Skip to main content Accessibility help
×
Home
  • Print publication year: 2017
  • Online publication date: May 2017

Introduction (français)

Summary

La mer est-elle un facteur de réussite, de développement, de rayonnement, telle est la question fondatrice de cette aventure éditoriale dans laquelle se sont engagés des auteurs de tous les continents. La réussite par la mer peut s'envisager à deux niveaux : celui du développement économique et social en montrant que la mer fait la différence entre les territoires et les sociétés à différentes échelles, tout en sachant que dans certains territoires le lien organique avec la mer est resté purement existentiel sans qu'il faille nécessairement parler d'une recherche de réussite (l'Océanie) ; celui de la puissance car si le rayonnement d'un état, et voilà un terme souvent trop précis quand il ne s'agit que d'entités plus informelles, peut être considéré comme incomplet sans une forte dimension maritime, s'entendelle nécessairement dans le plus large spectre depuis les usages nourriciers, commerciaux et industriels jusqu'à la marine militaire qui est l'instrument d'une domination ou d'une prédominance.

étudier comment les usages de la mer peuvent porter les instruments de la souveraineté et la domination devenait un axe majeur de l'étude. La prédominance, c'est-à-dire le plus haut degré de domination, est-elle alors atteinte par les seuls états qui disposent de la palette la plus large d'activités et par ceux qui arrivent à combiner l'ensemble des facteurs nécessaires pour permettre de disposer des flottes, des hommes, des chantiers de constructions, de l'innovation technologique et de maîtriser les flux économiques et financiers. Du XVe siècle au XVIIIe siècle, des pays de taille modeste ont fondé leur existence, leur unité, leur développement, la construction de leur état sur une économie extravertie et coloniale et sur une stratégie maritime, avant que ne s'imposent des états dominants dont la puissance maritime est le fer de lance de leur expansion. Il était donc opportun d'observer leurs trajectoires pour comprendre d'abord pourquoi certains purent passer du stade de pays où les activités maritimes étaient denses à celui de puissances maritimes, avant parfois de décrocher pour reprendre leur statut de pays où la mer ne reste que l'un des moteurs essentiels du développement économique et social ; ensuite comment certains ont pu dans la longue durée rester des puissances maritimes, même fléchissantes, quand bien même leur potentiel militaire important ne reflétait plus les ressources déclinantes de leurs activités marchandes et halieutiques.

Related content

Powered by UNSILO