essential for short- as well as ultra-marine exchanges. In the same manner, the demographic growth rate of maritime cities was higher than the average urban growth rate, and the coastal regions were the first to benefit from this.

Le commerce international était une partie plus importante des économies européennes autour de 1790 qu'autour de 1830. Il a fallu attendre la grande vague de libéralisation du milieu du XIXe siècle pour que le rapport entre le commerce et la taille de l'économie retrouve les taux de la fin du XVIIIe siècle. L'âge du chemin de fer n'était pas encore arrivé : le commerce au XVIIIe siècle était en grande partie maritime, comme par exemple 85 % du commerce français en 1792. Le commerce avait atteint ces niveaux importants grâce à une forte croissance. On peut mesurer celle-ci sur des périodes diverses du « petit » XVIIIe siècle : plus de 2 % par an pour la France, plus de 1,5 % pour la Grande-Bretagne, 1 % en termes réels pour l'Allemagne, 0,4 % pour les Pays-Bas.

La croissance européenne a-t-elle été plus rapide dans les régions les plus affectées par le commerce? D'après les dernières estimations disponibles, la croissance du revenu réel par tête a été entre 1700 et 1800 de 0,4 % en Grande- Bretagne, 0,2 % en Hollande, 0,1 % par an en Espagne et en Europe occidentale et -0,1 % en Italie du nord. J'ai moi-même proposé 0,6 % de croissance pour la France jusqu'à la Révolution française. Tout cela est compatible avec l'hypothèse d'un commerce moteur de la croissance : les pays à la plus forte croissance sont aussi ceux qui ont vu leur commerce le plus augmenter. L'examen de l'évolution des salaires réels entre les différents pays européens entre 1300 et 1800 montre aussi que la croissance du commerce intercontinental – forcément maritime – était associé à une croissance plus forte.